Si vous souhaitez encore poster dans l'event des antidotes, vous pouvez jusqu'à août !
Pour en savoir plus, allez donc faire un tour dans les flashbacks !
Pas de restrictions au niveau des groupes :
vous pouvez venir incarner qui vous le souhaitez,
qu'importe votre maison ou la pureté de votre sang !

Nouvel event très important pour la suite !
Pour en savoir plus, allez donc à Poudlard, où tout semble arriver !
Nouveau recensement en cours pour juin/juillet !
Pour en savoir plus, allez donc ici pour ne pas être supprimé !

Partagez
 

 Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 64
Date de naissance : 21/11/1978
MessageSujet: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 11:50

Noah Maxim Inuksuk

Feat. Tom Hardy




Âge : 40 ans Sexe : Mâle Date de naissance : 21 novembre 1978 Nationalité/Origines : Américain, Alsaka Orientation sexuelle : Homosexuel Statut civil : Divorcé, père de deux petites filles Maison : maison de l'Oiseau-Tonnerre (Ilvermorny) Groupe : Magic is Good Profession/Études : Professeur à la MUL (enseignant-chercheur en botanique) Statut de sang : Né moldu Baguette magique : Chêne blanc (loyal, exige force, courage et fidélité de la part de son sorcier et s'associe bien aux sorciers dotés d'une puissante intuition et d'une grande affinité avec la nature), corne de Serpent Cornu, 33cm, très flexible Patronus : une abeille Sa relation avec la magie : Fascinante. Tout bonnement fascinante. Et chaque jour, il veut en découvrir plus sur ses différentes facettes. Signe(s) distinctif(s) : il a le corps couvert de divers tatouages, souvenirs de ses voyages ou de ses découvertes ; gaucher.



Caractère

Explorateur
Il a toujours eu envie d'explorer. D'un tempérament aventureux, il n'hésite pas à sortir de sa zone de confort, que ce soit pour se faire baroudeur et découvrir de nouveaux lieux, ou bien dans sa vie personnelle. On peut même dire que découvrir de nouvelles choses lui apporte une certaine satisfaction, pour ne pas dire beaucoup de plaisir.

Conteur
Un talent inné. Quand il raconte des histoires ou des légendes, la voix de Noah baisse d'une octave, devient plus profonde, et il parvient à prendre des intonations, à moduler sa voix, bref, il devient passionnant. Et puis, il sait toujours ajouter le petit détail qui fait la différence.
Un talent utile avec les enfants… Mais aussi, il le découvre, en tant qu'enseignant.

Sociable et fidèle
Ouvert aux autres, Noah est du genre à aller vers des personnes qu'il ne connaît pas pour commencer la conversation, avec un naturel tout américain. Il n'hésite pas non plus faire le premier pas, prendre des initiatives… Et aime beaucoup être entouré, quand bien même il n'est absolument pas gêné par la solitude.
C'est en outre un bon copain. Fidèle, il n'est pas du genre à laisser tomber les siens facilement, et n'hésite pas à tendre la main à qui en a besoin.

Débrouillard
Bien que sorcier, il n'a pas toujours le réflexe d'utiliser sa baguette en solution à un problème - ce qui lui a été particulièrement utile quand cette dernière s'est mise à déconner. Il est aussi assez bricoleur et, bien qu'il soit gaucher, est plutôt doué de ses mains - et pas juste parce qu'il a la main particulièrement verte.

Optimiste et heureux de vivre
Noah est un éternel optimiste. Il voit toujours le verre à moitié plein et, par la même occasion, a tendance à voir le meilleur chez les autres, quitte à en devenir parfois un peu naïf. C'est également quelqu'un d'heureux de vivre, qui a conscience de la fragilité de la vie et compte bien en profiter.

Peu autoritaire
Il le découvre en tant que parent, mais surtout en tant qu'enseignant : il n'a absolument aucune autorité. S'il parvient à se faire entendre par ses deux filles grâce à sa grosse voix – ce qui lui demande des efforts considérables, il est incapable de faire la même chose avec ses étudiants. Il est plutôt du genre à la cool.
Hey, il est face à des adultes, pas à des ados. Il n'est pas là pour exercer une autorité inconvenue.

Insouciant
Après des années passées à vivre sans se soucier du lendemain, Noah a parfois du mal à se projeter sur le long terme et a tendance à vivre au jour le jour. C'est un trait de caractère qui tend à se gommer avec l'âge et les responsabilités, mais qui est toujours là, notamment dans son côté dépensier. Heureusement qu'il gagne bien sa vie.

Cassant
Noah n'est pas du genre à s'énerver. Quand on lui cherche un peu trop de poux et qu'on parvient à effacer sa bonne humeur, c'est souvent pour le voir devenir blessant et méprisant. Une méthode bien plus efficace que la colère, d'ailleurs.




Histoire

Tout commence dans une contrée lointaine, au niveau du cercle polaire arctique. Nous sommes en plein hiver, au milieu de la neige et des aurores boréales, dans une bourgade coincée quelque part entre les ours polaires et le Détroit de Bering.
Notre histoire commence donc à Bethel, en Alaska. Dans cette ville qui compte alors trois mille cinq cents âmes, un couple des plus étranges s'est formé : d'un côté, Mary Hopkins, descendante des colons venus chercher de l'or, des décennies plus tôt, et de l'autre, Maksim Inuksuk, issu d'un métissage entre la population autochtone de cette partie du globe et d'un descendant de colons russes, établis ici bien avant les américains.
Un beau mélange, vous en conviendrez. D'autant plus qu'il se concrétise en cette nuit d'automne, alors que des cris suraigus viennent secouer le blizzard.
Un petit Noah vient de voir le monde.  

Mai 1984
Engoncé dans des vêtements qui commencent à être trop petits pour lui, Noah sautille aux côtés de sa mère. Il n'a aucune idée d'où ils vont, mais il adore l'accompagner le long des quais du port. Il peut entendre le clipotis de l'eau, affronter le vent glacial, jouer au justicier entre les grosses boîtes qu'on met sur les bateaux. Il n'écoute pas les discussions d'adultes, préfère grimper sur une palette et en sauter, insouciant.
Et là-bas, il y a encore une plaque de verglas qui n'a pas fondu ! Il court alors droit dessus, et fait une super glissade, se casse la figure en bout de piste, se redresse aussi sec.
Maaaaaa ! Did you saw that ?
M'maaaan ! T'as voyu ça ?
La concernée se tourne vers son petit garçon, corrige son erreur de grammaire, et reprend sa conversation avec le docker qu'elle est venue voir. Et l'enfant est content d'avoir obtenu son attention, et reprend ses jeux, indifférent au froid polaire qui fait encore des siennes à ce moment de l'année.

Octobre 1985
L'hiver revient. On le voit tout de suite. Les oiseaux s'en vont, les orignaux se font plus rares. La toundra recule, la végétation disparaît. Assis sur un rocher, Noah écoute ce que lui explique son père sur la plante qu'ils viennent d'observer. Une plante qui, dit-il, cèdera bientôt face à l'ardeur de l'hiver et ne reviendra que lorsque les dernières glaces auront fondu.
Ne peuvent-ils pas la sauver ? Interroge le petit garçon âgé de sept ans. Ils ont peu de plantes, à la maison. Les plantes d'intérieur supportent mal le climat de l'Alaska, avec ses deux saisons, sa lumière constante pendant des mois, puis absente l'autre moitié de l'année. Son père, toutefois, se dit que l'apprentissage se fera mieux par l'exemple, et accepte que le garçon cueille la plante pour la ramener à la maison. Noah descend de son rocher et, avec mille précautions, arrache les feuilles du sol, prend les racines avec elle, et s'empresse de retourner chez lui. Là bas, il met son butin dans l'eau, et l'observe attentivement.
Il en prendra grand soin, des jours durant. Et, contre toute attente, la plante survivra à l'hiver. Ils la replanteront même au printemps.
Et Maksim de s'enorgueillir de la main verte de son fils unique, sans savoir que sa magie est la seule responsible de la survie de l'organisme.

Eté 1989
On ne reçoit pas beaucoup de courrier à Bethel. Encore moins de visite. Quand un homme habillé de façon bien étrange vient frapper à la porte de la maison, lettre à la main, il est accueilli avec méfiance par la petite famille. Il y a des éclats de voix, dans l'entrée, qui attirent le garçon. Il vient de finir son petit déjeuner et n'a pas encore débarrassé sa table, ce qui ne manquera pas de lui attirer des ennuis. Mais il a entendu son nom dans l'échange entre les adultes.
Ma ? Da ?” appelle-t-il.
Le silence tombe immédiatement, et l'homme vêtu d'habits bizarres – un poncho par dessus ce qui ressemble à un pyjama – s'avance vers lui, se comporte comme s'il était chez lui et invite la famille à s'installer dans sa propre cuisine.
Se tiendra alors la conversation la plus étrange que Noah ait jamais eue. On lui dit qu'il est un sorcier, qu'il a des pouvoirs magiques, et qu'il est inscrit dans une école au nom étrange qui se situe… en plein Massachussets. Et que là-bas, il obtiendra une baguette magique – qui y restera jusqu'à sa majorité – et qu'il apprendra à s'en servir.
C'est ainsi que Noah, du haut de ses onze ans, fera son entrée à l'école d'Ilvermorny. Il y découvre le climat, avant toute chose, et les quatre saisons typiques de cette partie de l'hémisphère nord. Une diversité de plantes comme il n'en a jamais vu que dans les livres, aussi. Tout attire son attention. Et que dire de l'entrée dans les lieux !
La cérémonie de répartition est aussi étrange qu'on pourrait l'imaginer. Noah observe ses camarades s'avancer, un par un, entre les quatre statues, voit ces dernières se manifester tour à tour pour prendre l'élève dans sa maison. Puis vient son tour.
Il lève les yeux vers les autres étudiants, déjà répartis, eux, qui les guettent et font des commentaires depuis les étages supérieurs. Il s'avance jusqu'à cet endroit où un noeud est dessiné sur le sol, fait face aux statues en attendant de voir laquelle s'animera pour l'accueillir. À moins que deux d'entre elles ne le fasse ?
Un temps se passe et puis l'Oiseau-Tonnerre s'anime, bat des ailes. Une partie des élèves laisse éclater sa joie, sans qu'il soit sûr de comprendre. Déjà, voir une statue se mettre à bouger devant soi avait de quoi perturber, alors le reste…
Surtout que ce n'est pas terminé. Il doit maintenant se rendre une Grande Salle pour être choisi par une baguette. Il trouve le concept étrange – pourquoi n'est-ce pas lui qui la choisit ? – mais se plie à l'exercice.
Il en ressortira quelques instants plus tard avec une baguette faite en chêne blanc, et contenant une corne de Serpent Cornu.

Janvier 1991
You wouldn't believe it ! We don't have as many plants in Alaska !
Tu ne me croirais pas ! On n'a pas autant de plantes en Alaska !
Rien d'aussi luxuriant en tout cas. Aussi subjugué qu'au premier jour par la flore qui l'entoure, Noah s'évertue à réaliser un croquis d'une plante qu'il a aperçue en cours de botanique, plus tôt dans la journée. Le professeur leur avait dit qu'ils ne l'étudieraient pas avant encore quelques années, ce qui était source d'une grande frustration pour le jeune homme.
Les amis de l'adolescent ne comprennent pas toujours son attrait pour les végétaux. Eux préféraient les sorts, les duels, faire exploser des choses. Lui, en revanche, était complètement fasciné par la diversité de plantes qu'ils voyaient, qu'elles soient magiques ou non. Il rêvait déjà de parcourir les immenses forêts vierges qu'on trouvait à la surface du globe, mais se rendre compte qu'il y en avait plus encore à découvrir du côté magique… C'était tout bonnement incroyable.
Alors il allait les recenser. Trouver celles qu'il restait à découvrir, s'associer à des potionnistes pour en trouver les propriétés si elles en ont, apprendre à s'en servir…
Enfin, pour le moment, il allait surtout s'efforcer d'en savoir plus. Et compiler ses observations à l'aide de croquis.
Dire que Maman avait pensé que les cours de dessin de son enfance avait été une perte de temps…

Avril 1994
Come on ! Tell us ! What was it like ?
Allez, dis nous ! C'était comment ?
Bousculé gentiment par ses camarades, Noah hésite sur la conduite à tenir, entre la joie timide – ce qui lui permettrait d'être courtois avec la demoiselle avec qui on vient de le surprendre en flagrant délit de premier baiser – et la fanfaronnade toute adolescente du garçon qui a réussi à pecho une jolie fille. Un peu euphorique, il finit par ne faire aucun choix et se laisse malmener, un grand sourire aux lèvres.
Elle a fuit dès que la bande de gros ahuris de seize ans s'est pointé à grands renforts de “po po pooooo !” en découvrant Noah les lèvres collées contre les siennes. Il faudra qu'il la retrouve, quand ils auront fini de le taquiner sur la question. Il aimerait bien discuter à nouveau avec elle.
Et puis, c'était pas désagréable, comme sensation.

Septembre 1995
C'était inespéré.
Quand il avait fait la demande d'un échange avec Castelobruxo, c'était sans trop y croire. Il n'était pas un élève brillant, bien que passionné par la botanique. C'était d'ailleurs la raison de sa demande : l'école de magie d'Amérique du Sud avait la réputation d'être tournée vers l'herbologie et la zoomagie, en plus d'être nichée au coeur d'un des écosystèmes les plus riches du monde !
Alors quand il reçoit la lettre qui lui annonce qu'il a été retenu pour y finir sa scolarité, il ne peut que laisser exploser sa joie. Il quitte le froid de l'Alaska, mais pas pour rejoindre le climat océanique du Massachussets, cette année. Non, cette année, il pourra s'abreuver de savoir, l'engloutir avec gourmandise, jusqu'à s'en rendre malade.
Et quand il voit l'école pour la première fois, c'est avec la même fascination que celle qui l'avait saisi quand il était entré à Ilvermorny. Une fascination plus grande, même.
Un an, c'est trop court, d'ailleurs, et il le comprend vite. Il en tire profit, étudie comme jamais, apprécie à leur juste valeur les sorties dans la Forêt Amazonienne, multiplie les croquis, les lectures.
C'est décidé, c'est ainsi qu'il veut vivre. Au milieu de la nature, parmi les plantes. Il veut les comprendre, les étudier. Les découvrir.
Car leur étude semble sans fin.

Août 1997
I don't like this, Noah.
Je n'aime pas ça, Noah.
C'est ce que sa mère a dit quand il a bouclé son sac à dos, sourire aux lèvres, prêt à partir à l'aventure. L'air inquiet, elle avait vu son garçon devenir un homme, presque, et décidé qu'il voulait parcourir le monde. Mais pas comme les sorciers, non : il voulait commencer son périple à pied, suivre les Rocheuses pour rejoindre l'Amérique Centrale, puis revoir l'Amazonie et sa forêt vierge, puis… Puis il ne savait pas très bien. Il se laisserait porter par les découvertes, les rencontres, verrait bien où la vie le mènerait. Sur un autre continent, peut-être, vers les forêts vierges africaines, ou bien dans les forêts primaires de Papouasie, ou…
Il voulait étudier toutes ces plantes qu'il restait à découvrir, qu'elles aient des propriétés magiques ou non. Profiter de sa jeunesse pour ne pas s'enfermer dans quatre murs.
Dire adieu au cercle polaire arctique et à son climat hostile.
Il serre alors sa mère contre lui une dernière fois, sans savoir quand il la reverra, et entame son long périple.

Mars 2000
Assis à même le sol, mangeant de petites baies qu'une tribu locale lui a désignées comme étant comestibles, Noah dresse le croquis d'une longue liane qui rampe à même le sol et à laquelle les autochtones prêtent des pouvoirs médicinaux. Seul le chaman a le droit de la toucher et d'en couper un morceau, pour en extraire l'essence… Mais il n'avait pas très bien compris dans quel but.
Le problème, quand on ne parle pas la langue, reste de se faire comprendre. Les signes rudimentaires et les quelques mots glanés ça et là au fur et à mesure des voyages ne suffisent pas toujours.
Il a la conviction que cette plante a des propriétés magiques, toutefois, comme les indigènes, bien que non-maj', l'ont pensé. Il lui a semblé voir une créature ressemblant vaguement à un Botruc passer entre ses fleurs, et c'est un signe qui ne trompe pas.
Il se passe le dos de la main sur le front, l'humidité des lieux rendant l'air étouffant. Il n'en est pas moins concentré sur sa tâche. Il a compilé nombres de plantes qu'il n'avait jamais vues, dans son voyage, dont certaines n'avaient sans doute jamais été répertoriées. Quand il reviendra au contact de la civilisation, il croisera ses informations avec celles déjà connues et… Et peut-être pourrait-il publier son premier livre ?
On a le droit de rêver non ?
Peut-être le prendrait-on assez au sérieux dans la communauté scientifique magique, aussi ? Ou pas ? Il n'était pas au contact de ces personnes là, bien qu'à la sortie d'Ilvermorny il ait assisté à quelques conférences sur son domaine de prédilection, afin de se faire une idée. Il avait eu l'impression que c'était un domaine d'encravatés, quand même. Lui qui pensait que les botanistes seraient plutôt faits de son bois…

Juin 2003
L'effervescence qui saisit brutalement la tribu attire l'attention d'un jeune homme, pourtant fort occupé. Une des anciennes de la tribu papou dans laquelle il a été accueilli pour quelques semaines est en train de lui montrer comment extraire le pollen d'une plante aux propriétés magiques extraordinaires. Un pollen qui entrera notamment dans la composition d'onguents utilisés pour se protéger de piqûres d'insectes magiques, lointains cousins des doxys.
Tout à sa tâche qu'il est, il finit son oeuvre avant de s'avancer parmi les autres, pour voir qui sont les nouveaux arrivants : deux d'entre eux sont des membres d'une tribu voisine, d'où la tension qui s'est installée – il y a certaines tensions entre les peuples autochtones, ici. La troisième est une jeune femme de son âge, aux yeux noirs et à la peau trop sombre pour être originaire des lieux. Elle n'est pas arrivée il y a très longtemps, se dit-il en trouvant ses vêtements bien trop propres.
Ce n'est qu'à la nuit tombée, au coin du feu, que Noah vient apporter sa bonne humeur auprès de cette nouvelle arrivante, et qu'il commence à échanger avec elle. Elle s'appelle Farashuu, vient du Kenya, et est venue, elle, étudier les formes de magie dites autochtones. Elle a déjà voyagé en Afrique, où, lui explique-t-elle, on privilégie l'animagie et la manumagie à l'utilisation de baguettes, plus occidentale. Elle a étudié à Uagadou, et s'est penchée sur les peuples de son continent d'origine, même si, elle l'avoue, elle est loin d'en avoir fait le tour. Une opportunité s'est offerte à elle, quelques semaines auparavant, de venir étudier d'autres approches auprès des peuples australs, alors… Elle n'a pas hésité.
Il lui présente, quant à lui, son parcours, la raison de sa présence ici. Et, de fil en aiguille, lui propose de faire un bout de route ensemble.
À partir de ce soir-là, ils ne se quittent plus.

Mai 2005
Le sac à dos rejoint le sol dans un son mat. Noah se jette sur le lit, poussant un long soupir de satisfaction. Farashuu l'observe d'un air critique, mains sur les hanches.
Come ooooon ! How long has it been since the last time you slept in an actual bed ?” s'exclame l'homme avec un immense sourire aux lèvres.
Alleeeez ! Depuis combien de temps n'as-tu pas dormi dans un vrai lit ?
Il se redresse et attrape sa compagne par la taille avant de la faire tomber dans le lit à ses côtés. Elle se laisse, comme souvent, séduire par ce sourire franc, et paresse donc avec lui quelques instants sur le moelleux du matelas.
Ils sont en Australie et reviennent à peine à la civilisation après plusieurs mois dans le bush, auprès des aborigènes. Noah avait fini de compiler ses notes en même temps qu'il étudiait les plantes magiques de cet endroit du monde, et avait envoyé un script de son livre à une maison d'édition sorcière. Il avait échangé nombre de lettres avec son éditeur, et ils avaient convenu qu'ils publieraient ses travaux en plusieurs volumes.
C'est à Sydney qu'il voit un représentant de la maison d'édition, une semaine plus tard, et ce dernier de lui remettre un exemplaire de son premier livre.
Magical plants around the world : names and use, Vol.1.
Se doutait-il alors que c'était le premier tome d'une série de cinq ? Et qu'il multiplierait les sujets de recherche ?
Non.
Pas plus qu'il ne s'attendait à ce que ce soir là, sa compagne l'accueille avec un repas servi directement dans leur chambre d'hôtel, et le demande en mariage au moment du dessert.
Ils se marieront trois mois plus tard.

Décembre 2006
Breaaaathe ! And keep talking !
Respiiiiire ! Et t'arrête pas de parler !
Uneflopéee de jurons lui répond, mais Noah ne s'en offusque pas. Farashuu, coincée entre les tentacules d'une plante qu'elle n'identifie pas, n'a pas envie de servir de dîner. Ils ont pris cette plante, immense et aux lianes épaisses faisant un énorme sac de nœuds, pour une variante de Filet du Diable. Variante car, comme chacun le sait, le Filet du Diable aime les environnements sombres et humides, tandis qu'ici il vit en pleine lumière, à peine couvert par les arbres de Dandaka, une forêt magique de l'Inde.
Mais à y regarder de plus près, Noah se rend compte qu'elle ne compte pas simplement étouffer sa femme, mais bien la digérer. Il y a comme une couche gluante et visqueuse sur les lianes, là où feuilles et fleurs étaient presque duveteuses tant elles étaient douces. C'est un mécanisme qu'on trouve sur bien des plantes carnivores tropicales. Et si c'est bien ce qu'il pense, ça explique pourquoi les quelques moldus se perdant par ici n'en ressortent jamais vivants.
On comprend mieux que Dandaka soit cachée et bénéficie d'un statut de légendes dans les populations non-maj'…
For Aja's sake, do something !
Pour l'amour d'Aja, fais quelque chose !
Malgré le stress de sa femme, Noah ne se laisse pas gagner par la panique et essaie d'analyser la plante aussi froidement que possible. Ce n'est pas simple, car même sans les cris de la Kenyane, il sent son coeur battre à tout rompre à l'idée qu'il ne trouve pas comment la sortir de là.
Finalement, face à l'urgence de la situation, il finit par sortir sa baguette, murmure une longue incantation. L'air se trouble et se refroidit brutalement tout autour de la plante, alors qu'il crée comme une bulle de froid autour d'elle. Elle aime la chaleur, la lumière, l'humidité. Un froid sec devrait la pousser dans ses retranchements, et avec un peu de chance…
Le bruit sourd d'une chute lui fait comprendre qu'il a vu juste.
Crawl over here !” l'encourage-t-il, tout en maintenant son sort.
Rampe jusqu'ici !
Ce n'est que lorsqu'elle a réussi à se faufiler jusqu'à lui, grelottant de froid et tremblant encore un peu de peur, qu'il les fait reculer et lève son enchantement avant de la prendre contre lui.
Ils ont eu très, très, très chaud, là.

Juillet 2009
Almost there, hang on !
On y est presque, tiens bon !
Installé à l'arrière d'un taxi un peu miteux, Noah ne lâche pas la main de sa femme, quand bien même cette dernière semble bien décidée à lui briser les phalanges. Quand elle lui avait annoncé être enceinte, neuf mois plus tôt, il avait sauté de joie, et, malgré la différence de taille entre eux, l'avait soulevée de terre pour lui faire part de son enthousiasme. Ils avaient évoqué l'éventualité de se rapprocher des villes pour qu'elle puisse mener sa grossesse à bien, de se sédentariser de façon définitive, peut-être, au lieu de se contenter d'une location de trois mois ça et là entre deux expéditions. Et puis… L'appel de l'aventure avait été plus fort. Ils avaient repoussé, et, de fil en aiguille, avaient fini au beau milieu du Brésil. La raison était revenue quand le ventre rond de la jeune femme était devenu trop évident pour être ignoré et ils avaient trouvé en urgence une petite location à Rio de Janeiro.
Sauf que quand les contractions sont arrivées, ça a été la panique. Oh, bien sûr, ils avaient prévu de quoi accueillir l'enfant – sans savoir si ce serait une fille ou un garçon, d'ailleurs –, même si c'était de façon un peu rudimentaire. Mais ils n'avaient pas anticipé que le transplanage était quelque peu contre-indiqué dans cette situation.
Arrivés à l'hôpital, Noah balance quelques reals au chauffeur, accompagne Farashuu jusqu'à la salle d'accouchement.
Le travail est long, particulièrement long, mais par chance, sans complication.
Et c'est au biais de quelques lettres que le jeune père annoncera à sa famille et à sa belle famille la naissance de la petite Amaryllis.

Février 2010
Bébé calé contre le torse, retenue par une écharpe en lin astucieusement nouée, Noah marche d'un bon pas. Il retient machinalement la toute petite fille d'une main, sans y réfléchir, comme pour s'assurer qu'elle était bien retenue contre lui. Farashuu a ouvert le chemin, accompagnée de leur guide, à travers la nature luxuriante d'Asie. En cette zone tropicale, on ne ressent pas le froid qu'on devrait subir en ce mois de février. Cette expédition, la première depuis la naissance d'Amaryllis, ne concernait que les travaux du botaniste. Il était prévu qu'il parte seul, d'ailleurs, pour laisser le temps à la mère et la fille de se reposer encore quelques mois au Brésil. Mais sa femme a tenu à rester avec lui.
Combien de couples parvenaient ainsi à continuer leur vie de famille en étant nomades ? Pourquoi n'y parviendraient-ils pas ? Et puis, quand la petite fille deviendrait grande, ils ne pourraient sans doute plus évoluer ainsi à leur gré…
Le guide ne s'arrête qu'au bout du sentier, et désigne de la main quelque chose, devant lui, en leur parlant dans une langue qu'il ne comprend pas. S'il a toujours réussi, plus ou moins, à se faire comprendre grâce à l'anglais et au portugais – appris à Castelobruxo – il n'a jamais été très doué en langues – il laisse ça à sa femme, qui, elle, a des facilités certaines dans le domaine.
Il n'a pas besoin de comprendre, toutefois, car face à eux se dresse une magnifique cascade, entourée d'une végétation abondante. Alors, un immense sourire aux lèvres, Noah se glisse jusqu'au bord de l'eau, dégaine son carnet et son crayon, et commence à faire des croquis de toutes ces plantes, s'imprègne de la magie des lieux. Farashuu le rejoint et lui explique, à voix basse, qu'il s'agit d'un site sacré pour les non-maj', et prisés par les sorciers autochtones pour son abondance en plantes propices à la préparation de potions ou de rituels.
Il écoute les explications, la légende qu'on lui raconte sur le petit buisson, là-bas, aux feuilles qui changent de couleur en fonction du moment de la journée ; et puis une histoire sur ce gros arbre aux racines entrelacées, abritant des créatures dont il ne retient pas le nom.
Exceptionnel.

Mars 2011
Cette fois, ils ont été un peu plus sages. Dès que le ventre de Farashuu a commencé à s'arrondir, les deux époux ont pris la route de l'Europe. Ils comptaient s'y installer quelques temps, de toute façon – Noah voulait explorer la Forêt Noire – et c'était sans doute ce qu'il y avait de plus sage pour Amaryllis, qui grandissait, et l'enfant à venir. Ils s'installent donc près de Stuttgart, trouvent un appartement dans lequel s'installer. C'est l'occasion, pour l'un comme pour l'autre, de goûter à une sédentarisation plus longue, d'y prendre goût – ou non. Ils en profitent aussi pour compiler leurs travaux, et Noah met à cette période le point final du troisième volume de son Magical plants around the world : names and use.
Il leur faudra tout de même affronter le froid le jour de l'accouchement. Plus habituée aux fortes chaleurs, la jeune mère ne se privera pas de faire savoir à son époux qu'elle comprenait pourquoi il avait fui son cercle polaire natal. Pour, cinq minutes après, lui dire qu'il aurait dû y rester plutôt que de lui faire subir un nouvel accouchement.
Et Amaryllis, âgée de vingt mois à peine, pourra, au bout de quelques longues heures de travail, faire la connaissance de sa petite soeur.
Hazel.

Mai 2011
I'm doing what the hell I can ! I am not a venomous tentacula, I only have two hands !
Je fais ce que je peux, bon sang ! Je suis pas une tentacula vénéneuse, j'ai que deux mains !
La dispute est plus violente que d'habitude. Les deux filles dorment, mais sans doute plus pour très longtemps. Ils sont toujours à Stuttgart, et ce depuis la naissance d'Hazel. Et depuis qu'ils sont enfermés, l'un et l'autre ne se supportent pas plus de quelques heures d'affilées. Les disputes éclatent pour des motifs dérisoires, ils se marchent dessus, rien ne va plus. Noah profite de ses explorations dans la Forêt Noire pour souffler un peu, emmène régulièrement une des deux filles avec lui pour décharger la jeune mère qui, elle, tente de mettre un point final à ses recherches sur les magies autochtones d'Amérique du Sud.
Ils n'avaient jamais imaginé que se sédentariser ainsi aurait eu cet effet sur eux. Pourtant, d'un naturel optimiste, l'homme ne s'en inquiète pas. La transition est violente : devenir parents, arrêter d'être sans cesse sur les routes, avoir un second enfant, s'installer provisoirement dans un pays qui ne leur convient pas… Il fallait s'y attendre.
Mais ce n'est qu'un obstacle qu'ils surmonteront, il n'en doute pas.
D'autres couples, avant eux, ont réussi à faire face à l'installation de la routine, alors… Pourquoi pas eux ?

Juin 2012
Amaryllis court partout dans l'appartement. Noah n'a pas le coeur à lui demander de se calmer, épuisé par le déménagement. Certes, la magie avait été d'une grande aide, mais les formalités, les enfants, et le froid grandissant entre lui et sa femme… Retenant Hazel dans ses bras, il fait le tour des lieux, avise le salon qui donne sur la terrasse – orientée plein sud, seule exigence qu'il avait eue – essaie d'imaginer leur petite famille ici.
Après avoir pesé le pour et le contre, Farashuu et lui ont décidé de s'installer définitivement à Paris. Elle a passé une audition auprès de l'Université Magique locale, et a été retenue. Il aurait dû sauter de joie, mais le coeur n'y est pas.
Entre eux, plus rien ne va. Ils font bonne figure en public, essaient d'être aussi unis que possible pour s'occuper des enfants. Mais la complicité entre eux s'en est allée.
Pire : il ne la désire même plus. Elle lui en a fait le reproche, la veille, lui faisant remarquer qu'il ne l'avait plus touchée depuis des mois. Était-ce le quotidien, les enfants ? Une crise de la quarantaine très en avance ? Il n'arrive pas à se l'expliquer, mais force est de constater qu'il n'a plus envie d'elle. Ce n'est pourtant pas faute de l'aimer. Bien sûr, il ne l'aime plus comme au premier jour, la passion s'est en allée depuis bien longtemps. Mais il a quand même une profonde affection pour elle, même lorsqu'elle l'énerve.
Il n'y a plus de complicité, plus de désir.
Alors quoi ?
C'est en trouvant un petit boulot alimentaire au Jardin des Plantes – côté sorcier, évidemment – pour s'occuper des végétaux sous serre, qu'il trouve un début de réponse.
Quand il se surprend à mater ostensiblement son collègue, qu'il trouve au demeurant très à son goût. Et qu'après plusieurs mois de travail avec lui, il se rend compte qu'ils se rapprochent, l'un comme l'autre, beaucoup trop. Jusqu'à ce baiser un peu trop passionné qu'ils échangent derrière les larges feuilles d'une Plante à Pipaillon.
Noah panique, fuit, et donne sa démission dans la foulée.
Farashuu, qui ne comprend pas sa décision car n'ayant pas toutes les cartes en main, lui fera une scène en règle. Ne pense-t-il donc qu'à lui, pour plaquer ainsi un boulot du jour au lendemain ?
Il n'ose pas lui dire la vérité. Pas encore. Pas plus qu'il ne comprend pourquoi sa baguette magique, depuis quelques temps, a des ratés et refuse de se plier à ses demandes… Pour des raisons qu'il ne s'explique pas.

Avril 2014
Daaaaad ! Come and play with meeeee !
Papaaaa ! Viens jouer avec moiiiii !
Noah ne se fait pas prier bien longtemps pour aller jouer avec la petite fille. Hazel fait la sieste, mais pas Amaryllis – hey, c'est une grande fille, elle, elle a presque cinq ans, et à presque cinq ans, on ne fait plus la sieste ! Alors il ne reste que Papa pour jouer. Elle a de la chance, il accepte de se détourner de son bureau et de ses croquis pour venir s'occuper d'elle.
Retrouver un travail n'avait pas été de tout repos, surtout qu'il continue de faire ses recherches en faisant un travail de fourmi dans les bibliothèques. Ça n'avait pas le goût du terrain, mais au moins, il pouvait continuer de faire ce qu'il aimait. Et puis, de temps à autres, il participait à des colloques, donnait des conférences, ce qui ramenait un peu d'argent sur les comptes du ménage.
Mais ce n'était pas ce qui embêtait Noah. Il était davantage tourmenté par sa vie de couple – inexistante, Farashuu et lui avaient fini par faire chambre à part –, sa baguette qui est toujours aussi capricieuse, là où elle avait été d'une solide fiabilité pendant des années, et ce qu'il pensait deviner de lui-même.
Il fallait qu'il arrête de se voiler la face. Non seulement il n'est plus du tout attiré par la belle Kenyane, mais il a fini par se rendre compte que les Parisiennes, les plus belles femmes du monde, dit-on, le laissent parfaitement indifférent. Les Parisiens, en revanche…
Et toutes ces interrogations, tous ces doutes le bouffent. Combiné à un mode de vie sédentaire, ça semble l'avoir complètement éteint. Il a perdu cette joie de vivre, ce côté jovial qui fait de lui un bon camarade pour se renfrogner, ce qui lui donne l'air de tout faire à contre-coeur.
La porte d'entrée s'ouvre. Amaryllis se jette immédiatement dans les bras de sa mère, là où son père se lève. Les regards des deux adultes se croisent. Pourtant, ils ne s'adresseront pas la parole avant le soir-même, quand ils seront seuls, alors que les deux fillettes sont couchées.
Farashuu, I want to divorce,” fait savoir le botaniste d'un ton direct, sans la moindre hésitation.
Je veux divorcer.
Il s'était longuement interrogé sur la façon de le lui dire. Et finalement, il ne voit pas comment faire autrement. Ces mots en appellent d'autres, et c'est tout naturellement qu'il poursuit. “Let's face it, there's no us anymore. Plus…” Doit-il lui en faire part ? Il lui doit bien ça, quand même. Elle a le droit de savoir pourquoi depuis bientôt trois ans il ne l'a pas touchée. “… I think I'm gay.
Soyons honnêtes, il n'y a plus de nous. Et puis... Je crois que je suis gay.

Automne 2015
Assis à même le sol, Noah griffonne dans son carnet les dernières observations du jour. Installé dans son bivouac, il voyage pour la première fois depuis longtemps en solitaire. C'est dans l'Himalaya qu'il a décidé de recommencer ses expéditions, bien qu'il les prévoit plus courtes – pour pouvoir revoir ses enfants.
Pour le moment, voir Hazel et Amaryllis est compliqué. Farashuu n'a pas bien pris du tout la demande de divorce de son mari. Elle l'a flanqué à la porte, et il a été contraint de trouver refuge chez un ami et collègue botaniste de l'Université Magique de Paris. Il a revu son ancien collègue du Jardin des Plantes, aussi, mais vous n'avez pas besoin de savoir s'ils ont, ou non, repris les choses là où ils les avaient laissées. En attendant, il avait dû taper du poing sur la table pour voir ses petites filles, et tente, sans doute très maladroitement, de combiner ses recherches sur le terrain avec le besoin de voir sa famille.
Le grand air et la solitude lui font le plus grand bien. Et puis, la flore de cet endroit du globe est exceptionnelle… Et particulièrement diverse. En quelques jours de marche, il est passé d'une flore tropicale à une flore alpine. Le climat est certes radicalement différent, et l'altitude joue un rôle mais… Ce changement, en l'espace de quelques jours à peine, a de quoi surprendre le plus aguerri des explorateurs.
Il redresse le nez de son carnet et prend une profonde inspiration.
Le grand air lui avait manqué. Il avait pu constater, dans ce retour aux sources, que sa baguette magique avait cessé ses caprices et lui était revenue aussi fidèle qu'avant. Pourquoi ? Il ne se l'explique pas. Il aurait pu demander à Farashuu, bien sûr, elle aurait sans doute eu une explication. Mais cela n'était pas une option.
En attendant, il profite du paysage, de sa tranquillité, tente de trouver une certaine sérénité. C'est sans doute sa dernière expédition – ou l'une des dernières. Il sait très bien qu'il ne pourra pas continuer à courir les routes comme ça toute sa vie.
Ne serait-ce que pour ses filles.

Printemps 2017
Ce n'est pas une surprise.
Ça n'en est pas moins douloureux.
Le verdict est tombé : le divorce est enfin prononcé, mais on lui refuse la garde partagée. Farashuu aura la garde exclusive de leurs enfants. C'est un sacré coup dur pour Noah, qui s'était fait une raison, avait commencé à chercher une vraie carrière à poursuivre à Paris pour pouvoir rester auprès d'elles.
L'idée est toujours là, bien sûr, mais il ne pourra pas les voir autant qu'il le voudrait.
Il devra se contenter d'un week-end sur deux, et de la moitié des vacances scolaires.

Eté 2018
Ses références sont solides. Il ne sait pas si on peut dire qu'il est un botaniste de renom, mais il ne fait aucun doute qu'il est excellent dans son domaine. Il a parcouru le monde, vu des plantes que beaucoup ne rêveraient même pas d'imaginer.
Et pourtant, on lui refuse une chair à l'Université de Paris. C'est un soulagement, en un sens, car il ne se verrait pas travailler dans les mêmes locaux que son ex-femme, avec laquelle les relations sont plus que tendues. Ca risque de poser problème pour voir Amaryllis et Hazel, en revanche…
Mais peut-être pas tant que ça. Car, à 400 kilomètres de là, soit une bagatelle pour un sorcier, on lui propose un poste d'enseignant-chercheur à l'Université de Londres.
Un bon compromis, quand on y pense. Pas trop près, ni trop loin, dans un pays dont il parle parfaitement la langue – non parce que son français, on va pas se mentir, il est tout pourri – et où il pourra poursuivre ses recherches, peut-être travailler sur la reproduction de certaines espèces qu'il avait découvertes.
Une opportunité qui ne se refuse pas.


Pseudo : Madaaame Âge : 75 ans, mais très bien conservée Scénario/Inventé : inventé  Comment as-tu connu le forum ? : j'en suis à mon 4ème perso, dites v_v Que penses-tu du forum ? : voir plus haut Un petit mot pour la route ? : PAYS DE GALLES INDEPENDAAANT Code à remplir pour recenser l'avatar :
Code:
[color=#dc2828] Tom Hardy[/color] ◊ [i][url=http://magichappensonlyonce.forumactif.com/u116]Noah Inuksuk[/url][/i]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t879-noah-maxim-inuks
Messages : 368
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 11:53

*pose ses valises, ses sacs de farrrrrrrrine et ses cageots de fruits*

HELLO YOU !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date de naissance : 14/06/1992
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 12:32

Rererewelcome à toi Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 28615043

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t575-pandora-fleming-
Messages : 593
Date de naissance : 24/04/1994
Maison : Elle a appartenu à la maison Gryffondor malgré le fait que le Choixpeau Magique aie hésité avec Serpentard.
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 13:00

Re-bienvenue! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t239-blanche-nemesis-
Messages : 444
Date de naissance : 26/08/1996
Maison : Poufsouffle
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 17:29

Bah dis donc encore un personnage !

Rebienvenue à toi Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1961492925

_________________
I am nervous and weird
Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy Signat18
Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1560456718-cooltext327377039325337
Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1536078537-sans-titre-5Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy Aven__11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t153-aven-byrne-dylan
Messages : 300
Date de naissance : 30/12/1998
Maison : Serdaigle
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptySam 27 Avr - 17:31

Miam ! J'adore ! Rebienvenu à toi petit pomme ! (je savais pas quoi dire !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t562-opaleye-nepia-na
Anonymous
Invité
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptyDim 28 Avr - 14:26

Re bienvenue chez toi !

Je ne doute pas que tu vas bien t'éclater avec ce nouveau visage. Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1253903097
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 241
Date de naissance : 06/10/1985
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptyDim 28 Avr - 18:38

Re bienvenue par ici Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 3022045206

Il a l'air chouette, ce petit Noah, faudra qu'on se trouve des liens Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 3804338631
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 279
Date de naissance : 10/12/1987
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy EmptyMer 1 Mai - 17:11

◊ Félicitation ! Tu es désormais des nôtres !◊

Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 4e1cefcb9d2b38febf3e9520eea959a2c59a3227_hq

Encore un bon petit personnage intéressant dit donc Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 984141550 Rebienvenue à toi !


Voilà, ça y'est, tu es des nôtres, bienvenue parmi nous ! En tout cas, bravo pour ta validation :hearts: Pour fêter ça, bierraubeurre, chocogrenouille & câlins à volonté !


» N'oublie pas de venir participer à la coupe des quatre maisons. C'est ici que tu pourras venir demander tes points si tu termines ta fiche rapidement, si tu prends un scénario et bien d'autres choses ! C'est aussi à cet endroit où tu peux, plus tard, dépenser tes petits points pour avoir un DC, etc... Le Coupe des Quatre Maisons sera gagnée par une maison tous les deux mois et quelques surprises attendront les gagnants... Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 3582448742


» Après : les listings, si tu veux avoir une petite maison plutôt qu'un joli carton, faut passer par le registre des habitations, mais pour payer son loyer faut avoir quelques gallions d'or dans son coffre, alors va jeter un œil au registre des métiers ou à celui consacré aux métiers à Poudlard et à la MUL. Si tu as une capacité spéciale, il faut passer par le registre des dons ou le registre des créatures. Pour devenir membre d'un club ou avoir un rôle particulier, alors allez dans le registre des clubs & rôles à Poudlard ou dans le registre des clubs & rôles à la MUL. Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1961492925


» Ensuite, tu vas sûrement vouloir créer des liens avec les autres, n'est-ce pas ? Alors c'est par ici que ça se passe : faire une fiche de liens et passer dans celles des autres est essentiel pour l'intégration. Si tu veux un partenaire de rp, tu peux aller chercher dans ce sujet. Si jamais ton personnage se sent seul ou qu'il a des liens particuliers avec des personnages que tu souhaites créer, alors les pré-liens et les scénarios sont là pour toi.

» Enfin, tu peux maintenant venir jouer avec nous.

N'hésite pas non plus à poster dans la fiche prd un petit mot, ça fait toujours plaisir et à voter sur les tops-sites pour nous aider à nous faire connaitre !


Le petit mot de la fin : nous le staff on t'aime déjà beaucoup, parce que voir de nouveaux membres validés sur notre forum, ça nous fait toujours très chaud au coeur. Si jamais tu as le moindre problème, la moindre demande ou même si t'as juste envie de te plaindre d'un truc, tout le staff se tient à ta disposition (promis, on mord pas trop fort & on distribue du chocolat chaud :hearts: ).

Sur ce, gros bisous sur tes fesses & bienvenue parmi nous ! Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 3465098450 Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 107613845


_________________

Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1561090040-cooltext328124739105633 Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy 1561089876-cooltext328124575928861
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t629-lyna-k-rosafly-k
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy   Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Noah Maxim Inuksuk | Tom Hardy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...
» Scènes de ménage ~ Eden ~ Noah
» Noah Rolane {OK}
» 07. You're the rebound guy. You know it, right ?
» 02. « Dream on »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: The sorting hat :: Congrats, you're a wizard !-
Sauter vers: