Pas de restrictions au niveau des groupes :
vous pouvez venir incarner qui vous le souhaitez,
qu'importe votre maison ou la pureté de votre sang !

Poudlard à feu & à sang, les Deathwings sont explosifs et bien motivés à aller jusqu'au bout !
Pour en savoir plus, allez donc à Poudlard, où tout semble arriver !

Partagez
 

 Winter Training

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Winter Training   Winter Training EmptyDim 13 Jan - 22:28


WINTER TRAINING



Le vent souffle fort sur les côtes écossaises.
Au plus fort de l'hiver, la neige l'accompagne et rend la roche glissante.
Ça ne décourage pourtant pas les soigneurs du clan MacFusty. Répartis de façon à première vue anarchique sur la paroi, ils progressent avec une vitesse constante, comme s'ils faisaient tous parti du même organisme. Ils prennent le temps de trouver une prise puis se hissent à la force des bras contre la falaise. Parmi eux, une tête attire plus l'oeil que les autres. Il faut dire que l'épaisse tignasse auburn tranche avec la roche sombre.
Alistair finit par atteindre le sommet, se soulève jusqu'à pouvoir poser pied à terre. Il se redresse, joue des épaules, enroule les doigts autour de sa baguette.
La mission d'aujourd'hui est particulièrement périlleuse, et seuls les meilleurs de ses éléments sont de la partie : les plus rapides, les plus expérimentés. Ils savent qu'une des femelles est grièvement blessée, ce qui met en péril l'éclosion de ses oeufs. La raison des blessures ? Encore inconnue. L'étendue ? Inconnue.
Par contre, la ramener jusqu'en bas des pics rocheux, puis aux enclos n'allait pas être une mince affaire. D'autant plus qu'ils allaient devoir également déplacer les oeufs, pour éviter qu'un mâle un peu trop gourmand ne vienne les détruire afin de s'accoupler avec elle.
D'un signe, le groupe se met d'accord, se met en place. Chacun a sa baguette à la main.
Une longue gerbe de flammes les accueille. Ils se protègent d'un sortilège, et avancent malgré tout. La dragonne n'a pas l'air d'accord du tout à l'idée qu'on s'approche de son nid et de ses oeufs.
Mais à un moment, il faut bien qu'elle reprenne son souffle.
Et c'est à ce moment là que les réflexes parlent avant le reste.
Stupefy !

Du bout de sa baguette en bois de cèdre, Alistair met en place les enchantements habituels autour de l'enclos. N'allez pas penser que la pauvre dragonne était parquée comme une vulgaire bête d'élevage, loin de là ! Elle avait tout un pré pour elle seule, quand bien même lui serait-il impossible d'en sortir. Ils l'avaient positionné au centre dudit pré, sur un nid artificiel, dans lequel ils avaient posé les oeufs avec mille précautions. Ils avaient au préalable mis le feu au nid, pour donner l'illusion d'un vrai.
Une fois les sorts réalisés, les soigneurs s'approchent de la bête, pansent les plaies, s'attachent à réduire au maximum la douleur.
Une lutte entre dragons était parfois sans pitié. Et cette fois ci, elle avait bien failli y rester. Sans doute l'attaque venait-elle d'un mâle, dans la volonté de lui faire subir son impétueux désir.
Il se sera sans doute attaqué aux oeufs. Elle l'aura chassé.
Maintenant, il allait falloir le retrouver. Lui aussi devait être dans un sale état.
Tha sinn deiseil, an t-uachdaran,” l'informe-t-on. Alors à nouveau, dans un même mouvement, les baguettes se lèvent.
Enervatum.
Et l'animal de s'éveiller, de s'agiter. Elle regarde les soigneurs avec suspicion, les attaque d'un nouveau souffle chaud pour la forme. Puis elle inonde ses oeufs de flamme, avant de se placer par-dessus, méfiante.
Prête à attaquer tout ce qui arrive à sa portée.

Ce sera après une bonne douche qu'Alistair quittera à nouveau le château, Lucàs, son fils de six ans, sur les talons. Ce dernier, arborant les mêmes cheveux auburn que son père, est très enthousiaste à l'idée d'avoir un visiteur. Après tout, ça lui ferait un nouveau compagnon de jeu, même si Papa lui a dit que leur invitée ne serait pas là pour ça.
Accompagné d'un autre homme du clan, Colm, grand gaillard d'un mètre quatre-vingt, descendant incontestable de vikings, il suit le sentier qui serpente au pied du château de pierres. Ils traversent le bois qui l'entoure, et descendent jusqu'à la jetée, en contre-bas.
Evidemment, l'archipel n'est pas accessible facilement pour les non-initiés. Pas de portoloin : il est incartable.
Alors pour les personnes venant la première fois, et sans escorte, il n'y avait qu'une solution : prendre la navette sur l'île de Skye, ce bâteau aux allures de Drakar qui reliait l'archipel au côté moldu de l'Ecosse.
Indifférent au vent glacial qui balaie les côtes et menace toute embarcation de se briser sur les écueils entourant l'île principale du côté sorcier de l'archipel, Alistair observe le bâteau qui s'approche. Il n'écoute pas les piaillements de son fils qui lui rappelle qu'il arrive.
Bientôt, le bâteau cesse de tanguer pour s'amarrer de lui-même à la jetée. Alors le chef de clan s'avance et tend une main à son invitée pour l'aider à descendre et le rejoindre sur la terre ferme. Il n'a pas conscience, habitué comme il est, de l'épaisse neige qui tombe sur eux et étend son manteau glacé sur tout l'archipel.
Un temps bien écossais, en somme.
Welcome to the Hebrides, Opaleye,” l'accueille-t-il en un sourire. Il ignore le petit ricanement amusé de son second en entendant le prénom. “I hope you had no troubles coming here.1
Il vérifie rapidement l'état de la jeune femme et l'incite à le suivre vers le château dont on aperçoit l'imposante et austère silhouette de l'autre côté du bois.
Une bâtisse construite au bord d'une haute falaise, sans doute construite bien des siècles plus tôt.

_____________
1 Bienvenue aux Hébrides, Opaleye. J'espère que tu as fait bon voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 10:30

Je suis toute excitée d'aller enfin voir les noirs des Hebrides. Alistair a réussit à convaincre mon père de me laisse y aller. Je suis tellement heureuse d'y aller ! Je ne peux pas rentrer chez moi avant cet été les billets d'avion sont chers et comme Leni ne peut pas transplaner sans finir en bouillie.... Je suis contente de quitter Londres. Surtout que je vais voir des dragons ! Je veux devenir soigneuse, j'ai déjà un peu d'expérience mais uniquement avec ceux de chez moi... Il faut bien se diversifier un peu. J'ai remplis mon sac de gros pulls et de vêtements chaud avant de glisser ma baguette dans son étui : en cuir de Marama.

Le voyage est long, mais je m'y fais sans aucun problème. Je n'ai même pas le mal de mer : j'ai déjà accompagné ma mère à la pêche alors j'observe la mer en attendant d'arriver. Je suis toute seule et c'est relativement agréable je profite seule de ce qu'il se passe en relisant ce que j'ai pris sur les dragons du lieux. Bien différents des miens. Je caresse doucement l'etui avec un sourire il est décoré des motifs Maoris qui me sont chers. J'attrape mes affaires et monte sur le pont en observant l'endroit. Je n'ai pas froid : je parais encore plus mince avec mon gros pull. Alistair est là avec un autre de son clan. Je souris avec timidité aux deux avant de prendre la main de l'homme et se descendre du bateau. J'entends un ricanement quand on énonce mon nom mais je soutiens le regard de mon hôte avec un sourire

" Merci Monsieur Alistair. Oui j'ai fait un excellent voyage, je vous remercie de l'invitation. Oh voilà pour vous. "

Je plonge la main dans mon sac pour en ressortir un étui en cuir d'Opalœil que je lui tends. Il est aussi décoré mais cette fois d'une gravure représentant un de ses dragons. Venue tout droit de notre réserve. J'observe l'endroit avec un regard affamé je veux tout découvrir ! Et aujourd'hui j'ai mes lentilles si bien que j'ai les yeux violets. Je reste physiquement très calme et observe homme qui accompagne mon hôte avec timidité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 11:31


WINTER TRAINING



Woooooaaaaw your eyes are soooo weird ! And your hair ! You look like an Opaleye !1
L'enthousiasme de Lucàs est à la limite de la politesse. Ce dernier a sans doute appris à reconnaître les races de dragons dans les livres de la bibliothèque familiale. Ou bien est-ce son vieux livre d'images, qui voit sortir la forme vaporeuse d'un dragon, d'une race différente, de ses pages à chaque fois qu'on les tourne ?
Il ne se fait toutefois pas reprendre par son père, ce dernier étant plus occupé à accueillir la jeune fille. Il prend l'étui qu'on lui tend, sourit sincèrement en reconnaissant le cuir, le dragon dessiné dessus.
Il remercie la jeune fille, touché de l'attention, accroche l'étui à sa ceinture avant d'inviter d'un geste son invitée à les suivre.
Si tant est qu'elle arrive à marcher avec le petit garçon qui lui tourne littéralement autour.
Colm ferme la marche, évitant les commentaires. Cette gamine a beau être grande, c'est une demi-portion. Elle va se faire dévorer toute crue. Les dragons vont la casser en deux.
Le chef a toutefois l'air confiant, donc il ne se prononce pas. À voir si elle parvient à faire ses preuves sur le terrain. Ils remontent alors vers le château, suivant le sentier à travers les bois pendant quelques minutes ; des minutes rythmées par les questionnements de l'enfant.
D'où vient-elle ? C'est comment là bas ? Pourquoi elle a les cheveux blancs ? C'est vrai que les Opaloeils, c'est les plus beaux de tous ?

Le château se dresse enfin devant eux. Sa silhouette austère laisse les hommes de marbre.
Siuthad. Gabhaidh sinn suas leat ann am beagan mhionaidean,” dit Alistair à Colm. Et ce dernier de hocher la tête, et de repartir sur un autre sentier faisant le tour de la bâtisse.
La porte s'ouvre et Lucàs se faufile au chaud en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Il passe devant le grand escalier, et file droit vers la cheminée, devant laquelle se tient quelques fauteuils et une table basse. Il se glisse entre les obstacles et se plante devant le foyer, mains face au feu.
Hypnotisé par les flammes.
I'll see you to your room.2
Laissant l'enfant à la surveillance de Moira, une petite rouquine rondelette installée dans l'un des fauteuils, il se dirige vers les étages, guidant la jeune fille dans le dédale sombre des couloirs. On entend, au loin, un grincement sinitre, comme deux pierres de tailles se frottant l'une à l'autre.
Il s'arrête face à une porte en bois sombre, sort sa baguette et d'un sort y grave un symbole maori pour permettre à son invitée de reconnaître sa chambre. Puis offre la porte.
Here. But I must warn you : the rooms like to get some fresh air and often move around. Don't worry about it, do not hesitate to ask for help to find your room.
- We'd be more than happy to oblige,”2  ajoute une voix caverneuse juste à côté d'eux.
Le Grand-Père Murchadh sourit de toutes ses dents. Mort une cinquantaine d'années plus tôt, il est aussi grand et large d'épaules que son petit-fils, qui a sans nul doute hérité de sa stature. Ce dernier lui ressemble énornémément, si ce n'est qu'il n'a pas ce sourire tout à fait malsain au coin des lèvres.

_____________
1 Wooooow tes eyes sont trop bizarres ! Et tes cheveux ! On dirait un Opaloeil !
2 Je vais te montrer ta chambre.
3 Là. Mais je dois te prévenir : les pièces aiment à changer d'air et se déplacent souvent. Ne t'en inquiète pas et n'hésite pas à demander de l'aide pour retrouver ta chambre.
- Nous serions plus qu'heureux de vous venir en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 11:58

Je reste étonnée en voyant le petit garçon me tourner autour en posant pleins de questions. Je respire à fond avant de répondre avec le sourire.

« Je suis une albinos du coup j'ai les cheveux tout blanc et les yeux rouges. Mais chez moi on me prend pour un fantôme ou un vampire. Du coup je mets des lentilles pour cacher les yeux rouges. Et c'est pour ça que mon papa m'a appelé Opaleye : je suis comme le dragon : toute blanche. Tu trouves que ça me va bien ?»

Avec les enfants c'est plus simple pour moi. Je suis le chef de clan en essayant de répondre aux questions du petit a qui je finis par tenir la main pour qu'il ne me fasse pas tomber à force de se jeter dans mes jambes. Très actif ce gosse ! On ne doit pas s'ennuyer avec lui ! Il semble interressé par mes cheveux et mes yeux. Pour une fois qu'un gosse ne me fuit pas parce que je suis comme ça... J'observe autour de moi avec attention impressionnée par le lieu. L'autre disparai et je rentre dans le château. Le petit file devant le feu et je souris j'espère avoir répondu à ses questions.

Je suis en silence Alistair dans le château en regardant autour de moi. Impressionnant ! Je n'ai jamais vu un endroit de la sorte ! Les châteaux ne sont pas légion en nouvelle Zélande ! Je suis impressionnée ! Je souris en voyant la porte de la chambre marquée. Il a retenue une marque Maori ! J'incline la tête pour le remercier avant de sursauter en voyant un fantôme sortir de je ne sais où. Euh... Ok. C'est quoi ce sourire ? Je lui rends timidement.

« Merci Ser... Vous êtes nombreux ici ?»

Que je me prépare à avoir douze ou treize crises cardiaques par jour. Je regarde avec attention Alistair pour connaître la suite du programme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 12:55


WINTER TRAINING



Alistair siffle une parole en gaélique à l'attention du spectre, qui lâche un ricanement amusé avant de s'en aller, passant à travers le premier mur qui passe.
Alive or dead ?” interroge-t-il avec un sourire en coin. “You're in Scotland. Every castle here is haunted. We are three living here, but as far as the ghost are concerned… I'm unable to give you a number.1
C'est qu'il ne les voit même plus à force. Ils doivent bien être une dizaine… à moins que ça ne soit une vingtaine ? Il n'a jamais pris le temps de se poser la question.
I let settle down. I'll be waiting for you downstairs.2
Il l'abandonne alors à sa chambre, et s'éloigne rapidement dans les couloirs de son pas assuré, dévale les escaliers. Il prend le temps d'aller voir Moira, de s'assurer qu'elle ait l'enfant à l'oeil – ce n'est pas comme si elle l'avait déjà perdu… - et d'échanger un peu avec lui.

Quand Opaleye réapparaît, le petit garçon est à quelques pieds au dessus de la tête de son père, hurlant de rire. Ce dernier le maintient du bout de sa baguette et le fait voleter, virevolter joyeusement pour provoquer l'hilarité de l'enfant.
Lucàs ne rejoint le sol que lorsqu'Alistair aperçoit la jeune fille, et vient immédiatement se coller dans ses pattes. Il réclame à jouer à nouveau, mais son père refuse. Encore quelques mots, toujours en gaélique, pour lui signifier qu'il devait aller travailler et qu'il ne pouvait pas l'emmener avec lui. Le petit écossais insiste, en vain, et finit par aller jouer avec sa baby-sitter.
Et le chef de clan de se tourner vers son invitée.
I'd like you to get familiar with the beasts, first of all,” explique-t-il simplement. Il veut qu'elle puisse d'abord s'habituer aux Noirs des Hébrides avant de la jeter dans le grand bain. “We went to one of the nests this morning, and brought a female down here, with her eggs.3
Il ouvre la porte d'un château et s'engage dans le froid sans paraître en souffrir. Il prend le même sentier que Colm, longe le château jusqu'à arriver sur un chemin en bord de falaise. Une fois derrière l'austère bâtisse, on aperçoit une plaine, un glen comme on les appelle ici, divisé en plusieurs prairies. Ces dernières sont délimitées par des murets de pierres, non scellées les unes aux autres. Parfois, ils sont si branlant qu'on devine que seule la magie les maintient en place.
Sur le chemin, il explique la situation à sa stagiaire : la dragonne s'est battue avec un mâle la veille, à cause de la saison de la reproduction qui est en cours. Une expédition est en cours dans les hauteurs d'une île voisine, à la recherche du mâle en question, qui doit lui aussi être mal en point.

Ils arrivent à hauteur de l'enclos où est retenue la bête, cette fois parfaitement éveillée.
Elle les darde de ses grands yeux violets, souffle une épaisse fumée par les narines. Sa queue balaie déjà l'air, menaçante, et son dos rond signale qu'elle est prête à passer à l'attaque.
You must never get in there on your own. We're usually four to six when we take care of them.4
Elle le sait sans doute déjà : c'est une règle de sécurité comme une autre. Les Noirs de Hébrides faisant jusqu'à dix mètres de long et pesant en moyenne six tonnes, il fallait qu'ils soient assez nombreux pour lancer un sort de façon conjointe s'ils le voulaient efficace.
Sinon, il restait les yeux, seul point faible du dragon. Mais il n'y avait rien de plus efficace pour le rendre encore plus agressif.
D'un coup de baguette, il crée une brèche dans la barrière magique et invite Opaleye à l'y suivre, non sans avoir veillé à ce qu'elle ait sa baguette à la main.
Be alert, it can and it will attack. There's ointment to put back onto her. How would you proceed ?5

_____________
1 Mort ou vivant ? Tu es en Ecosse. Tous les châteaux sont hantés. Nous sommes trois à vivre ici, mais concernant les fantômes… Je suis bien incapable de donner un chiffre.
2 Je te laisse t'installer. Je t'attends au rez-de-chaussée.
3 J'aimerais d'abord que tu te familiarises avec les bêtes. Nous avons visité un nid ce matin, and en avons ramené une femelle avec ses oeufs.
4 Il ne faut jamais entrer ici seul. Nous sommes habituellement entre quatre et six quand nous venons les soigner.
5 Reste alerte, elle peut attaquer, et elle le fera. Il faut lui remettre du baume. Comment suggères-tu de procéder ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 13:16

Je souris en l'écoutant. Trois vivants et... Beaucoup de morts. Ok. Je note. J'espère juste qu'aucun fantôme ne va arriver quand je me laverais ! Là je risque de hurler. Ce qui ne sera pas drôle du tout. Je rentre dans la chambre et l'observe avec attention avant de déposer mon sac et de ranger mes affaires rapidement. Je joue soigneusement mes cheveux avant de vérifier ma baguette. Tout est OK ! Je souris avant de redescendre guidé par des éclats de rire d'enfants. Je souris à la scène en descendant rapidement. C'est beau a regarder ! Qui s'arrête quand Alistair me voit. Et son fils en réclame encore. Je préfère rester en retrait avant de m'approcher. Je hoche la tête en écoutant le programme ça me plaît !

Une femelle avec ses œufs... En saison des reproductions ce n'est pas rare. Mais cela promet clairement du sport ! Je sors sa baguette de son étui. J'ouvre en grand les yeux en voyant la femelle. Ok. C'est... Juste sublime et totalement incroyable. J'adore mes opaloeil sans blague, mais cette femelle est fantastique aussi. Tous les dragons le sont en réalité. Je la détaille avec avidité sans faire de geste brusque. Je sens mon cœur battre avec violence sous l'afflux de sensations. Entre quatre et six... Oui, c'est le minimum. Je hoche la tête : on approche jamais seul un dragon sauf cas exceptionnel et de force extrême. Mais là... Je sors ma baguette avant de suivre Alistair dans l'enclos toujours aussi calme. Il faut lui remettre du baume et vite. Même si elle va attaquer. Elle est inquiète et très aggressive il faut aller très vite sans toucher aux œufs. Euh... Sur ce coup là... J'avale ma salive et hoche la tête.

« Il faudrait l'endormir le plus rapidement possible, poser le baume et repartir. Et j'aurais tendance à dire se séparer pour l'obliger à choisir l'un des deux à attaquer que l'autre puisse commencer à l'engourdir.»

Je jette un œil à Alistair pour savoir ce qu'il en pense. Si j'ai juste. On a de la théorie. Et un peu de pratique , mais tous les individus sont différents... Et je ne suis pas sur mon terrain. J'obéis à Alistair quoi qu'il me dise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 14:29


WINTER TRAINING



L'endormir, oui. Se séparer pour distraire l'animal aussi était une bonne idée. En règle générale, ils encerclaient la bête afin de pouvoir la prendre de toutes parts.
Il hoche la tête à la suggestion de la jeune fille et faire venir à eux un gros pot en terre cuite, qui atterrit aux pieds de la jeune femme. À l'intérieur, une sorte de pâte gélatineuse de couleur verdâtre, avec un scintillement violacé. Une forte odeur d'alcool s'en dégage, comme si on avait compté du Whisky Pur Feu parmi les ingrédients – ce qui, de vous à moi, n'est pas totalement impossible, connaissant ces barbares de MacFusty.
Be my guest, then,”1 dit-il en désignant le pot.
Autrement dit : à elle d'aller au contact. Lui – et d'autres, attentifs, autour de l'enclos – se chargerait d'étourdir l'animal, ou de la distraire. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fait immédiatement : un mince filet de fumée blanchâtre apparaît au bout de sa baguette et va s'entortiller autour de l'imposante tête du dragon, bientôt rejoint par deux autres.
La jeune mère renifle la fumée d'un air suspicieux, darde l'homme de ses grands yeux violacés. Elle se laisse envoûter mais se cale plus précautionneusement sur ses oeufs, désireuse de ne laisser personne s'en approcher. Elle ferme paresseusement les yeux, somnolente mais pas tout à fait endormi, suit des yeux Alistair alors que celui-ci veille à ne pas rester statique.
Elle sera attirée par le mouvement. Opaleye est dans son angle mort. Tant qu'il parvient à l'occuper et qu'il représente une plus grosse menace que la soigneuse, cette dernière ne risquera rien. Il reste tendu jusqu'à ce qu'elle commence à appliquer le baume cicatrisant.
À raison.
Car dès que la main blanche se pose sur les écailles, le dragon a un soubresaut soudain et tourne sa grosse tête vers elle, suspicieuse.
Chh mo bhòidhchead, tha a h-uile dad ceart. Fuirich còmhla rium,” souffle-t-il, s'enhardissant jusqu'à s'approcher de la bête. Cette dernière, attirée par la langue familière, revient brusquement au premier objet de son attention, lâche un lourd grondement en s'apercevant que le sorcier s'est approché d'elle.
Un peu trop près de ses oeufs à son goûts.
Espérons qu'Opaleye est plutôt rapide dans sa tâche.
Car déjà, la dragonne en a assez de ce bonhomme en kilt, avec la baguette à la main. Elle n'aime pas le rouge de son kilt, ni le roux de ses cheveux.
Alors, sans prévenir, elle ouvre la gueule.
Alistair se jette à terre juste à temps pour éviter la gerbe de flammes.
C'est pas passé loin.
Comme s'il s'était agi d'un signal, d'autres soigneurs entrent dans l'enclos, entourant rapidement l'animal. Le chef, bien vite sur ses pieds, se protège d'un sortilège du bouclier, et vient se mettre à la hauteur de sa protégée dans le but de la prémunir contre la menace.
Go on. Do not stop until you're done,”2 ordonne-t-il froidement, retrouvant naturellement son ton autoritaire de leader d'hommes.
Une nouvelle gerbe de flammes part, mais la femelle ne bouge pas de sa position, se contentant de garder les hommes à distance autant que possible. Se lever serait leur laisser l'occasion d'approcher les oeufs et ça, ce n'était pas envisageable.

Puis, quand la besogne est terminée, ils filent tous vers l'extérieur de l'enclos, qu'ils referment d'un enchantement. Juste à temps : les flammes sont à nouveau crachées par la femelle en colère, comme un ordre de ne jamais revenir déranger sa progéniture.
Ils n'ont pas tous fière allure : les vêtements roussis, le visage maculé de poussière, ils ont l'air de revenir d'une éprouvante bataille – et c'est bien le cas. Ils se remettent en état d'un coup de baguette, visiblement habitués à ce genre de situation.
Are you okay lass ?” fait l'un d'eux, dont la moustache a été à moitié dévorée par les flammes. Ça ne l'empêche pas d'arborer un sourire goguenard, quand il s'adresse à la jeune fille, faisant ostensiblement le coq. “I keep saying it's no place for women, aye ? They're too soft for such a job !
- Stop talking nonsense.3
Le grand homme hausse alors les épaules face à la réprimande de son chef et, accompagné des autres, s'éloigne pour retourner à sa tâche. Alistair se tourne alors à nouveau vers Opaleye :
You did a fine job, here. Well done. Now, let me take you to the nursery.4
L'écloserie. Là où une ambiance totalement différente l'attendrait. Là où ils récupéraient les oeufs abandonnés – ou dont la mère avait disparu – pour les faire éclore, et pour s'occuper du petit dans les premières semaines de sa vie.
Parfois, ils parvenaient à leur trouver une mère d'adoption, à glisser un oeuf supplémentaire dans la couvée. Ils le faisaient rarement, toutefois : la dragonne ne se laissait pas souvent avoir et finissait par dévorer l'oeuf.

_____________
1Je t'en prie, alors.
2Continue. Ne t'arrête pas avant d'avoir terminé.
3Ca va aller gamine ? Je continue de dire que ce n'est pas un endroit pour les femmes, hein ? Elles sont trop douces pour ce genre de tâches.
- Arrête de raconter des âneries.
4Tu as fait du bon travail, bien joué. Maintenant, laisse moi te montrer l'écloserie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 14:45

Je le regarde surpris, mais attrape le pot avant de mettre rapidement au travail. Je sens la sueur tremper mon dos alors que je travaille aussi vite que possible en surveillant la dragonne. Elle est particulièrement violente mais je sais qu'il faut que je reste très calme. Sinon je vais faire des erreurs et c'est hors de question. Il n'y a pas le droit aux erreurs avec les dragons. Je frémis en sentant la chaleur du feu mais je ne lâche pas. Allez Opaleye ! Dès que j'ai finis je sors de l'enclos et frémis en voyant la gerbe de flammes jaillir contre la barrière. Incroyable. Je respire profondément et observe les autres hommes. Ok de leur côté ça va. Je hausse un sourcil furieux face à la remarque de l'homme. Je plisse le nez.

" Si je porte le nom d'un dragon c'est qu'il y a une raison. "

Je ne suis pas une petite fille qu'on doit défendre pour tout et n'importe quoi. Je soupire en secouant la tête. Oui j'ai eu peur. N'importe qui aurait peur. L'important c'est de contrôler sa peur et de rester calme quelque soit la situation et de faire vite. J'observe une nouvelle fois la dragonne qui semble plus... Calme ? Je range ma baguette dans son étui avant de regarder Alistair qui a aussi prit ma défense. Je lui souris.

" Avec plaisir ! Cela me fait penser que Aruha a eut deux couvaisons. "

Et que Soona est morte il y a deux ans. La reine est morte vive la reine et laisse son trône. Mais elle a eut une belle vie ! Je suis Alistair et fronce les sourcils en repensant à la scène. Si je suis timide je n'aime pas qu'on mette en doute ce que je peux faire avec les dragons.

" Pourquoi cet homme pense que les femmes n'ont pas le droit de s'occuper des dragons ? J'ai si mal agis avec la dragonne que ça ?"

Pourtant je n'en ai pas vraiment l'impression mais je me demande bien ce qu'il a contre les femmes quand même... Je repasse mes sois : normalement c'est tout bon de ce côté là ! Je caresse mon étui en me mordant l'intérieur des joues en attendant la réponse avec inquiètude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 15:23


WINTER TRAINING



Aruha ?
Peu habitué à donner des noms aux dragons, Alistair a complètement oublié les noms des Opaloeils qu'il avait aidé à soigner quelques années auparavant. Quoi que… Oui, il croit se souvenir de Marama, celle qui avait pris un vilain maléfice. Il lui semblait avoir reçu une lettre, environ un an ou deux plus tard, lui indiquant sa disparition due à l'attaque des braconniers.
Autant vous dire qu'il ne sait pas quel dragon a eu deux couvaisons, donc. Mais cela ne l'empêche pas de hocher la tête et de taire ce défaut de mémoire.
Il ne voudrait pas la froisser.

Ils ont un peu de marche avant d'arriver à l'écloserie. D'ailleurs, c'est difficile de l'apercevoir, de là où ils sont. Ils peuvent bien voir un village, en contrebas, avec quelques maisons. Sans doute les habitations de membres du clan, du moins ceux qui vivent sur cette île.
La question que la jeune fille pose a de quoi surprendre et Alistair la regarde alors d'un air surpris. A-t-elle si peu confiance en ses capacités ?
Dinna fash about that, lassie,” la rassure-t-il d'un ton bien plus chaleureux qu'auparavant. “He was not referring to your skills, but to the fact that you're a woman. Although our laws allow women to be leaders, continental traditionnal ideas have come all the way here, and some men think that… well, that women belong to the kitchen basically.1
Il hausse les épaules, comme indifférent à cette idée. Lui-même peut se montrer sexiste, sans en avoir conscience, dans son côté protecteur, parfois même paternaliste. Il n'a toutefois jamais de réflexion aussi rétrograde, et n'a jamais pensé qu'une femme ne pouvait être son égale.
En toute franchise, ce n'est pas une chose à laquelle il pense – à raison ou non.
Luckily, he's one of the few to think that. Don't pay attention to him, he's not worth it.2
Facile à dire, quand on n'est pas concerné par le problème.

Ils arrivent au bout du chemin.
Et là : rien.
Ils sont au bord d'une falaise, face à la mer agitée. La neige continue de tomber, promettant un retour au château des plus compliqués.
Alors Alistair adresse un sourire espiègle à la jeune fille et s'approche du bord pour s'y asseoir.
There are no harniess here,” prévient-il. “Be careful.3
Il se tourne alors, et commence à descendre la pente à mains nues, cherchant des prises au fur et à mesure. Il aurait pu transplaner dans l'écloserie, mais il voulait voir jusqu'où Opaleye était prête à aller. Et puis, le bruit du transplanage n'était jamais une bonne idée dans un lieu aussi calme.
Il progresse rapidement, s'assure qu'elle le suit, veille à ce qu'elle ne glisse pas. Puis enfin, arrivé à une corniche, se laisse tomber pour se réceptionner souplement sur ses deux pieds.
À mi-hauteur de la falaise, une caverne. Une fois rejoint, l'homme s'y engouffre, dévoilant l'écloserie.
Des boules de lumière douce, sans doute magiques, sont collées aux stalactites, et diffusent une ambiance tamisée. On s'affaire autour d'eux : hommes ou femmes, tous sont très occupés, soit à surveiller les températures des feux, sous les oeufs, soit à nourrir de tous petits dragons à peine sortis de leurs coquilles.
Have you had the opportunity to work with wee ones already ?4
Ce n'était pas très commun. Même ici, l'écloserie ne tournait que lors des périodes de reproduction, et les bêtes étaient renvoyées à la vie sauvage dès qu'elles étaient en mesure de s'occuper seules.
Cela donnait, au final, des dragons moins agressifs envers les humains, sans qu'on puisse vraiment parler de bêtes apprivoisées.

_____________
1Ne t'inquiète pas pour ça, jeune fille. Il ne doutait pas de tes compétences, mais faisait référence au fait que tu es une femme. Bien que nos lois autorisent les femmes à diriger, les traditions continentales sont arrivées jusqu'ici et certains hommes pensent que… eh bien, que la place des femmes est dans une cuisine, en somme. (dinna fash = ne t'inquiète pas, en dialecte écossais)
2Par chance, ils sont peu nombreux à le penser. N'y fais pas attention, il n'en vaut pas la peine.
3Il n'y a pas de bauridier ici. Sois prudente.
4As-tu déjà eu l'opportunité de travailler avec les petits ? (wee = petit, en dialecte écossais)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 16:56

Je hoche la tête en écoutant l’homme. Juste parce que je suis une fille je devrais cuisiner ? Il ne m’a pas vu en cuisine ! Je souris quand même. Visiblement je ne suis pas un fardeau, tant mieux. Je soupire un peu plus largement rassurée. Tant mieux. Je reste un peu surprise quand nous arrivons au bord de la falaise avant de sourire et de faire craquer mes doigts. OK ! Je fais un grand sourire.

« Pas de soucis ! »

Je le suis sans attendre et sans peur. Malgré la roche humide je trouve des prises sans difficultés et descends en douceur pour rejoindre la nurseries. Il y a du monde et de l’action ! Je regarde avec un grand sourire tous les œufs et les dragonneaux fragiles. Je hoche la tête à la question d’Alistair.

« Oui, j’ai commencé par là. »

C’était le moins dangereux pour moi. Je remonte mes manches et prête mains fortes sans attendre aux autres soigneurs. J’obéis à leurs ordres en observant les différences entre les deux espèces. Je les noterais dans mon carnet d’observation plus tard. Je donne aussi quelques informations sur comment on fait en Nouvelle-Zélande, et je crois que cela les intéresse un peu… ou pas, je me fais peut-être des idées. Je finis par revenir près d’Alistair après deux bonnes heures à aider :

« C’est la même ambiance que chez moi dans cette période ! »

Je glisse à nouveau mes mèches derrières mes oreilles. Chez moi les dragonneaux tentent toujours de les attraper et de tirer dessus : ils ont la même couleur que leurs écailles aussi ! J’observe les lieux en me mâchouillant la lèvre

« Il y a beaucoup d’abandon dans la région ? Quel âge a le plus vieux de vos dragons ? »

Après tout Soona est morte à soixante-treize ans ! Un beau record et elle est morte dans son sommeil, paisiblement. Ce qui m’a touché, mais je n’ai pas pleuré. J’étais heureuse qu’elle finisse doucement sa vie. J’aimerais aller sur leur territoire, mais il est sans doute trop tôt encore pour moi. Je reste quelques jours ça devrait aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 17:34


WINTER TRAINING



Ca a un côté attendrissant de voir la jeune fille s'occuper des petits. Il reconnaît le doigté avec lequel elle s'applique, et décide qu'elle n'a pas besoin qu'il supervise. Il l'abandonne aux autres soigneurs et fait alors le tour de l'écloserie. Il en profite pour prendre des nouvelles des petits, et des oeufs qui sont en pleine couvaison. Il s'informe des derniers oeufs arrivés, de leur provenance, de la raison pour laquelle ils sont ici. Il parle longuement avec une vieille femme, sans doute la responsible de l'écloserie, fait parfois des gestes dans une direction ou une autre.
Autour d'eux, personne ne fait attention. On est déjà en train de préparer le repas des petits dragonneaux. Pendant qu'ils sont nourris, on change les litières, on relance les enchantements.
Le contraste entre la grotte et l'extérieur est saisissant : il fait une chaleur estivale à l'intérieur, là où la tempête semble se lever à l'extérieur. Le bruit des vagues est plus pregnant, le vent siffle avec plus d'ardeur. Un tapis de neige commence à se former sur la corniche, à l'indifférence générale.
Et puis enfin la jeune fille revient vers lui, au moment où lui-même repose un des petits dans sa litière. Il retire les gants – en peau de dragon – qui le protégeaient des brûlures et se tourne vers elle, ravi de la voir à son aise ici.
Si elle restait dans la région à la fin de ses études, elle serait sûre de décrocher un emploi sur l'archipel.
“[color)lightsteelblue]No, not much. Most of the eggs we get back are here because the mother is either dead, or in such a bad state that it cannot take care of them.[/color]” 1
Auquel cas ils rendent les oeufs ou les dragonneaux à la mère dès qu'elle est en mesure de les prendre en charge. Ça ne se passe pas toujours bien, par ailleurs : des fois, la dragonne ne les accepte pas et les tue, purement et simplement. Et eux ne peuvent rien y faire : c'est la loi qui régit les majestueuses créatures, ils n'ont pas à intervenir.
And our eldest dragon... I'd say around sixty-five, which is exceptionnal. They very seldom die of natural cause. Now, shall we get back ?2
Il lui tend le bras par habitude, sans songer qu'elle peut transplaner d'elle-même. Il ne lui propose pas de rentrer à pied : remonter la roche par ce temps serait du suicide.
Pop.

Ils arrivent devant le château, les pieds dans la neige, pour éviter de faire trop de bruit dans le hall – ce qui ferait rappliquer tous les spectres de la famille en un clin d'oeil.
Sauf qu'ils ne sont pas les seuls à être dehors, et qu'une boule de neige arrive directement sur Opaleye.
Visiblement, la neige fait quelques heureux. Que la nuit soit en train de tomber ne dérange personne : la jeune Moira a prévu le coup et quelques petites boules de lumières flottent au dessus d'eux, diffusant une lumière douce.
Lucàs a déjà fait une bonhomme de neige complètement bancal. Et maintenant, planqué derrière une muraille blanche tout aussi peu consolidé, il s'évertue à faire une bataille de boules de neige avec sa baby-sitter.
Et maintenant, avec son père et leur invitée, tant qu'à faire.
Gu ionnsaigh !
Et paf, une boule arrive sur Alistair, qui hausse les sourcils et regarde l'enfant d'un air incrédule.
Beware, the dragon can and will attack !3 ajoute-t-il.
Bien visiblement, ce sera lui l'ennemi à abattre. Il va lui falloir se défendre. Alors, évitant une attaque venue cette fois de Moira, il se baisse et forme une boule entre ses doigts.
Let the game begin.

_____________
1Non, pas tellement. La plupart des oeufs que nous rapportons sont ici parce que la mère est soit morte, soit dans un tel état qu'elle ne peut pas s'en occuper.
2Quant à notre plus vieux dragon... Je dirais aux alentours de soixante-cinq-ans, ce qui est exceptionnel. Ils meurent très rarement de cause naturelle.Maintenant, et si nous rentrions ?
3Attention, le dragon peut attaquer, et il le fera !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 17:57

Oui c’est vraiment comme chez moi. Quelque part… C’est rassurant de voir que certains soins et certaines choses sont partout pareil. C’est très agréable. Je note ce qu’il me dit, et à nouveau me promet de tout noter dans mon carnet pour ne rien oublier ! Cela serait particulièrement dommage de revenir les mains vides de cette expérience. Enfin : j’en aurais acquis, mais quand même, je préfère en garder une trace concrète dans mes archives. Puis je pourrais le montrer à mon père. Bien que je ne sache pas s’il n’a pas déjà travaillé avec les noirs des Héries. Je pose ma main sur le bras d’Alistair sans rien dire de plus. C’est lui le chef !

Je reste surprise de me prendre une boule de neige en pleine figure puis le comprends en voyant le gosse avec sa nounou ! Oh ! Il veut jouer. Parfait. J’espère juste qu’il comprend que jouer dans du blanc avec une albinos c’est lui permettre facilement de gagner ? On va bien voir ça ! Je hoche la tête pour montrer à Alistair que j’ai bien compris et je renvoie coups pour coups aux autres. Suite à un pivot qu’à fait Alistair, il se trouve dos à moi et l’occasion est beaucoup trop belle. J’attrape une poignée de neige et me glisse dans son dos avant de tirer son haut et laisser tomber la neige contre la peau de son dos : mes frères adorent me le faire. Je m’enfuis vite pour éviter de finir rouler dans la neige. Mais c’est peine perdue je crois. Et je finis par hurler de rire à la renverse dans la neige avec le petit qui tente de me glisser de la neige dans le haut.

Après la bataille et avoir proposé mon aide pour le repas, je suis monté dans ma chambre. Alors que je me déshabille pour prendre un bain brûlant j’entends un drôle de bruit derrière moi et me retourne avant de crier de surprise. C’est le fantôme de ce matin ! Et je suis toute nue ! J’attrape ma baguette et couvre un peu mon corps, gênée. Visiblement pas lui ! Parce que je dois lui demander de partir, soit-disant il vient voir si je n’ai besoin de rien ! Je soupire de soulagement, une fois seule, avant de me glisser dans l’eau brûlante pour ma toilette. J’en ressors après m’être lavée et je m’habille chaudement avant de redescendre et je sens le petit me sauter dessus pour que je réponde à encore pleins de question. Il regarde avec inquiétude mes yeux rouges.

« Moïra ? C’est une vampire ? »

Aïe… j’aurais dû y penser. Je souris gentiment, ce n’est pas grave. Je secoue doucement la tête.

« Non, je n’ai pas de couleurs dans mes yeux, du coup ils sont tous rouge. Et je n’ai pas de couleur dans mes cheveux : c’est pour ça qu’ils sont blancs. Je ne suis pas une vampire. Je ne mange pas les petits garçons posant trop de questions. »

Il glousse et s’installe carrément sur mes genoux pour poser ses questions. D’accord… Ça c’était pas prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 19:13


WINTER TRAINING



Ah la traîtresse !
La sensation glacée dans le dos n'est pas des plus agréables, loin s'en faut. Mais seul un grognement mécontent, tout ce qu'il y a de plus écossais, lui échappe alors qu'il se retourne vers la jeune fille, impitoyable. Qu'elle fuit ! Elle ne lui échappera pas éternellement.
Car le Grand Méchant Dragon, maintenant assailli de toutes parts, va devenir impitoyable. Dans un rugissement mécontent et avec moultes simagrées destinées à faire rire le petit garçon – qui va se cacher derrière l'albinos – il finit par les poursuivre dans la neige. Il profite d'une glissade de l'enfant pour le soulever de terre et le jeter dans un tas de poudreuse, saisit l'occasion de la surprise pour attraper également Opaleye et lui faire subir le même sort.
Nan mais. C'est qui le chef, ici ?

C'est donc tous trempés jusqu'aux os qu'ils entrent dans le château. Une fois séchée, Moira s'en va sans demander son reste, et sera de retour le lendemain. Le repas se réalise tout seul, et ils sont rejoints, pour le dîner, par la matriarche, la mère d'Alistair : Aoife. Ses longs cheveux blonds tressés, lui donnant un air de grande dame, elle s'enquiert de la journée de leur invitée, faisant la conversation en lieu et place de son fils.
Eh oui, il avait bien dit qu'ils étaient trois à vivre ici. Femme de l'ancien chef, il tombait sous le sens qu'elle vive encore au château, comme cela aura eu lieu dans une monarchie sous l'Ancien Régime. Croyez-moi que ce n'est pas toujours pour faire le bonheur du chef de clan.
Notamment que cette dernière estime qu'il doit se remarier avec une certaine française.
Le repas se déroule sans heurt, et la jeune fille se dirige vers la salle de bain.
Espérant intérieurement qu'elle la trouve sans difficulté – et qu'elle ne se soit pas fait la malle – il s'installe près de la cheminée dans un lourd soupir. La journée a été longue, et il n'aspire qu'à un peu de repos. Lucàs semble s'en rendre compte et joue calmement par terre avec l'un de ses jouets, un dragon en peluche. Alors Aoife et lui se lancent dans une partie d'échecs.
Et puis Opaleye les rejoint et il ne faut pas longtemps pour que l'enfant lui saute dessus. La mère MacFusty est occupée à se faire écraser par son fils, lequel garde un oeil sur son petit garçon.
La question le fait grincer des dents. Il n'a pas pensé à le prévenir, et craint une seconde la réaction de la jeune fille… Qui le prend finalement avec beaucoup de philosophie. Tant mieux, car Lucàs a visiblement décidé qu'elle allait devenir sa grande soeur pour quelques jours et la bombarde de questions.

Were you aware that all her hairs are that white ? I mean, even the ones...1
- A Dhia, Seanair !” s'exclame Alistair en fusillant du regard le spectre qui est apparu à ses côtés. Ce dernier, décidément très fier de son coup, ricane et lance une oeillade à la jeune fille.
Grand-Père Murchadh n'avait jamais été connu comme étant l'homme le plus gentleman qui soit. On disait même qu'en plus de ses quatre épouses, il avait eu plus d'une dizaine de maîtresse. Un vrai Henry VIII des temps modernes.
D'ailleurs, pas effarouché une seconde, le fantôme s'installe – ou fait mine de s'installer – dans un fauteuil, et soupire lourdement.
If only I had my body, I would...
- … Do absolutely nothing. She is our guest and I intend her to be treated with respect, Grand-Father. You wouldn't like me to use a Banishing Charm onto you, aye ?2
La menace est claire et, même s'il est clair que son petit-fils n'utilisera pas un tel sort, Murchadh préfère ne pas forcer la chance. Il file donc bien rapidement, laissant les vivants à leurs occupations.
Jusqu'à ce que la nuit étende sur eux son manteau et les amène au royaume des songes.

Bol de porridge à la main, Gazette du Sorcier dans l'autre, Alistair ne prête pas attention aux sons dans le château. Ni au hurlement lugubre de la Tante Hildegarde qui s'est encore disputée avec l'Oncle Gregory, ni à la bibliothèque qui se déplace vers la Tour Nord, ni au vent qui souffle à l'extérieur.
Aujourd'hui, ils vont aller dans la montagne d'une autre île, plus loin dans l'archipel. Ils ont trouvé le mâle qui s'est battu avec la femelle de la veille, et apparemment, il va falloir y aller à au moins une dizaine, si l'on en croit le message encore sur la table. L'animal est extrêmement agressif et les soigneurs missionnés pour le retrouver ont été parfaitement incapables de l'approcher.
Évidemment, il compte emmener Opaleye. Après tout, c'est cela fait aussi partie du métier.
D'ailleurs la voici qui vient. Il la salue de la tête, lui désigne le café prêt à être avalé – lui même en étant déjà à sa troisième tasse – et la laisse se servir en porridge, en brioche ou en oeufs durs.
Il lui annonce le programme de la matinée, et, dès l'arrivée de Moira, transplane avec elle, pour arriver au pied d'une pente montagneuse abrupte.
On entend d'ici le grondement douloureux d'un dragon blessé.

_____________
1Savais-tu que tous ses poils sont blancs ? Je veux dire, même ceux...
2Si seulement j'avais mon corps, je pourrais…
- Faire absolument rien. Elle est notre invitée et j'ai l'intention qu'elle soit traité avec respect, Grand Père. Tu ne voudrais pas que je lance un Sort de Bannissement (je ne l'ai pas trouvé en français) sur toi, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 19:49

Je deviens écarlate quand le fantôme du Grand-père me lance une œillade. Non mais c’est quoi ces fantômes ?! Je n’ai pas entendu ce qu’il a dit à son petit fils mais vu ce qu’il lui répond… Il ne lui a quand même pas dit qu’il m’avait vu toute nue ?! Oh dear… Je suis dans la bouse de dragon ! Jusqu’au cou. Je préfère m’occuper de Lucas qui pose beaucoup de questions pour son âge. C’est un vrai plaisir de discuter avec lui. Il me montre ses jouets et je joue avec plaisir avec lui avant d’aller me coucher. Le lit est moelleux au possible et, même si je dors en culotte d’habitude, je préfère garder un pyjama complet aujourd’hui. Mauvais souvenir avec le fantôme. Mais je savoure le moelleux du lit.

Pas besoin d’un réveil : j’ouvre les yeux à l’heure habituelle. Je me prépare écoutant avec surprise les hurlements, mais visiblement cela ne choque personne. Donc… tout est normal… je suppose. Je descends en vitesse pour manger et ne pas être en retard pour ma journée. Je salue Alistair avec un sourire avant de m’installer. Café ? Va pour du café. Je mange tout ce qu’il y a, je ne suis pas avare pour la nourriture, et c’est clairement meilleur qu’en Angleterre. Heureusement qu’on mange surtout Néozélandais. Le mâle blessé ? D’accord. Je finis en vitesse mon repas avant de vérifier que mon étui de baguette est prêt. OK ! Tout est bon. Je suis prête.

Je pose ma main sur son bras et ferme les yeux. Quand je les rouvre nous sommes en bas des montagnes et j’entends la plainte du dragon. J’observe avec attention autour de moi. On dirait les… Les qui sont plus au nord de chez moi. Le territoire d’une femelle particulièrement agressive. Grondeuse. Cela me rappelle un peu ça. Il fait plus chaud ici que chez moi. J’observe à nouveau et plisse gentiment le nez avant de souffler :

« On se croirait chez moi. »

Je sors ma baguette et fais signe à Alistair que j’obéirais au moindre de ses ordres. Sur ce coup-là je ne m’amuserais pas à dire ce qu’on doit faire. Sur ce coup-là, je refuse ce charmant honneur. Je ne veux pas faire mes preuves : je veux réussir à soigner le dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 20:28


WINTER TRAINING



On se salue rapidement, mais on ne perd pas de temps. Baguettes à portée de mains, voire coincées entre les dents pour les deux soigneurs qui grimpent en tête, tout ce beau monde se met à gravir la paroi. Le vent glacial, tout droit venu du nord, ne les perturbe pas, même si les doigts en souffrent. Les visages rougissent, tant de froid que d'effort. Mais cela ne décourage personne.
Ils ont beau être discrets, le dragon les sent venir, les entend approcher. Alors, avant même qu'Alistair ne soit arrivé en haut de la paroi, il voit une longue traînée de flammes passer quelques mètres au dessus de sa tête.
Chaud, chaud, chaud.
Ils arrivent enfin en haut de la paroi, mais tous doivent rapidement se jeter au sol, à cause d'un second comité d'accueil des plus agressifs. La neige est absente en haut de ce pic, malgré son altitude et les températures hivernales. Il y a plutôt des flaques d'eau, probablement créées à l'instant.
Alistair, accroupi sur le sol, a déjà sa baguette à la main. Il guette Opaleye, murmure ses instructions rapidement – et en anglais, chose inhabituelle :
Colm, with me, in first line. The others, get around it. The goal is to stupefy it as quickly as you can.1
Un hochement de tête général. Par acquis de confiance, il leur murmure de rester prudent puis se lance avec Colm, longeant les parois avant d'entrer dans la caverne.
Le majestueux Noir des Hébrides est grièvement blessé. Une large entaille lui barre la gueule dans une plaie sanguinolante qui a l'air d'avoir commencé à s'infecter. Et si ce n'était que cela… Il allait falloir le descendre dans les enclos, ce qui ne serait pas de tout repos. L'animal n'avait absolument pas l'air de coopérer.
Gille furasta, mòr, furasta,” souffle-t-il, la main gauche tendue vers le dragon, les doigts de la main droite serrés sur la baguette.
Sauf que la bête n'a pas vraiment dans l'idée de se laisser amadouer. Il fait le dos rond, les pics sur sa colonne vertébrale se dressent. Il est en position d'attaque. Pourtant, ni Alistair ni Colm ne font un pas en arrière. Le reste de la troupe entre à son tour, et tous progressent avec lenteur.
Nouvelles flammes. Les sorciers se protègent simplement avec un sortilège, continuent d'avancer. Le dragon les observe, plisse ses grands yeux violets, lâche un nouveau grognement menaçant.

Et puis, d'un coup, tout s'accélère. Comme décidant qu'il y avait bien trop de monde dans sa grotte, le Noir des Hébrides se redresse sur trois pattes – la quatrième est probablement cassée, se dit alors le chef – et donne un grand coup de queue pour balayer le groupe.
Tous ont le réflexe de se baisser.
Sans anticiper le retour de bâton.
Alistair prend de plein fouet le mouvement retour de la queue, et se retrouve à traverser la grotte à grande vitesse. Il parvient au dernier moment à arrêter sa progression d'un enchantement informulé, atterrit en douceur, une main sur les côtes.
Il en a une qui a pris cher. Peut-être fêlée, peut-être cassée.
Mais ce n'est pas son problème, car, de là où il est, il voit l'attaque se diriger droit sur la jeune albinos. Les autres le voient aussi, et tentent un “Stupefy !” groupé. Seul quatre sorts atteignent leur cible, ce qui étourdit l'animal, et l'énerve donc.
Et Opaleye est la plus proche.
_____________
1Colm, avec moi, en première ligne. Les autres, encerclez le. Le but est de le stupéfixer aussi vite que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 20:50

Le dragon est en sale état, il a mal et n’a pas du tout envie qu’on s’approche de lui. Ça promet clairement du sport. Je lève les yeux face au jet de flamme et prends une profonde respiration. Ça va aller Opaleye. D’accord, on le stupéfix. Aucun problème. On devrait être assez nombreux pour réussir sans trop de problème. D’un coup de baguette je me protège du feu en continuant à suivre les instructions. Il est vraiment dans un sale état… Je devine le mouvement de queue plus par habitude qu’autre chose : les Opalœil mise sur ça que sur leur force brute. Je l’évite sans soucis mais grimace quand je vois Alistair se prendre un coup de queue. Atch ! Ça fait mal ça. J’espère qu’il va bien. Mais j’ai un autre problème.

Le dragon a décidé qu’une albinos c’est pas cool ! Je reste souple sur mes appuis prête à bondir Et à esquiver. Je vois les stupéfix partir, mais l’autre a décidé que je serais son jouet pour l’instant. Je roule au sol pour esquiver un coup de mâchoire, c’est pas passé loin. Ô Ancêtres ! Protégez-moi ! Je sers ma baguette dans ma main et m’oblige à rester calme. Je reste surprise du coup de pattes. Je roule au sol en me mordant la lèvre pour ne pas émettre le moindre son de douleur même si je sens mon dos heurter brutalement la roche. Une douleur irradie dans toute ma jambe et je réagis instinctivement : je me roule en boule sans plus bouger. Même quand le dragon rugit de toutes ses forces, je ne bouge pas, plus. Je fais la morte. Je sens mon cœur battre contre mes côtes, mais je me refuse le moindre mouvement, même quand le dragon me pousse à nouveau contre les rochers Mon bras. Il est tout prêt de moi ma baguette semble inerte dans ma main. Je souffle le sortilège pour l’endormir et la volute blanche s’élève autour de la tête du mâle, qui recule surprit. Je reste immobile le cœur battant attendant de voir si je peux éventuellement me laisser aller plus loin pour récupérer. Ma jambe et mon bras me font un mal de chien. J’espère que les autres vont bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 21:31


WINTER TRAINING



Stupefy !!1
Ils ont profité de l'attention détournée du dragon, occupé avec son nouveau jouet, pour attaquer à leur tour. Alistair, appuyé sur la paroi, observe le faisceau rougeâtre se dérouler vers sa victime et la frapper de plein fouet en même temps que les sorts de tous les autres hommes ici présent.
Touché.
La bête s'immobilise, comme surpris par tant de vivacité. Puis s'effondre d'un coup, de tout son poids, dans un grand fracas.
Enfin, tout le monde souffle. Le danger est écarté, ne reste plus qu'à transporter l'animal. Mais ce n'est pas ce qui inquiète l'écossais, qui se précipite vers sa protégée, en clopinant à cause de ses côtes – c'est définitif, c'est cassé.
Lassie ? Opaleye !” assène-t-il en posant genou à terre à ses côtés. Il a vu la force du choc, et ne plus la voir bouger l'inquiète.
Peut-être a-t-il vu trop grand pour elle. Après tout, toute talentueuse qu'elle était, c'était encore presque une enfant !
Tu n'exagères pas du tout, p'tit père.

Un premier oeil s'ouvre.
Puis le deuxième.
Le poids de l'angoisse s'envole de la poitrine de l'Ecossais. Bien sûr, il avait eu peur d'avoir indirectement tué la fille d'un ami – et il est bien placé pour connaître la douleur que l'on ressent quand on perd un proche. Mais il avait surtout eu peur de perdre une gamine à laquelle il tenait, et de la sécurité de laquelle il se tenait garant.
Il refusait de célébrer les funérailles d'une autre jeune femme sur ses terres.
“[colorlightsteelblue]How are you feeling, lassie ?[/color]” demande-t-il alors d'une voix plus douce, de laquelle l'angoisse s'est envolée. Il voit bien l'angle étrange que forme son bras, mais rien ne laisse voir la cassure de la jambe. Oh, bien sûr, il y a des égratinures, mais rien qui lui semble grave : après tout, lui en aussi en a pris pour son grade. “Can you walk ?2
Apparemment pas. Il grimace et lui ordonne alors de rester à terre sans bouger avant de se redresser précautionneusement, une main sur les côtes. Il échange quelques mots avec Colm en gaélique, comme pour se mettre d'accord avec lui. Ce dernier hoche la tête à plusieurs reprises et, finalement, ils se tourne tous deux vers une énorme pierre, la visant de leurs baguettes : “Portus.
Il ne faut que quelques secondes pour mettre une patte d'un dragon sur la pierre, puis celle de tous les hommes indemnes. Et encore une dizaine de secondes pour que le Portoloin les emmène tous avec lui, laissant les deux blessés derrière eux.

Alistair revient alors auprès de la Néo-Zélandais, pose à nouveau un genou à terre avec mille précautions.
I'm going to take you to our Mediwizard,” explique-t-il calmement. “You'll be back on feet in no time.3
Lui ? Boh, visiblement, se préoccuper de sa propre santé est le cadet des soucis du chef de clan.
Il prend la main valide la jeune fille dans la sienne, la prévient que le transport va être douloureux – oublie de préciser que ce sera le cas pour tous les deux.
Pop.

C'est dans un atterrissage loin d'être doux que les deux vétomages arrivent sur le sol d'une maison faite de pierres et d'un toit de chaume. Alistair aurait préféré arriver à l'extérieur, mais la douleur l'avait empêché de contrôler parfaitement la destination.
C'est une femme d'une quarantaine d'années qui s'approche alors d'eux, se relevant d'un bureau dans un coin de l'unique pièce de la maison pour les assister.
You look like someone who's been playing too close to a nest, Himself,” raille-t-elle. Elle a des traits d'une douceur infinie, le tout souligné par une épaisse chevelure noire, tressée selon la tradition celte. “And you must be the New-Zeland lassie I've been told about. Let's have a look at those injuries,”4 poursuit-elle en sortant sa baguette. Un coussin d'air vient se glisser sous Opaleye et la soulève délicatement pour aller l'allonger sur un lit, un peu plus loin.
C'est avec une infinie douceur que la Médicomage s'occupe d'elle, tout en maugréant contre la témérité de leur chef et plus globalement de tous les hommes de l'archipel. Avaient-ils vraiment besoin de se mettre ainsi en danger ? Elle babille sans forcément chercher de réponse, prend parfois la jeune fille à partie d'un air entendu.
Et une fois celle-ci rafistolée…
Don't you dare going away, Sir.5 Elle s'approche d'Alistair, déjà prêt à repartir, et pose une main sur ses côtes. Et c'est reparti : elle recommence son long discours, lui rappelle que lui aussi a droit à des soins, et que souffrir n'est pas un acte viril. Quelques sorts et divers baumes plus tard, elle les laisse repartir, non sans leur ordonner de se reposer au moins jusqu'au lendemain.
And by resting I mean : away from dragons !6

_____________
1Stupéfix !
2Comment tu te sens ? Tu peux marcher ?
3Je vais t'emmener voir un Médicomage. Elle te remettra sur pied en un rien de temps.
4Tu ressembles à quelqu'un qui a joué un peu trop près d'un nid, chef. Et toi, tu dois être la Néo-Zélandaise dont on m'a parlé. Jetons donc un oeil à ces blessures.
5N'essaie même pas de t'échapper, Monsieur.
6Et par rapport, je veux dire : loin des dragons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyLun 14 Jan - 22:36

Je suis vivante ? Je suis vivante. J’entends le dragon s’effondrer, le pauvre, et encore un peu sonnée j’attends quelques secondes avant de rouvrir les yeux quand j’entends la voix d’Alistair. Ouf. Je suis vivante ? Je ne tente pas de me redresser et je vérifie juste que ma baguette est intacte : c’est le cas heureusement ! Je souris un peu. Comment je me sens ?

« Vivante et vous ? Mais je ne peux pas marcher. »

Mon bras a un angle bizarre et je préfère ne pas le regarder avec attention. Ça me lève le cœur. Je reste sagement par terre et note qu’il se tient les côtes. Ohoho !

« Tout va bien Monsieur ? »

Je ne sais pas lequel de nous deux est le plus abîmé, mais je crois que cela se vaut. Moi je reste sagement par terre. Je n’ai pas envie de me redresser et me faire encore plus mal. Je reste sagement dans mon coin quand ils transportent le dragon et les autres soigneurs. Bon, ça c’est fait, le dragon va se faire soigner et tout ira bien. Je souris à Alistair qui ressemble en cet instant à un grand chevalier noble des temps anciens. Je hoche la tête.

« Je vous fais confiance. »

Je lui saisis délicatement la main et ferme les yeux. Le transplanage me lève le cœur et je grimace de douleur. Mais on arrive à bon port. La médicomage nous saute dessus presque aussitôt et je me laisse totalement faire en silence. Je ne m’aventure même pas à prendre parti. Le bruit que fait mon bras en se remettant est écœurant, mais je ne dis rien. Elle est très douce, mais je ne peux pas m’empêcher de défendre Alistair.

« Ce n’est pas sa faute… C’est la mienne aussi. Je n’ai pas été assez prudente. »

Je souris en le cachant derrière ma main en le voyant se faire gronder comme un petit garçon. Et oui, ne pas cacher ses blessures c’est aussi un acte viril : reconnaître la douleur, reconnaître qu’on a besoin d’aide. C’est dur aussi. Et on se voit interdire d’approcher les dragons jusqu’à demain. Je reste un peu surprise avant de passer une main dans mes cheveux.

« Désolé de vous avoir inquiété… »

Pas besoin de dire que ce n’était pas prévu… Je pense qu’il s’en doute. On préfère donc rentre et Lucas semble ravie d’avoir quelqu’un avec qui jouer, à part sa nounou et les fantômes. Même s’il interroge son père pour savoir pourquoi on est rentrés si tôt. Le laissant un moment jouer au calme, je finis par m’endormir devant le feu, ramollie par la chaleur, mon carnet de note sur ce séjour sur les genoux, complété comme il se doit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Messages : 317
Date de naissance : 02/02/1987
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyMar 15 Jan - 18:59


WINTER TRAINING



Pop.
Immédiatement, Lucàs relève la tête. Il n'a plus aucun intérêt pour sa leçon de lecture, donnée par sa grand-mère. Attiré par le bruit qu'il ne connaît que trop bien, il bondit tel un diable hors de sa boîte et se précipite vers les deux nouveaux arrivants. Alistair l'accueille avec un sourire, élude superbement la question sur leur retour anticipé en lui demandant pourquoi il avait délaissé sa leçon.
L'effet est immédiat : le petit garçon fait une moue qui en dit long et retourne à sa lecture en traînant des pieds. Il fera ensuite ses lignes d'écriture, plume à la main, chose prise en charge par son père qui n'a pas si souvent l'occasion de s'en occuper. Aoife ne tarde pas à s'effacer, profitant elle aussi de ce congé non prévu. Et Lucàs, ravi que la leçon du jour soit donnée par le chef de clan lui-même, se montre moins bougon que d'ordinaire.
Il voit bien Opaleye compléter son carnet au coin du feu, et veille à ne pas la déranger.
Après l'écriture vient la leçon d'Histoire. Si Alistair connaît assez mal l'Histoire d'Angleterre, il est incollable sur l'Histoire de l'Ecosse côté sorcier. Il prend un ton grave pour raconter l'histoire de leur clan ; aujourd'hui, il lui conte les invasions vikings, venus s'emparer des peuples gaëls alors installés ici. Il parle des Drakars, originellement ornés d'une tête de bête nordique, qui prendra suite au passage sur l'archipel – dit-il – la forme d'une tête de dragon. Il mêle Histoire et légendes, au plus grand plaisir de l'enfant qui se montre très sage, serrant sa peluche en forme de dragon contre lui.

A bheil i a 'cadal, athair?” interroge-t-il à mi-voix, observant avec attention la jeune fille endormie.
Alistair laisse un sourire fleurir sur son visage, attendri – sans que l'on sache si c'est par la sollicitude de sa progéniture, ou par le calme qui se dégage du sommeil d'Opaleye. Il hoche la tête et pose un doigt sur les lèvres, pour inciter l'enfant à ne pas faire de bruit. Ce dernier comprend et se laisse soulever du sol par son père, serrant toujours la noire peluche contre lui.
L'Ecossais s'échappe alors, sans un mot, vers les cuisines en sous-sol, et, d'un coup de baguette, le repas se met en route de lui-même. N'étant lui-même pas des plus doués en la matière, il laisse la magie cuire quelques légumes racines et des charcuteries locales.

Et puis, de longues, très longues minutes plus tard…
Lassie ? Do you wish to sleep or will you come and have a wee bite with us ?1
La main sur l'épaule de sa protégée, Alistair l'observe s'éveiller et, quelle que soit sa décision, s'y plie avant de retourner à sa vie de famille.
La soirée ne sera pas longue : la journée a été éprouvante et c'est assez tôt que l'homme, enfant hilare sur l'épaule, monte dans les étages pour coller sa progéniture au lit. Il doit tourner un peu dans les couloirs pour trouver la chambre de l'enfant, qui a décidé d'aller aussi loin que possible, jette le petit dans le lit. Il accepte de lui lire une histoire, qu'il ne finira pas.
Car Lucàs s'est très rapidement laissé entraîner dans le sommeil.

Good morning, lassie,” salue-t-il, matinal comme toujours, en voyant Opaleye entrer dans les cuisines. Accompagné de son éternel café, d'un bol de porridge, d'une pomme et, évidemment, d'un journal qu'il est déjà occupé à lire. “Do you feel rested ? Ready to see the dragon that tried to kill you ?2
Il taquine, mais n'en prête pas moins attention à la réponse : il ne forcera pas la jeune fille à venir aux enclos si elle ne le veut pas. Faire face à un dragon qui s'est déjà montré violent avec soi n'est pas toujours simple.
_____________
1 Jeune fille ? Tu veux dormir encore un peu ou tu veux venir manger un morceau avec nous ?
2 Bonjour, jeune fille. Tu t'es bien reposée ? Prête à voir le dragon qui a voulu te tuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t615-alistair-a-macfu
Messages : 312
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training EmptyMar 15 Jan - 21:03

Je vole… sur le dos d’un Opalœil, accroché à ses écailles. Mes cheveux volent derrière moi et mon chez moi se déroule sous mes yeux. Je caresse le dragon qui ouvre la gueule et crache un long jet de feux. Je rouvre péniblement les yeux et regarde Alistair en passant une main dans mes cheveux… Hein ? Qu’est-ce qui se passe ? Ah ! Manger ! Je baille à m’en décrocher la mâchoire et hoche la tête.

« Oui ! Désolé ! Je viens manger avec plaisir ! »

Je me frotte le visage en glissant mon carnet dans ma poche. C’est tellement rare que je m’endorme de la sorte ! Et je me sens encore bien fatiguée. Je vais dormir comme un bébé ce soir ! Et je crois que c’est le cas d’Alistair aussi. Mais je mets presque une bonne heure à trouver ma chambre. Maudit château ! Je me roule en boule sous les draps et m’endors comme une masse. Le réveil est rude le lendemain, mais je descends à l’heure. Je souris à Alistair en le saluant avant de m’installer. Je secoue doucement la tête amusée par sa remarque.

« Comme Lucas ! Et il n’a pas voulu me tuer, sinon je serais morte, j’ai eu beaucoup de chance hier, il ne voulait pas me tuer. Oui, je veux bien aller le voir ! Sans aucun problème. J’espère qu’il va mieux. »

Je dévore comme un Pansedefer et avale deux tasses de café pour me réveiller avant de suivre Alistair en rajustant mon étui autour de ma cuisse. Je reste sagement un peu en arrière en observant le dragon qui semble avoir meilleur mine. Je n’ai pas peur de lui, cela fait partit du métier ce genre de chose. Je n’ai pas eu pire, mais j’ai déjà vu pire. Les Opalœil ne sont pas de nature agressive, mais quand ils refusent quelque chose, ils ne refusent et ils font autant de dégats qu’un autre dragon. Je souris en regardant le Noir.

« Il semble aller mieux ! Combien de temps va t-il rester loin de son nid ? »

La femelle a l’air d’aller bien elle aussi. Du moins je n’ai pas eu l’impression. L’autre dragon, le mâle semble encore en piteux état. Je penche légèrement la tête sur le côté quand je vois qu’il tourne la tête vers nous. Est-ce qu’il me reconnaît ? J’ai des doutes… mais sait-on jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Winter Training   Winter Training Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Winter Training
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Training hélécine samedi
» Test Winter Assaut par Manik
» Training Day
» Hayden Winter
» Le Journal de Winter's War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: Anciens Rps-
Sauter vers: