Si vous souhaitez encore poster dans l'event des antidotes, vous pouvez jusqu'à août !
Pour en savoir plus, allez donc faire un tour dans les flashbacks !
Pas de restrictions au niveau des groupes :
vous pouvez venir incarner qui vous le souhaitez,
qu'importe votre maison ou la pureté de votre sang !

Nouvel event très important pour la suite !
Pour en savoir plus, allez donc à Poudlard, où tout semble arriver !
Nouveau recensement en cours pour juin/juillet !
Pour en savoir plus, allez donc ici pour ne pas être supprimé !

Partagez
 

 Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyMer 27 Mar - 13:35


 
Somewhere only we know
Into the Woods - Arthur & Nathanael
Credit - Beylin

" Next sunday. Cardinham Woods ? 6 am. "


" I will be there. Good day to you.
PS, do I bring Cosmo with me ?"



Il regardait le sms qui lui avait pris plus d'une heure à écrire. Pas parce qu'il ne savait pas comment s'y prendre, il avait finalement fait appel à Hyacinthe pour l'aider après plusieurs moments d'hésitation, et bien sûr, son frère avait été plus que ravi de le faire. Non c'était... Que répondre à quelque chose de si court ? Et en même temps, il avait sourit comme un idiot en le recevant, quelques jours plus tard. De la même façon qu'il avait été touché en entendant "See you, Nate" de la part du même homme. Il se sentait tout aussi con. On ne pouvait pas appeler ça de l'amour, les deux hommes se connaissaient à peine. Et ça n'était pas seulement l'appel de la luxure non plus, même si... Le pâtissier n'avait pas oublié leurs retrouvailles et curieusement, avoir un rendez vous avec l'homme lui rappelait cette nuit qu'ils avaient partagés.

Il ne savait pas où il allait mais apparemment, fermer exceptionnellement la boutique un dimanche matin pour aller à un rendez vous galant en forêt faisait partie de ses nouvelles possibilités. Nathanael se demandait si Arthur se souvenait de ce qu'il lui avait confié, au sujet de ce qui était le plus dur, depuis qu'il n'était plus capable de faire de la magie. Il aimait ses ballades en forêt avec Cosmo le matin et le soir, mais sans être capable d'apparaître... La question se reposait à présent. Faire à nouveau appel à Hyacinthe l'embêtait. Ne pas être autonome était un vrai crève coeur pour lui. Il préférait aussi que son cadet ne se fasse pas de fausses idées sur... Enfin qu'il ne s'emballe pas, quoi. Il ne voulait pas voir son visage triste lorsqu'il verrait que son grand frère avait encore tout raté. Il avait opté pour un jean confortable, une veste sombre et un T shirt du même style. Et il s'était observé dans la salle de bain un bon moment avant d'abandonner l'idée d'améliorer... "ça". Pourquoi est-ce qu'Arthur l'avait invité, déjà ?

Il avait demandé à une de ses camarades d'un commerce avoisinant. A 6h du matin, il n'y avait pas grand monde de levé, même dans le Londres Sorcier. Elle avait accepté, et son petit sourire en coin lui disait qu'elle avait compris qu'il se tramait plus que "promener Cosmo". Quoi, il avait l'air peut être plus nerveux que d'habitude, mais il ne s'était pas aspergé de parfum non plus ! Son Doggamy était incroyablement calme pour une grosse bestiole qui rêvait de sa promenade des heures avant que le réveil de Nathanael sonne. Il avait l'air de comprendre qu'ils allaient voyager -allez savoir comment cet animal comprenait autant de choses, c'était impressionnant- et il avait adopté une forme plus petite pour tenir dans les bras du pâtissier. Et ils étaient partis.

La forêt de Cardinham avait commencé à reprendre son feuillage de printemps. Les arbres nus de l'hivers avaient bourgeonné et le vert qui avait accueilli Nathanael, son Doggamy et l'autre sorcière était frais et tendre. Il la remercia, histoire de lui faire comprendre qu'elle ne verrait pas qui il devait rencontrer ici, et elle disparut aussi rapidement qu'elle les avait amenés ici.

La laisse toujours à la main, Le pâtissier déposa l'animal à terre et après avoir vérifié qu'il n'y avait aucun risque, il le détacha. Il ébouriffa la crinière de son animal avec affection et lui fit signe d'aller gambader. L'animal savait qu'il devait rester dans son périmètre de vision. Il attendit, se demandant s'il avait choisi la bonne entrée pour leur rendez vous. Rendez vous. La raison de sa venue le frappa à nouveau. Il avait un rendez vous galant avec Arthur Thorn.


Pendant ce temps là, dans les bois XD ARTHUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyMer 27 Mar - 17:49

Somewhere Only we knowArthur & Nathanael
Sunday, March 31st

Il fait encore nuit.
Pourtant, assis sur un rocher, tout près de l'océan qui balaie les côtes, Arthur est parfaitement éveillé. Mordred se promène autour de lui, renifle une plante, se soulage dans un trou, derrière la roche, revient chercher des caresses en se glissant sous la main de l'auror.
Ce dernier le gratte distraitement derrière les oreilles. Il écoute le bruit des vagues. C'est un son qui l'apaise, lui permet de se recentrer sur lui-même. C'est un peu une façon pour lui de méditer, d'oublier les images qui hantent ses nuits, de maîtriser son anxiété quasi-constante.
Il est tôt. Peut-être trois, ou quatre heures du matin. Mordred, qui s'est calé sur le rythme un peu particulier de son maître, n'est pas perturbé par l'obscurité. Il n'y a pas de réverbère au bord de la mer. On voit, au loin, le halo des lumières électriques du village, allumées bien que personne n'en ait besoin.
L'auror aurait pu éclairer une zone autour de lui, en libérant des boules lumineuses avec sa baguette, ou en créant un feu. Il préfère rester dans le noir, face aux étoiles et avec le clair de lune pour seule lumière.
Le plafond céleste, le vent, l'océan.
Il ne déménagerait pour rien au monde. Comment avait-il pu rester coincé pendant autant d'années dans le centre de Londres ? Constance avait toujours été une citadine dans l'âme et c'était tout naturellement qu'ils s'y étaient installés. Mais aujourd'hui, il appréciait grandement le calme de la campagne, loin de l'agitation des villes.
Et puis, en grandissant au bord de la mer, l'odeur de l'iode lui était devenue indispensable.
Arthur prend une profonde inspiration, remplit ses poumons, avant de se relever. Le chiot suit son exemple et le suit docilement, par habitude, maintenant, plus que par obéissance.
Une fois entré, il file droit dans la cuisine ouverte, s'assied sous le placard où son maître range ses friandises. Ce dernier lui adresse un sourire et lui caresse la tête affectueusement.
You don't get to choose when you get a treat, boy,”1 lui rappelle-t-il. Il ignore donc la demande silencieuse du chiot, comme estimant que cela fait partie de son éducation, et se sert une tasse de thé noir, le laisse infuser un moment pour qu'il soit aussi fort que possible. En bon anglais, il y verse un nuage de lait avant de s'installer sur un tabouret de bar, silencieux. Mordred chouine un peu, mais, face à l'obstination du maître des lieux, finit par retourner dans son panier.

Arthur est donc parfaitement éveillé quand il transplane pour les bois de Cardinham, laissant Mordred derrière lui. Le chiot s'est rendormi, et trouvera sa gamelle remplie au réveil, comme lorsqu'il part pour une journée de travail. Il a préféré ne pas l'emmener avec lui, incapable de prédire la façon dont il se comporterait avec le doggamy que Nathanael avait prévu d'amener.
Pas encore assez éduqué. Et puis, ce n'était pas comme s'il avait besoin de grand air… Les longues promenades étaient plus que régulières, entre les footings quasi-quotidiens de l'auror, les promenades le long de falaises de Tintagel, les jeux sur la plage, dans la mer quand le chiot s'en sent le courage.
Il s'était dit que ce serait également l'occasion d'écouter la forêt, peut-être d'observer la vie qui y pulule s'ils parvenaient à rester parfaitement silencieux – d'où l'heure de rendez-vous, ils arriveraient plus facilement à les croiser à l'aube.
Sans oublier qu'il préférait ne pas avoir à la surveiller. Aujourd'hui, il avait envie de penser un peu à lui.
Il en avait parlé avec Viviane. Enfin, il avait grogné et ronchonné pendant que sa soeur le taquinait ouvertement. Il savait pertinemment ce qu'elle en pensait. Elle était ravie de comprendre qu'il avait un ami spécial, peu importement les râleries et la mauvaise volonté et l'entêtement. Il avait beau savoir qu'elle ne voulait que le meilleur pour lui, il ne pouvait pas se faire une raison.
Il ne pouvait pas oublier.
La seule chose qu'il parvenait à faire, c'était glisser les choses sous le tapis. Recouvrir ses émotions, les enterrer le plus profondément possible.
Et, éventuellement, créer de nouveaux liens.
Même s'il ne parvenait pas à mettre de mots dessus, ça l'aidait à avancer.
Veste khaki sur les épaules, il est arrivé directement dans les bois, soucieux d'être à l'abri des regard. Il a vérifié l'heure du lever du soleil, ce matin ; avec le changement d'heure, les premières lueurs du jour devraient se dévoiler vers sept heures. Ils auraient eu le temps de s'enfoncer dans les bois, d'ici là, d'observer peut-être quelque créature nocturne.
Silencieux comme une ombre, il prend le temps de laisser ses yeux s'habituer à l'obscurité puisévolue entre les arbres pour retrouver l'entrée principale des lieux, celle où on se donne habituellement rendez-vous. Il prend son temps, fait attention à ne pas trébucher, ni à poser pied sur un branchage. Peut-être un petit sort de silence sur ses pas – leurs pas – serait-il utile pour leur permettre de profiter correctement de cette sortie… Peu commune.
Avant de voir le pâtissier, il sent la présence de son animal. C'est d'ailleurs sans doute plus l'animal qui sent sa présence à lui. Cosmo tombe nez à nez avec l'auror, comme s'il avait suivi la piste de son odeur – après tout, c'était la troisième fois qu'il avait l'occasion de la sentir. D'abord méfiant à son approche, car il ne le reconnaît pas immédiatement dans le noir, il s'agenouille près de lui et lui flatte l'encolure de quelques caresses.
Si lui est là, son maître ne doit pas être loin. Il se redresse alors, plisse les yeux. La lune éclaire mal, sous le couvert des arbres, mais il croit deviner, au loin, une haute silhouette… D'ailleurs, le doggamy se dirige dans cette direction, comme pour le guider.
Intelligent animal.
Son ombre se détache peu à peu, devient sans doute plus facile à voir au fur et à mesure qu'il s'approche. Il enjambe un buisson, toujours dans le noir.
Il lui suffirait d'allumer l'extrémité de sa baguette. Mais non. Encore très proche du monde moldu, il aime cette simplicité dans le fait de se passer de magie. Il n'y pense même plus, parfois, utilisant surtout sa baguette comme une arme.
Ce qui est un peu triste, quand on y pense.
'Morning Nate,” salue-t-il à voix basse, dans ce qui ressemble à un marmonnement. Briser ainsi le silence lui semble étrange, d'où le fait qu'il parle sans monter le volume. Le marmonnement ? C'est sa façon naturelle de parler, voyons.
On remarquera qu'il est venu les mains dans les poches. Juste sa veste. On devine certes la baguette en chêne rouge dans sa manche, son portefeuille dans sa poche. Mais il n'a ni bouteille d'eau, ni sac à dos, ni… Rien.
Ça lui confère une certaine insouciance, en fait. Après tout, il est sorcier : il n'a pas à s'inquiéter du temps changeant, de la soif, de la faim… Il lui suffirait de transplaner, n'est-ce pas ?
I thought we could go deep into the woods before dawn. If we're quiet enough, we might be able to meet deers, foxes or even boars.2
Notons que la possibilité de croiser un sanglier ne lui fait absolument pas peur.
Mais aussi qu'il s'inquiète, quelque part, de savoir si son idée ne gêne pas Nathanael. Il faut dire qu'une promenade de nuit dans les bois, ce n'était pas forcément le rencard le plus conventionnel qu'on ait vu.
D'ailleurs, cela était-il un rencard ? Difficile à dire. Un rendez-vous amical ? Ne lui demandez pas. Il ne sait pas. Il avait juste envie de revoir le pâtissier, maintenant que les choses étaient un peu plus claires.
Même s'il ne savait pas exactement ce qu'ils allaient faire de ça.
Shall we ?3
__________________
1 C'est pas toi qui choisis quand tu as le droit à une friandise, p'tit père.
2 J'ai pensé qu'on pourrait s'enfoncer dans les bois en attendant l'aube. Si on est assez silencieux, on pourra peut-être croiser la route de cerfs, de renards ou même de sangliers.
3 On y va ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyJeu 28 Mar - 16:08

Le pâtissier n'avait qu'un malheureux espresso dans le ventre et lorsqu'il aperçu Arthur à travers les troncs dans la semi pénombre, la forêt à peine éclairée par la lune blafarde et le soleil qui ne commençait qu'à peine à pointer à l'horizon. C'était le moment de la journée que l'homme préférait. Il avait l'impression de voler quelque chose, à voir Arthur se familiariser avec Cosmo qui lui faisait déjà confiance, comme s'il l'avait reconnu. Il avait probablement reconnu l'odeur de son ami sur les vêtements de l'autre. Il sourit doucement quand l'autre l'aperçu et vint le saluer.

« 'Morning Arthur. »

Cosmo était revenu vers lui et lui avait tourné autour joyeusement, cherchant sa présence et une main flattant son pelage. Il était tellement grand, quand il avait confiance et que l'espace le lui permettait, Nathanael se demandait s'il ne pourrait pas encore tripler de volume avec le temps. Il le caressa pour se rassurer, aussi. Il n'était peut être plus un adolescent, mais il n'avait pas eu de véritable rendez vous comme ça depuis belle lurette. Comment est-ce qu'on se comportait avec un autre être humain, hors de son champs de compétence habituel ? Il lui fit signe qu'il le suivait volontiers, et ils entamèrent leur marche en silence.

« I'd love to see that, I just don't know if they will show up with Cosmo here... »

Il émit le doute, à haute voix.

« I hope you don't mind me taking him here with us ? I thought... He loves running outside and I haven't been able to take him with me since... Well. »

Bravo Nate, super pour plomber l'ambiance. En vérité Hyacinthe s'occupait de l'emmener dans de grands espaces, maintenant qu'il était revenu à la maison. Nathan n'aurait pas pu l'emmener en forêt sans passer par des endroits où on aurait remarqué un grand chien loup bleu. Il n'était pas sombre, comme il l'avait pu être en constatant tout ce qui lui était interdit à présent. Mais il était désolé pour son compagnon. Il avait l'air de s'ennuyer lorsqu'il restait trop longtemps à l'appartement, et les promenades dans le Londres sorcier avaient leur limite. Nathanael pensait s'éloigner de la ville si ça continuait mais... pour faire quoi ?  

« Maybe we can let him run a bit and then take him home in a few ? »

Quoi qu'il en soit, il voulait juste profiter de cette matinée. Et il ne voulait rien faire pour la gâcher donc... Il se contenta de mettre un pied devant l'autre, s'avançant dans la forêt aux côtés d'Arthur. Le manque de lumière ne le dérangeait pas. Il ne se sentait pas menacé, il était bien entouré.


***
Bonjour Arthur
J'adorerais voir ça, je ne suis juste pas sûr qu'ils se montrent avec Cosmo avec nous...
J'espère que tu ne m'en veux pas de l'avoir pris avec moi ? Je me disais... Il aime le grand air, et je n'ai pas pu l'y emmener depuis... Bref.
Peut etre qu'on peut le laisser gambader un peu et le redéposer à la maison ensuite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyJeu 28 Mar - 21:07

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelL'odeur d'humus et de chlorophylle est omniprésente et remplace rapidement l'odeur d'iode dans les narines de l'auror.  Ce n'est pas désagréable, bien qu'il ait ses préférences pour le bord de mer. Ce qui le change, en revanche, c'est la situation actuelle, à évoluer dans les bois en bonne compagnie.
Un chien – enfin presque – et un autre homme… On aurait pu les prendre pour un parfait petit couple à marcher ainsi. Il ne manquait que les mains nouées pour parfaire le tableau. On n'y est pas encore, car une certaine distance s'est naturellement faite entre eux. Peut-être cela est-ce dû à une timidité latente, à un malaise de la part de ces deux grands idiots qui ont bien du mal à prendre leurs marques vis à vis de l'autre.
Ou bien est-ce juste dû à l'avancée dans les bois, à travers les fourrées ? Car on remarquera qu'Arthur s'est très vite écarté du sentier, trop fréquenté par les joggeurs du dimanche, pour s'enfoncer plus profondément dans les bois. Il ne s'inquiète pas des ronces qui accrochent son treillis, écarte les branchages qui se trouvent sur son passage.
Fidèle à lui-même, il hausse simplement les épaules quand il lui confie avoir voulu amener son doggamy à qui il ne pouvait plus faire profiter de promenades pareilles en raison d'évènements récents. Parfois, l'incapacité de l'homme à exprimer correctement ses émotions avait des bons côtés. Au moins, il ne s'enfonçait pas en vaines excuses ou en démonstration de compassion. Quitte à passer pour un connard ou à se faire taxer d'indifférence, d'ailleurs.
As you wish,” répond-il à mi-voix. “He seems intelligent though, he could stay. If he manages to stay silent, he won't be a trouble.1
Après tout, n'utilisait-on pas des chiens pour la chasse ? Il avait l'air bien dressé, en outre, et il ne doutait pas que Nathanael réussisse à le maintenir calme pour leur permettre l'observation.
Et puis il n'était pas sûr que ramener l'animal soit de bon aloi. Déjà, le bruit du transplanage réveillerait une partie de la forêt. Ensuite, s'ils revenaient, il leur faudrait refaire tout le chemin, car transplaner dans un bois aussi dense n'était pas forcément une bonne idée.
Enfin, il n'était pas très sûr de vouloir retourner chez le pâtissier… Et risquer de croiser son frère.
Encore une fois, il y voit une action symbolique, un enterrinement d'une relation qu'il n'était pas sûr de vouloir. Ils se connaissent à peine, et se lancer là dedans sans vraiment jauger la personnalité de l'autre ou leur compatiblité ne lui semblait pas une bonne idée.
Et je ne parle même pas de sentiments. On n'en est pas là, et quand bien même… ça n'en serait que plus compliqué.
Bienvenue dans la tête d'Arthur.
Devant eux, non sur sa gauche, non en fait sur sa droite, non en fait… Bref, Cosmo se promène en restant pas trop loin des deux hommes, les laissant ensemble dans ce moment d'intimité un peu maladroit.
Sans alcool.
Sans suspicion.
Sans conflit.
Bref, dans une ambiance apaisée qui rendait la communication plus difficile. Moins spontanée. C'était aussi pour ça que l'auror avait eu l'idée de la promenade en forêt : il aurait une excuse toute trouvée pour rester silencieux au lieu d'essayer de remplir le silence de paroles creuses.
Pourtant, il sent bien qu'il devrait, quand même, se contenter d'un peu plus que ton ami à quatre pattes ne me dérange pas, restons plutôt ici, à l'abri des regards – comment ça, c'est pas ce qu'il a dit ? Mais si, c'est exactement ça ! Si vous avez su lire entre les lignes.
I'm sorry…” souffle-t-il en grimaçant. “I haven't… Well, I haven't been seeing anyone in… In quite while, so… I think I kind of forgot how to… Well, to handle things.2
Sans oublier qu'il n'a jamais été un grand séducteur – vous l'aurez remarqué. Il est trop maladroit, trop franc du collier pour ça. Peut-être cela faisait-il partie de son charme, d'ailleurs.
And I've never been very good at doing the talking.3
__________________
1 Comme tu préfères. Il a l'air intelligent, cela dit, il pourrait rester. S'il reste silencieux, ça ne sera pas un problème.
2 Je suis désolé… Je n'ai… Ben, je n'ai pas fréquenté quelqu'un depuis… Depuis un certain temps donc… Je pense que j'ai en quelque sorte oublié comment… Eh bien comment faire.
3 Et je n'ai jamais été très bon pour faire la conversation.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyVen 29 Mar - 0:19

Il voyait l'autre homme se diriger vers une partie plus dense de la forêt, et le suivait sans y redire. Il lui semblait qu'Arthur était a l'aise dans les bois, la façon dont il parlait des créatures qu'ils rencontreraient peut être le mettait sur la voie mais pas seulement. L'autre avait beau avoir un an et quelques de moins que lui, il donnait l'impression d'être tout aussi solitaire. Et grognon. Sa façon de s'exprimer n'avait pas tellement changé, voire les mots s'étaient raréfiés. Ça ne déplaisait pas au pâtissier qui avait l'habitude de passer de longues heures seul a contempler le silence. Il ne mettait pas forcément de musique, et n'était certainement pas du genre a allumer la radio ou autre. Il n'avait plus ses propres balades dans la nature mais...

« Won't they smell him still ? »

Il demanda, même s'il était content qu'Arthur accepte la présence de Cosmo a leur côté. Lui, en tout cas, sniffait l'air avec contentement. Il devait y avoir tellement de nouvelles informations qui s'offraient a lui. Il était bien loin des préoccupations des deux humains qui s'aventuraient à travers les ronces. Le pâtissier le laissait avancer et lorsqu'il voyait qu'il les oubliait parfois, il se rappelait à son doggamy par un petit signal. Il faisait partie de la famille depuis Noël seulement et pourtant, le dressage était allé vite. La créature n'en était pas a son premier humain. Son premier humain affectueux et responsable, peut être... Nathan fut rappelé a la réalité par la voix de son ami. Amant ? Quiconque les aurait vu dans cette forêt n'aurait pas juré qu'ils avaient partagé un lit en tout cas. Mais lui ressentait une inclinaison envers l'autre homme, jusque dans sa maladresse touchante.

« What I told you the other day at the bakery... I haven't either. Been in a serious...kind of anything, actually. Taking care of a teenager was my excuse. Among other things. »

IL n'allait certainement pas aborder Alexander. S'il n'était pas doué pour les choses de l'amour, une chose était certaine, il savait que ça ne se faisait pas a un premier rendez vous d'aborder les crushs monstrueux a sens unique. Du coin de l'oeil, il observait Arthur. Il n'avait pas l'air a son aise, pour sûr. Est-ce qu'il évitait son regard, aussi ? Nathan marchait a sa hauteur, et s'était un peu rapproché pour qu'il n'ait pas a parler trop fort.

« I don't need to be entertained don't worry. I'm happy to walk in silence with you. Even if I'd love to know more... I can wait. »

A propos de lui, a propos de sa vie, de ce qu'il aimait... oui, il était curieux mais n'allait pas le presser comme un citron pour obtenir des informations. Il se demandait quelle était son excuse, a lui, pour n'avoir été avec personne pensant si longtemps. Le manque d'envie ? Comme lui, le fait qu'il s'était menti sur lui même un peu trop longtemps ? Le travail d'auror ou bien son petit frère si prennant ? Tant de possibilités. Un bruit dans les fourrés l'arrêta dans ses pensées. Il posa sa main gauche sur son chien loup, l'autre sur le bras d'Arthur par réflexe. Deux yeux brillaient dans le noir, et il lui fallut un peu d'adaptation pour distinguer la biche qui les observait, immobile. L'instant s'étira sur ce qui sembla plusieurs minutes, mais n'étaient sans doute que quelques secondes. Et dans un bruissement de feuilles la biche s'enfuit.

Un moment le silence dura entre eux. Nate ne voulait pas le rompre, rompre la magie de ce qu'ils avaient vus. Et puis ils s'étaient remis a marcher, et sa main qui avait glissé du bras d'Arthur avait envie d'y retourner. Il attendit un moment et lorsque Cosmo décida de prendre les devants et de choisir le chemin qu'ils allaient emprunter, le pâtissier prit ça pour un signe. Du bout des doigts d'abord, il chercha a accrocher les siens. Il avait un peu peur de le faire s'enfuir, comme la biche un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyVen 29 Mar - 23:01

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelIl ne fallut pas en dire plus.
L'invitation à ne pas se forcer à faire la conversation est prise au pied de la lettre par Arthur, qui prend donc le parti du silence pour ne pas se ridiculiser davantage.
Quand même, y'a pas à dire, c'est plus facile quand on est bourré.
Et puis, vu la direction que la conversation risque de prendre… Deux hommes comme eux, aussi maladroit l'un que l'autre, il y avait forcément un passif amoureux douloureux. Un tel manque de confiance en soi ne vient pas de nul part. Coeur brisé ? Amours déçues ou contrariées ? Difficile à dire, mais aucun des deux ne se risquera à se confier là dessus.
Et encore moins à l'autre, étant donné l'étrangeté de leur situation.
Il ne se voit absolument pas épancher sa peine auprès du pâtissier. Encore moins lui avouer la culpabilité qu'il éprouvait à le revoir, coupable de se servir de lui pour oublier le trou béant laissé par Constance, coupable de trahir l'amour qu'il ressentait encore pour la jeune femme.
Être ici signifiait-il qu'il faisait le deuil progressif de cette partie de sa vie ?
Qu'il tournait enfin la page ?
Moui.
En tout cas, il était à peu près sûr que Nathanael ne voulait pas en savoir plus sur lui, quoi qu'il en dise. Il ne voyait pas ce qui pourrait intéresser l'autre homme sur lui. Sa vie sentimentale ? Peu probable. Sa personnalité ? Il avait déjà vu l'essentiel de la mule ronchonne qu'il était. Sa carrière ? Il en parlait très peu, et de façon très superficielle.
Il n'avait aucune envie de partager le traumatisme des zones de guerre, les duels à mort avec certains mages noirs complètement siphonés du bocal, la torture qui enflammait son corps alors qu'il tentait simplement de survivre.

Un bruissement.
Il s'arrête en même temps que le pâtissier, s'interdit quand il distingue la silhouette de l'animal dans l'obscurité. Il ne sent pas la main, sur son bras, trop concentré sur l'extérieur et ce qu'ils étaient en train de croiser.
Une biche.
Arthur retient son souffle pour rester parfaitement silencieux, s'efforce de n'esquisser aucun geste. Silencieux, immobile, il observe l'animal, conscient de la rareté, de la magie du moment.
C'est cela, qu'il voulait montrer à Nathanael.
Lui rappeler que la magie n'était pas juste faite d'étincelles qui sortaient d'un morceau de bois. Mais qu'elle était partout, autour de tous, même de ceux incapables de la canaliser. N'importe qui peut la ressentir dans les petits instants privilégiés qu'offre le monde.
Et puis la bête s'éloigne, retourne à sa vie habituelle, sans se retrouner. Alors l'auror reprend le rythme naturel de sa respiration, calme, un léger sourire aux lèvres.
Ce n'est que lorsqu'il se remet à marcher et que la main lâche son bras qu'il se rend compte du contact. Ça n'avait pas été désagréable, et ça lui manquait presque. Cosmo, quant à lui, prend ses distances avec les deux comparses, reprend son inspection silencieuse. Eux, en revanche, sont plus proches que jamais – enfin, jamais… à part lors de cette fameuse nuit.
Jusqu'au moment où un contact l'électrise.
Nathanael cherche sa main.
Il a un mouvement de recul, un peu brusque. Il ne s'était pas attendu à ça, en toute franchise.
Pas tout de suite.
Pas maintenant.
Il n'est clairement pas prêt pour ça. Pour le romantisme de la chose, la proximité… Ce à quoi ça l'engageait, au fond. Les promenades main dans la main… C'est pour les couples.
Les personnes vraiment proches.
C'est une façon de montrer son attachement.
C'est bien trop tôt pour lui. Déjà, proposer une sortie entre eux lui avait demandé un effort qui lui avait paru insurmontable – d'où le texto laconique plutôt que l'appel – alors…
Ce n'est pas comme s'ils avaient déjà couché ensemble, n'est-ce pas ?

Il reprend la marche sans un mot, sans chercher à réparer ce mouvement brusque, si semblable à leur premier baiser qu'il avait pourtant voulu rattraper. Il pousse une branche, se faufile entre les ronces, atteint une pente le long de laquelle il se laisse glisser avec une facilité déconcertante. Il se tourne, toutefois, pour vérifier que son camarade ne rencontre pas de difficulté à le suivre.
Depuis combien de temps avancent-ils ?
Assez longtemps pour que les premières lueurs de l'aube percent à travers les arbres. Ils sont ici à l'orée d'une clairière. Arthur s'accroupit et examine les traces, sur le sol. Des empreintes de pattes. De sabots fendus, plutôt.
Il doit y en avoir toute une horde.
Il lui avait bien semblé repéré le nid d'une laie, un peu plus haut. Il avait d'ailleurs hâté le pas pour s'en éloigner – rien n'est plus féroce qu'une maman voulant protéger ses petits marcassins.
Silencieux, il fait signe à Nathanael de lui suivre et contourne la clairière pour aller trouver refuge derrière les buissons. Cosmo se joint à eux, comme s'il comprenait que quelque chose se tramait, quelque chose qui nécessitait discrétion et concentration.
Arrivé derrière des fourrées qu'il estime assez denses, l'auror s'accroupit pour se dissimuler derrière, assez bien camouflé par sa veste khaki et son vieux treillis.
Une minute s'écoule.
Deux.
Cinq.
Puis on entend un bruit nasal, un grommellement confus venant de l'autre côté de la petite clairière. Bientôt, des sangliers font leur apparition. La horde toute entière est là : sangliers, laies, marcassins. Ces derniers sont d'ailleurs de loin les plus mignons, avec leur petit groin et leurs rayures claires.
C'est un spectacle magnifique. Ils fouillent le sol, attrapent les racines, déterrent parfois un gland laissé ici par un écureuil.
C'était exactement ce qu'il était venu chercher. Cette scène rare, que peu de personnes pouvaient voir.
Arthur n'est peut-être pas la personne la plus douée du monde en matière de sentiments ou de démonstration d'affection. Il n'est pas romantique pour deux ronds, et est encore moins séducteur. Mais il a ce petit quelque chose qui vous fait vous sentir spécial. Il sait où appuyer pour ça, grâce à ses talents d'écoute – qu'on ne soupçonne habituellement pas – sans doute. Et d'observation.
Et ainsi, il sait créer ces moments spéciaux, ceux qui donnent de bons souvenirs.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptySam 30 Mar - 13:55

Dans la tête du pâtissier, de la biche qu'il avait aperçue émanait effectivement autant de magie que tous les patronus et toutes les métamorphoses. Il n'était pas aveugle à tout ça, même si parfois il tendait à l'oublier... Pour l'homme, bien qu'au quotidien il ne prenne plus suffisamment le temps de s'y attarder, même les simples bourgeons sur les arbres qui les entouraient étaient un signe incroyable de la magie de ce monde. D'autres magies étaient bien moins créatrices, plus destructrices même. Le tout faisait partie d'un cycle, de la même façon que non loin d'eux, probablement tapis dans les bosquets, un prédateur serait là pour écourter sa vie et rallonger la sienne. Ca n'était pas moins beau, sauf parfois lorsque les humains, et pas que les sorciers, s'en mêlaient. Il était assez calme, bien que fasciné par tout ça. A vrai dire, le quotidien ces jours-ci l'effrayait plus que de croiser un ours dans cette forêt. Et pas seulement parce qu'il savait Arthur present pour les défendre. Cela dit, il s'en remettait totalement à l'autre pour les guider, et ce dernier semblait prendre son rôle à cœur.

Il n'avait pas été surpris par son éloignement soudain. Il devait se l'avouer, Nate avait senti l'échec avant même qu'il ose se lancer. Malgré tout... Il ne regrettait pas. Mais il le laisserait tranquille. Ca n'était pas comme s'il ignorait qu'Arthur Thorn était plutôt sauvage concernant ces choses là... L'avait-il toujours été ? Il avait reconnu, le matin de leur premier "rendez vous" les réflexes d'un homme qui a vu les horreurs de la guerre. S'il n'était resté que quelques années a travailler auprès des Aurors, sur le terrain, il avait pu voir la profondeur avec laquelle certains étaient touchés jusque dans leur âme. Il reconnaissait ce regard qu'Arthur avait, parfois. Et ce qu'il taisait sans doute. Il aurait aimé lui dire qu'il comprenait. Les cauchemars de l'accident et de ce qu'il avait vu durant ses missions en tant que Médicomage de terrain le réveillaient encore. Mais ce n'était rien face à l'image de Hyacinthe qui se jetait dans la gueule du loup un mois plus tôt. Mais comme l'autre, et comme à son habitude, il gardait tout pour lui.

Suivant l'homme, accompagné de Cosmo, il se retrouva sur une piste qui les guida tous deux en contre bas d'une pente. Il n'avait pas non plus manqué d'agilité pour la descendre, et avait suivi Arthur dans les fourrés. Il observait son compagnon avec intérêt, jusqu'à ce qu'il comprenne ce qu'il voulait lui montrer. Le silence confortable qui s'était installé entre eux s'emplit d'admiration. Il avait passé son bras autour de son animal, au cas où ce dernier avait voulu jouer avec ces petites créatures qu'il n'avait jamais rencontré encore. Il avait eu raison, il sentait son coeur battre contre lui. Nate ne lâchait pas la scene des yeux. Il n'avait pas de mot. S'il avait été seul il aurait peut être versé une larme, mais hors de l'intimité de chez lui, c'était une autre histoire. Ils restèrent là, tapis, attendant que la scène qui se déroulait devant leurs yeux ne disparaisse avec le lever du jour. Ils restèrent accroupis jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de trace des marcassins, et ce n'est que là que la réalité et la lumière se fit sur leurs visages. Est-ce que Nathan avait eu une si parfaite matinée récemment ? Il regardait son guide forestier avec un mélange de curiosité et de reconnaissance.

« Thank you... For bringing me here. »

With you.
Il garda le reste pour lui. Il s'agissait de ne pas le faire fuir, non plus. Même si clairement il ne cachait pas, plus, en tout cas, qu'il appréciait la présence de l'autre. Au delà de leur nuit de folie -est-ce que le pâtissier aurait dit non à remettre le couvert ? Oh que non, mais il n'arrivait déjà pas à croire qu'Arthur acceptait de le revoir même sans ça. La clairière à présent libre de toute présence porcine, il proposa d'un signe de la tête qu'ils s'y rendent à leur tour, afin que Cosmo y court tout son saoul. Nathanael ramassa une belle branche et la lança avec force à bonne distance, et l'animal comprit que c'était pour lui. Dans ces moments là où il oubliait son -probablement grand- âge pour jouer comme un jeune canidé, le pâtissier se sentait vraiment chanceux d'avoir gagné sa confiance. Il espérait que ça rattrapait un petit peu ce que les humains lui avaient fait subir. Il fit le rapprochement avec Arthur assez facilement. Sauf que lui, un bâton lancé à des kilomètres et des gratouilles ne suffiraient sans doute pas à lui rendre ce qu'il avait perdu avec les années.

« I wondered if you'd have eaten before coming here. I took with me some of yesterday's pies. They are still good so... »

Nate sorti de son sac a dos une petite boite hermétique, et de l'eau dont il se servit.

« You can take them with you if you're not hungry right now or we could... share them here. »

Une partie de Nate espérait qu'il aimerait, même s'il était aussi probable qu'il n'aime pas le sucré en général. Et puis en remettant sa bouteille dans le sac, il se retrouva avec un bout de tissus plié dans les mains, et se rappela.

« And I... washed this. I thought you might miss it, it's a nice shirt. »

Il avait beau avoir un petit sourire, Nate soupira un peu, intérieurement. Il avait peur que remettre sur la table leur échange alcoolisé ne joue en sa défaveur. Bien sûr qu'il avait eu honte de son comportement. Pas de ce qu'ils avaient partagé, mais de ne pas avoir mis le holà alors que clairement, Arthur n'aurait jamais... Et en même temps, la colère dont il avait fait preuve au ministère prouvait quelque part que ça avait voulu dire quelque chose, pour lui aussi ? Le pâtissier était paumé. Mais il ne voulait pas faire d'erreur ou blesser l'autre par mégarde. Que c'était compliqué. La raison pour laquelle il était resté célibataires n'était pas seulement, comme il le prétendait, dû à sa responsabilité de tuteur. Vraiment pas.

***
Merci... De m'avoir amené ici.
(avec toi)
Je me demandais si tu aurais mangé avant de venir ici. J'ai pris avec moi un peu de la tarte d'hier. Elle est encore bonne alors...
Tu peux l'emmener avec toi si tu n'as pas faim ou... On pourrait les partager ici.
Et j'ai... lavé ça. J'ai pensé qu'elle te manquerait peut être, c'est un beau T shirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptySam 30 Mar - 16:23

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelLa horde fait tout le tour de la clairière. Les marcassins courent, par poignées de cinq à dix petits, derrière leur mère. Ils se bousculent un peu, essaient de fouiller la terre, eux aussi, avec leur tout petit groin. Ils se battent un peu, séparés par les laies qui les poussent à leur tour vers l'extérieur de la clairière. Et bientôt, tout ce petit monde s'en va, retournant se cacher dans les fourrés alors que le soleil se lève.
Ils attendent encore un peu, comme pour s'assurer du départ définitif de la horde, le soleil venant marquer les traits de leurs visages. Arthur pose les yeux sur son comparse et, un petit sourire en coin sur les lèvres, hoche la tête aux remerciements de Nathanael.
Il a réussi son coup.
Ils se redressent alors, l'auror prenant le temps de s'étirer afin d'évacuer les fourmis qui se répandent un peu partout dans ses jambes. La position statique n'était pas toujours des plus agréables. Il constate que le pâtissier en a profité pour jouer avec son doggamy, ce dernier courant volontiers après le morceau de bois pour aller le chercher.
Il n'arrivait pas encore à jouer de la sorte avec Mordred. Il était encore trop jeune. C'était déjà une vraie galère de lui apprendre à ne pas pisser partout, alors aller chercher le bâton… On n'y était pas. Même si Arthur y travaillait.
Il entre enfin dans la clairière à son tour, se rapproche de l'autre homme en regardant l'animal profiter de l'instant. Certains jours, il aimerait être un animal – ou un animagus. Avoir l'opportunité de devenir autre chose, d'oublier ses soucis d'homme pour ne plus être qu'instinct à l'état pur. Plus de réflexions complexes, plus de nervosité ou de souvenirs parasites.
Juste l'instant, l'instinct de survie.
Ne penser qu'à dormir, chasser, se reproduire, manger.
Tiens, d'ailleurs, en parlant de manger…
Voici qu'on lui propose de la tarte. L'occasion de constater que Nathanael est quelqu'un de plus prévoyant et prévenant que lui. Il hausse alors les sourcils en guettant la boîte hermétique – tiens, du plastique moldu ? – et la gourde d'eau. Il attrape également le tee-shirt qu'on lui tend, de plus en plus surpris.
Justement, il s'était demandé ce qu'il avait fait de lui… Voilà qui expliquait sa perte. Il glisse une main dessus, se demande quelle odeur a la lessive du pâtissier et, plutôt que d'attendre d'être chez lui – comme une personne normale – pour répondre à la question, fourre son nez dans le tissu.
Hm. Ca sent bon.
Il sort sa baguette et, d'un geste sec, fait disparaître le tee-shirt.
Thank you.1
L'odeur lui reste dans le nez. Il s'en souvenait très bien : il avait senti la même odeur dans les draps, chez le pâtissier, bien qu'elle ait alors été plus légère. Une senteur qu'il appréciait, sans savoir si c'était pour la fragrance en elle-même ou pour les souvenirs qu'il y attachait.
Qu'importe.
Tout naturellement, l'auror trouve un arbre aux larges racines et s'assit à même le sol, dos callé contre le tronc, une jambe tendue devant lui, l'autre pliée. D'un geste, il invite Nathanael à s'installer à son tour.
La horde de sanglier ne reviendra pas de sitôt. Et ils ne risquent pas de rencontrer de promeneurs ici, surtout à cette heure. Alors autant en profiter pour manger un morceau. Il faut dire qu'à part une tasse de thé tôt ce matin, Arthur n'a encore rien avalé et que, maintenant qu'on agite de quoi manger son nez, il se rend compte que la faim le tenaille.
Tout à fait naturellement, il attrape la boîte hermétique amenée par le pâtissier, l'ouvre et la pose sur le sol, entre eux, avant de prendre la première part de tarte qui passe.
Il n'est pas très difficile à nourrir. Il faut dire qu'il n'est pas très gourmand et que, s'il a le palais plutôt fin, mange plus pour vivre qu'il ne vit pour manger. Ce n'est toutefois pas sans plaisir qu'il mord dans la pâtisserie.
You probably hear it all the time, but…” fait-il, la bouche pleine. “Your pies are brilliant.2
On remarquera qu'il n'a pas vraiment relevé le souvenir de la nuit qu'ils ont passés ensemble, sans qu'on sache trop si c'est pour leur épargner à tous les deux la gêne, pour s'éviter à lui l'embarras, ou parce qu'il s'en fout. On ne saura sans doute jamais, d'ailleurs.
How long have you had him ?” interroge-t-il, finalement, en voyant le doggamy revenir vers eux, bâton coincé entre les babines. “You've trained him well. He looks intelligent, I have to say… I have so many troubles with Mordred… He's still a young dog, but… Well, I thought it'd be easier than having a teenager home but it seems to be even more difficult.3
Il mord à nouveau dans la tarte et se tourne enfin vers son compagnon, sans éviter son regard cette fois, avec cette même spontanéité que lorsqu'il avait un taux d'alcool dans le sang un peu plus élevé.
The other day, I had such a hard time trying to get him away from a racoon… He'd found a friend, apparently, and wouldn't let it go.” Il secoue la tête. “Racoons aren't that common in Cornwall, and I was afraid it might have rabies. But for some reason Mordred wanted to befriend it…4
Il hausse les épaules.
He's not very cooperative. Nor obedient. Yet.5
La raison à sa jeunesse, bien sûr. Il voyait bien, en trois semaines, les progrès faits par l'animal, question dressage.
Il fallait encore l'apprivoiser totalement.
___________________________
1 Merci.
2 On doit te le dire souvent mais… Tes tartes sont super bonnes.
3 Tu l'as depuis combien de temps ? Il est bien dressé. Il a l'air intelligent, il faut dire… J'ai tellement de mal,parfois, avec Mordred… C'est encore un chiot mais… Bah, j'ai pensé que ça ne pourrait pas être pire qu'avec un adolescent, mais ça a l'air plus difficile.
4 L'autre jour, j'ai eu toutes les difficultés du monde à l'éloigner d'un raton-laveur… Il s'en était fait un copain, apparemment, et ne voulait pas lâcher l'affaire. Les ratons-laveurs ne sont pas si communs dans les Cornouailles, et j'avais peur qu'il puisse avoir la rage. Mais pour une raison que j'ignore Mordred voulait s'en faire un copain…
5 Il n'est pas très coopératif. Ni obéissant. Pas encore.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptySam 30 Mar - 18:47

Le grand pâtissier n'avait pas osé en faire plus, mais il aurait pu. La vérité était que si on lui avait donné le feu vert, il aurait ramené la nappe à carreau, les plats cuisinés, le thé, le café et tout le reste. Il avait le souvenir de picnic heureux avec Hyacinthe et leurs parents et... Il aurait aimé retrouver ce genre de moment, et pourquoi pas les partager avec quelqu'un. Il se demandait si Arthur avait connu de tels moments avec sa famille nombreuse. L'histoire lui paraissait compliqué, et il se souvenait de la façon dont il parlait avec affection de son petit frère -même si beaucoup de désespoir sur le fait qu'il n'était pas certain d'être taillé pour éduquer un pré adolescent- et des autres frères et soeur qu'il avait. Malgré les problèmes que ça apportait, Nathanael avait rêvé d'une grande famille. Même s'il n'avait pas été le meilleur grand frère pour Hyacinthe au tout début.

Il avait été surpris, en voyant l'homme respirer l'odeur de sa lessive sans réfléchir. Il avait lui même mis son nez dans le tissus imprégné du parfum d'Arthur et soupiré -même s'il le nierait sous la torture. Et avait ressenti un certain serrement de son coeur quand en plus de ça, une fois confortablement installé contre les racines de ce grand arbre, il avait reçu un compliment sincère de l'autre homme. Oui, on lui disait souvent... Mais rarement cela venait de personnes dont l'avis comptait.

« I'm glad you like them. »

Il n'osa pas le regarder dans les yeux, de peur de rougir comme un idiot. Mais le compliment lui allait droit au coeur. Il sorti un couteau qui avait appartenu à son père et coupa la seconde part en deux, pour n'en prendre que la moitié. Il y avait le droit autant qu'il voulait, lui. Il préférait encore laisser le reste à Arthur. Cosmo était revenu, avait renifflé l'odeur de tarde dans les airs, mais il n'y avait pas droit, lui. Nathanael relança un bâton baveux à de nombreux mettres -il avait le coup de main maintenant- et il était reparti comme une flèche.

« To tell the truth, I think he was trained before I adopted him... I've had him for a little less than three months and he already understands everything I say. He's very clever. »

Et il remerciait encore le jour où lui et son frère étaient allés dans ce refuge pour animaux magiques. Il eut un rire clair en imaginant Mordred avec un raton laveur, jusqu'à ce qu'Arthur lui rappelle que c'était assez rare comme apparence dans la région. Ulysse. Non... Si ? Il se fit la note mentale de chercher à asticoter un peu plus ce dernier sur le sujet. Et en même temps, après ce qui s'était passé... Arthur était un sujet qu'il aimait mieux garder pour lui. Cosmo était revenu, avait réclamé une grattouille, et s'était désintéressé de son bâton, pour aller courir après des petites créatures que seulement lui devait sentir ou voir, à travers les hautes herbes.

« He's just a young lad, I'm sure he will listen to you once he's calmed down a bit. He seems to love you already. »

Il sourit un peu, tirant ses traits habituellement plus froncés. Il lui vint une idée.

« Maybe you could let him befriend Cosmo a bit more. He could be a good influence to him, canalise his energy. I'm no expert but if Mordred looks up to him, maybe... »

Est-ce qu'il disait ça pour secrètement gagner plus de temps avec l'autre homme ? Non... Du moins, pas consciemment. Il le proposait de bonne foi, même si la coincidence qui en découlerait ne lui poserait pas de problème du tout. Un petit déjeuner, comme ça, toutes les semaines avec Arthur c'était... Sa gorge était sèche. Il but une nouvelle gorgée et proposa sa gourde à Arthur, si jamais il avait soif lui aussi. Le silence était revenu entre les deux hommes, à part les oiseaux qui s'étaient définitivement levés et festoyaient leur début de journée depuis un moment. Et puis, naturellement, Nate repris la conversation.

« So... where do you live now ? You said Uther didn't like being far from his friends but... You said it wasn't far from here I think ? »

Il ne se rappelait pas tout de leur soirée de folie, mais quelques mots de sa part lui rappelaient ça, et le fait qu'il l'avait amené ici, aussi. Le grand McDougall avait déplié ses jambes, sauf une sur laquelle il était accoudé pour écouter son interlocuteur. Il le regardait dans les yeux, depuis un moment. Nate se surprend en train de penser qu'Arthur a vraiment de beaux yeux. Quel idiot il faisait.


***
Je suis content que tu aimes.
A vrai dire, je pense qu'il était dressé avant que je l'adopte ... Je l'ai depuis un peu moins de trois mois et il comprend déjà tout ce que je dis. Il est très intelligent.
C'est juste un jeunot, je suis sûr qu'il t'écoutera une fois qu'il se sera calmé un peu. Il semble t'aimer déjà.
Peut-être que tu pourrais le laisser se familiariser avec Cosmo. Il pourrait être une bonne influence pour lui, l'aider à canaliser son énergie. Je ne suis pas un expert, mais si Mordred le regarde avec respect, peut-être ...
Alors où est-ce que tu vismaintenant ? Tu as dit qu'Uther n'aimait pas être loin de ses amis mais... Ca n'est pas loin d'ici, je crois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptySam 30 Mar - 21:26

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelAh ça, oui, Mordred est encore un jeune chiot. Débordant d'énergie, sautant partout, courant en tous sens et rendant la vie d'Arthur toujours plus palpitante. Il avait déjà cru une fois ou deux que l'animal s'était noyé dans les vagues, en voulant aller chasser une mouette et n'osait pas imaginer combien de frayeurs encore ce petit chenapan lui fera subir.
Autant dire qu'il remplissait parfaitement sa fonction : l'auror n'avait plus le temps de broyer du noir. Et puis, il se sentait exister aux yeux de quelqu'un.
Comme son petit compagnon prenait une place grandissante dans sa vie et son coeur.
Arthur est un grand sentimental.
Alors oui, il semblerait que le petit berger se soit déjà pris d'affection pour son maître. Ce dernier en prenait soin, s'efforçait de l'éduquer correctement.
Il remplissait le vide. Un peu comme l'enfant qu'il n'aurait jamais.
Lui donner un modèle, en soi, ne lui semble pas être une mauvaise idée. Comme le fils prend son père pour modèle, Mordred pourrait peut-être nouer un lien particulier avec Cosmo.
Maybe, yeah.
Que Nathanael fasse une telle proposition dans le seul but de le revoir ? L'idée ne l'effleure même pas. Déjà parce qu'il ne se méfie pas de lui comme il pourrait se méfier d'un autre, et ne cherche pas la manipulation. Ensuite parce qu'il est à mille lieues de telles magouilles.
Il attrape la dernière part de tarte – enfin, la demi – sans se poser la question – c'est qu'il a faim, en fait – et mord dedans. C'est que c'est bon, quand même. Heureusement qu'il n'était pas gourmand, parce qu'avoir un ami comme Nathanael, c'était un coup à prendre dix kilos par semaine. Il attrape la gourde qu'il lui tend, machinalement, et boit une longue gorgée d'eau, non sans remercier son comparse.
La gourde est rendue, et Arthur se laisse aller contre le tronc de l'arbre dans un soupir de contentement, petit sourire aux lèvres. Il a bien fait de les emmener ici. Le calme, interrompu simplement par le gazouilli des oiseaux et parfois le bruissement d'un animal – ou du doggamy – qui passe par là…
Ils sont pas bien, là ?
La seule chose qui manquait, c'était le bruit des vagues. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir : c'était l'un, ou l'autre.
Et puis, le silence se brise alors que le pâtissier relance la conversation. Arthur se tourne vers lui, sourcils levés, mais se prête au jeu de la question, sans trop comprendre pourquoi il voulait savoir ça.
Well… Err…” hésite-t-il, pris au dépourvu. “I live by the sea, in Sennen, a small house not far from the Land's end.” Un petit sourire apparaît sur ses lèvres. “It's about… fifty miles from here, I'd say ? But when…1
Il s'interrompt, détourne le regard, perd quelques couleurs. Fronce les sourcils.
Reprend.
When I left London, I wanted to get back to the sea. I grew up in Tintagel, so… The ocean is really something I can't live without. I bought this small house then, that adapts to what I need. When Uther came to live with me, it added a bedroom by itself.2
Il tourne à nouveau la tête vers Nathanael, les couleurs revenant sur son visage, un sourire en coin aux lèvres.
Tintagel's not far from here though. Well, not far… Twenty miles tops. It's at the other end of the forest, with its cliffs and its old castle in ruins.3
Arthur serait-il plus ouvert qu'il aurait pu proposer à Nathanael de lui faire visiter les environs. Mais il est encore trop tôt pour qu'il se sente enclin à une telle familiarité. On parle quand même des lieux de son enfance, et, si magiques soient-ils, ils sont empreints de souvenirs qu'on ne partage pas comme ça.
Did you grow up in London yourself ? You seem well adapted, there. I've never been able to fully adapt to the life in the city. Too noisy, too busy.” Il secoue la tête, songeur. “With the years passing by, I need a calm environment more and more.4
Les bruits de la ville étaient devenus trop agressifs avec le temps. Certains bruits trop forts ou répétitifs éveillaient trop de mauvais souvenirs. Et le stress de la ville ne faisait qu'augmenter sa nervosité et sa paranoïa.
La campagne, le roulis des vagues, l'odeur d'iode, tout cela l'apaisait énormément.
___________________________
1 Ben… Euh… Je vis près de la mer, à Sennen, une petite maison au niveau du Land's end. C'est à… à peu près quatre vingts kilomètres d'ici, je dirais ? Mais quand…
2 Quand j'ai quitté Londres, je voulais revenir près de la mer. J'ai grandi à Tintagel, donc… L'océan est vraiment une chose dont je ne peux pas me passer. J'ai donc acheté une petite maison, qui s'adapte aux besoins. Quand Uther est venu s'installer avec moi, elle a ajouté une chambre d'elle-même.
3 Tintagel n'est pas très loin d'ici, cela dit. Enfin, pas trop loin… 35 bornes à tout casser. C'est de l'autre côté de la forêt, avec ses falaises et son vieux château en ruines.
4 Tu as grandi à Londres, toi ? Tu y as l'air parfaitement adapté.J'ai jamais pu vraiment m'habituer à la vie de citadien. Trop bruyant, trop animé. Avec les années qui passent, j'ai de plus en plus besoin d'un environnement calme.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptySam 30 Mar - 22:40

L'ambiance entre les deux hommes évoluait, pour sur, mais personne n'aurait vraiment su dire dans quelle direction. Pas même les deux concernés. Si Nate écoutait avec attention ce que l'autre lui racontait et essayait de se faire une idée des lieux qu'il décrivait, il n'aurait pas su dire si Arthur et lui même étaient sur la même longueur d'onde. Le voir se régaler de ses préparations lui faisait amplement plaisir, l'entendre confirmer ses propositions, aussi. Il n'était pas le genre d'homme a s'emballer, mais ça faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas pris le temps comme ça, avec un homme de son âge (et qui lui plaisait) juste a partager un moment... Sans qu'il ait le cœur serré.

Il imaginait les plages de Tintagel, la maison qui s'adaptait a ses habitants. L'idée était franchement charmante quand on y pensait, quand on comparaît au petit appartement grinçant au dessus de la boutique. C'était leur petit appartement grinçant a eux mais...

« It sounds lovely. »

IL avait l'impression qu'Arthur avait hésité, a un moment. Peut être que c'était trop personnel comme question. Nate voulait juste en apprendre plus sur lui et ça paraissait être une bonne façon de commencer.

« I didn't, not really. My parents owned a Bakery in the suburbs, but my grandfather had a small cabin in Dean's Forest, we went there every chance we got and during the holidays when I was back from school... They took us to the see sometimes, I was young but I think it was Cork and the Atlantic way. Hyacinthe was so tiny. »

Il revoyait ces moments heureux avec toutes les couleurs de l'été, du printemps, de l'automne. Leurs parents étaient peut être des Moldus mais la route ne leur faisait par peur ils avaient continué même en sachant ce que Nathanael était. Hyacinthe n'en savait encore rien. Ils avaient passé de si belles années... Le visage de Nate était empli d'affection pour cette période, même si son regard était un peu triste.

« I moved to London when I took Hyacinthe with me. This way it was easier for me to take care of him and continue working, and now he came come and go as he wants too. He was never found of...any means of transportation really. »


L'accident de leur parent avait vraiment fait du mal a son cadet. Le fait que Nate les ait sauvé en Apparaissant n'avait pas suffit a le sauver du reste. Jamais il n'avait pu reprendre un véhicule quel qu'il soit. A part peut être le train. Le pâtissier se rendait compte que son ton était devenu un peu sombre. Il ne voulait pas gâcher ce moment qu'il partageait avec Arthur.

« I don't hate it but yeah... I could see myself live in some quieter place. I just... Don't know if I could do it, you know ? Without... Well. But I would love to. »

Probablement quand il aurait la certitude que Hyacinthe peut se débrouiller sans lui. Même si son frère serait toujours capable de venir le voir en AP, savoir qu'il ne pouvait pas le rejoindre en une fraction de seconde... Était difficile pour le pâtissier. Et pour le coup, ce serait vraiment disparaître de la circulation. Il n'avait que peu de réels amis et ce n'était pas comme s'il était proche de fonder une famille... Mais en fermant les yeux et inspirant l'air parfumé par les arbres, il savait que cette vie lui convenait mieux. Mieux que la ville, et son bruit, et son activité bourdonnante. Il les rouvrit doucement. Il était toujours aller de la façon dont les choses avaient tournées pour lui. Mais tout n'était pas noir.

« By the way, how is Enid doing ? And your sister ? »


Il demanda, quand une idée de famille lui avait traversé l'esprit, et il s'était rappelé leurs retrouvailles embarrassantes. Il était reconnaissant, malgré l'embarras. Ça lui avait permis de revoir Arthur.

« I'm so sorry again for... I guess I didn't want to think you single the same way you thought that I... Anyway. I really like this little girl. She's so bright and clever. Like her mom. »

Il sourit doucement, espérant se faire pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyDim 31 Mar - 11:55

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelLa conversation se fait plus ou moins naturellement. Ils partent d'une idée, font le lien avec une autre. De leur vie maintenant, ils passent à l'enfance, reviennent au moment présent, aux aspirations, aux obstacles, aux difficultés qui se mettent sur leur route. C'est le lot de chacun, mais il est vrai qu'on en vient parfois à se demander où on en serait aujourd'hui si les choses s'étaient passées différemment.
Si son père avait suivi son conseil, bien des années auparavant, et ne s'était pas remarié avec cette marâtre d'Ygerne.
Si cette tarée de Keyser avait remporté le duel à mort auxquel ils s'étaient livrés.
Si le courage lui avait fait défaut pour aller inviter Constance à sortir.
Si Elijah n'avait pas eu l'audace d'approcher sa soeur.
Si…
Tant de choses qui auraient pu se passer différemment, de meilleure ou de pire manière.
Il sent bien, dans la voix de Nathanael, qu'il traîne lui aussi son lot de regrets et d'inquiétudes. Sa part de responsabilités, également, puisqu'il a dû probablement affronter des évènements tragiques pour se retrouver à prendre son cadet sous son aile.
Il n'y a rien à répondre à cela. Arthur se contente donc de hocher la tête en silence, attentif. Non pas qu'il soit quelqu'un de particulièrement porté sur l'écoute, mais il n'en est pas moins capable d'une grande empathie et à l'instinct pour ces choses là. Il sait quand il vaut mieux se taire.
Étant donné son talent pour le relationnel, c'est déjà ça de pris.
Il comprend tout à fait la situation actuelle des plus compliquées pour le pâtissier. Se réadapter à une vie sans magie quand on y a pris goût est une chose des plus amères. Il comprend bien qu'aujourd'hui, il est difficile pour lui de s'éloigner de la ville, ne serait-ce que pour le travail.
Cela dit…
You could open another bakery, you know. Somewhere that'd suit you better.” Après tout, combien de villages moldus avaient leur propre petite épicerie ou delicatessen ? Dans des zones touristiques comme les Cornouailles, il y en avait partout. Et parfois même des échoppes dont le concept n'était pas toujours brillant – il se souvient, notamment, de ce smoothie bar, à Tintagel, proposant des boissons tout à fait étranges, et au goût pas toujours très enchanteur. Mais bon, les touristes avaient l'air d'aimer ça… “Wizards are coming to London for your pies already, and they're not afraid of the distance. Here or there… It matters not when you can apparate wherever you want to.” Il lui sourit. “Where you go, your customers will follow.1
Si Arthur n'était pas… Et bien, Arthur, on aurait pu prendre ça comme une proposition. En réalité, c'est plutôt le fruit d'une réflexion plutôt amicale, la réaction d'une personne qui veut prouver à l'autre que les possibilités ne sont pas réduites parce que la magie s'en est allée.
Au contraire. C'était peut-être le moment de changer de vie, de retrouver autre chose. Son petit frère était grand, maintenant, il était peut-être temps pour Nathanael de penser à lui.
C'est l'hôpital qui se fout de la charité, Viviane lui a dit la même chose quelques jours plus tôt.
Enid, for instance,” poursuit-il, montrant ainsi qu'il n'oubliait pas la dernière question de son date. “She'd make such a fuss to keep on eating cakes from your bakery ! And that's just one customer. I'm sure you have plenty of others that'd follow you to the other end of the world.2
Ne parlons pas d'Isleen, qu'Arthur ne connaît pas, qui en serait plus que capable.
En attendant, on remarquera que l'auror s'est exprimé avec une conviction, une passion que son comparse ne lui connaissait peut-être pas encore. Cette faculté à s'emporter pour un rien, que ce soit par l'énervement ou autre chose, à se laisser déborder par ses émotions pour pouvoir faire passer ses idées.
Il lui faut donc quelques secondes pour reprendre le fil réel de la conversation et revenir à des choses qui exacerbent moins ses passions.
And that's okay for what happened last time. I wasn't a lot better than you were, for that matter. And you had more reasons than I had, since I expect the kid to take a little after me.3 Difficile, quand on a le nez dessus, de s'en rendre compte, mais les liens de sang faisaient qu'il y avait tout à parier pour que la petite fille ressemble ne serait-ce qu'un peu à son oncle. De physique… Et de caractère.
Elle s'amusait déjà à imiter le gros ronchon qu'il était souvent.
She understood much more than I expected her to, smart girl,” avoue-t-il, non sans ressentir une certaine tendresse et fierté àson égard. “It didn't take long for her to snitch on us to her mother though.4
Ce qu'Arthur ne dit pas, c'est que Viviane avait été ravie d'apprendre que son grand frère avait un ami spécial et qu'elle s'était fait un plaisir de l'encourager dans cette voie. Ledit grand frère avait donc adopté sa stratégie préférée, et s'était contenté de grogner pour ne pas avoir à se compromettre.
La vérité étant qu'il ne savait pas où il en était, qu'il avait aussi peur de s'engager à nouveau et qu'il avait conscience de penser encore beaucoup trop à quelqu'un d'autre pour entamer une relation propre.
Il ne voulait pas se servir d'un autre comme d'un mouchoir avec lequel il épancherait ses peines. Un pansement, même, pour guérir les plaies de son âme en attendant de se reconstruire.
___________________________
1 Tu pourrais ouvrir une autre pâtisserie, tu sais. Quelque part qui te conviendrait mieux. Des sorciers viennent jusqu'à Londres pour tes tartes, déjà, et ils n'ont pas peur de la distance à faire. Ici ou là… Ca n'a pas d'importance quand tu peux transplaner où tu veux. Où que tu ailles, tes clients te suivront.
2 Enid, par exemple. Elle ferait un vrai caprice pour continuer à manger des gâteaux de ta pâtisserie. Et c'est juste une de tes clientes. Je suis sûr que tu en as plein d'autres qui te suivraient au bout du monde.
3 Et ce n'est pas grave, pour ce qu'il s'est passé la dernière fois. Je n'ai pas été meilleur que toi sur ce coup-là. Et tu avais plus de raisons de le penser, puisque j'imagine que la gosse tient un peu de moi.
4 Elle a compris bien plus que ce que j'aurais cru, futée gamine. Il ne lui a pas non plus fallu très longtemps avant de nous balancer à sa mère.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyLun 1 Avr - 12:19

Cosmo avait fini de courir après quoi que ce soit qu'il pistait, et était revenu s'installer auprès des deux hommes. Il n'était pas, comme à la maison lorsque Hyacinthe était là, affalé sur les deux pour les recouvrir autant que possible -pour avoir plus de mains qui s'occupaient de lui, comme le soupçonnait son cadet. Mais il était installé entre les deux la tête sur les cuisses du pâtissier. Il faisait confiance à Arthur, manifestement, assez pour fermer les yeux et laisser le pâtissier et l'autre caresser sa fourrure, mélange de poils et de plumes bleues. C'était une créature fascinante, et la confiance qu'il leur accordait touchait vraiment Nathanael, qui se sentait chanceux.

Il écoutait les paroles d'Arthur, qui semblait tellement sûr de lui lorsqu'il lui évoquait les possibilités, son sourire rassurant... C'était quelque chose d'admirable chez lui. Autant il pouvait être fermé et têtu, autant parfois des trésors de... gentillesse ? Pour Arthur, c'était peut être juste de la logique, mais Nate était sincèrement touché. Même s'il n'était pas capable d'autant d'optimisme, ou de confiance, si on pouvait appeler ça comme ça.

« I don't know... It's easy to forget someone that isn't there anymore... And my pies aren't that special. »

Il passa ses mains dans ses cheveux, et sur sa nuque. C'était vraiment quelque chose chez le pâtissier, qui était incapable d'imaginer qu'on puisse venir pour lui ou ses créations. Peut être certaines personnes... Mais est-ce qu'elles feraient le déplacement, sur le long terme ? Surtout maintenant qu'il ne faisait plus parti, à proprement parler, du monde sorcier ? Il hésita avant d'aborder le sujet avec Arthur, mais il savait que l'autre ne le prendrait pas pour plus que ce que c'était.

« You know I've had less and less customers these days. I don't blame anymone, it's just weird to feel the change losing my magic made. »

Il confia.

« I know some wizards and witches are prejudiced it's just... a bit sad to see it so clearly. »

Honnêtement, sans magie, il n'aurait pas tenu la cadence s'il avait eu la même fréquentation, mais le voir comme ça, l’intolérance de certains c'était... Loin d'être le sujet qu'il voulait continuer à aborder. Sa main s'était arrêtée sur le pelage de Cosmo et ce dernier avait relevé la tête, émettant un petit son jusqu'à ce qu'il recommence et sourie à nouveau.

« Enid is one of my best customer yet. With a few others... You and your sister are lucky she cannot Apparate yet. »

Il ajouta, sur une note plus légère. Il était content d'entendre Arthur lui dire qu'il ne lui tenait pas rigueur de ce qui s'était passé un peu plus tôt. Ca l'aurait chagriné, et en même temps est-ce qu'ils seraient là, à l'ombre d'un si bel arbre alors que le soleil était maintenant totalement levé, si Arthur lui avait tenu rigueur de leur incompréhension ? Plusieurs fois, sa main efleura celle de son compagnon de sortie, sur le Doggamy, mais il n'osa pas retenter quoi que ce soit. Mais il aurait aimé. Il aurait aimé lui demander ce que la petite fille avait cafté, et ce qu'Arthur en pensait.

« Oh my... Does this mean Viviane and her are going to visit me with questions now ? »

Et que répondrait-il ? Arthur ne donnait aucun signe de vouloir pousser leur rendez vous plus loin, et il ne voulait le forcer à rien... Mais une petite voix -sans doute celle de son frère entre autres- lui disait que juste baisser les bras et attendre ne lui amènerait jamais rien.

« What... do you want me to tell her ? »

Il demanda doucement, sans oser croiser son regard. Il n'avait jamais pris de pas pareil depuis tellement longtemps qu'il avait l'impression de marcher sur des oeufs. Aussi à cause du caractère sauvage d'Arthur. Aussi sauvage que les jeunes sangliers qu'ils avaient observés un peu plus tôt. Comment est-ce qu'on approchait de telles créatures ? Comment est-ce qu'on gagnait le droit de s'en approcher ? Il observait la nature autour d'eux, et continuait avec une voix grace et qui le caractérisait.

« My brother also begs me to know who made me want to learn to use a phone again... I didn't tell him because I'd never have another moment of rest. »

Mais il aurait aimé.

***
Je ne sais pas ... C'est facile d'oublier quelqu'un qui n'est plus là ... Et mes tartes n'ont rien de vraiment spécial.
Tu sais, j'ai de moins en moins de clients ces temps-ci. Je ne blâme personne, c'est juste bizarre de sentir le changement depuis que j'ai perdu ma magie.
Je sais que certains sorciers et sorcières ont des préjugés c'est juste ... un peu triste de le voir aussi clairement.
Enid est l'une de mes meilleurs clientes. Avec quelques autres ... Toi et ta sœur avez de la chance, elle ne peut pas encore Transplaner.
Oh mon ... Est-ce que ça veut dire que Viviane et elle vont me rendre visite avec des questions maintenant ?
Qu'est-ce que tu veux que je lui dise ?
Mon frère me supplie aussi, il veut savoir qui m'a donné envie de réapprendre à utiliser un téléphone ... Je ne le lui ai pas dit, je n'aurais jamais un autre moment de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Date de naissance : 13/07/1984
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyLun 1 Avr - 14:08

Somewhere Only we knowArthur & NathanaelDès le retour du doggamy entre les deux hommes, c'est tout à fait naturellement qu'Arthur vient glisser ses doigts dans le pelage si particulier de l'animal. Il le caresse, grattouille à un endroit qu'il suppose plus sensible qu'un autre. Ça aussi, ça a un côté apaisant. Papouiller un animal en confiance a quelque chose d'agréable et de satisfaisant. Peut-être cela réside-t-il dans le fait de donner sans retour, de faire quelque chose pour l'autre et de voir à quel point cela lui est appréciable.
Était-ce la même chose entre Nathanael et lui ? Était-ce cela qui les rapprochait ?
Il n'arrivait pas à savoir. Il ne parvenait pas à comprendre, ni à faire le tri. Et il est bien plus facile, dans ce genre de situation, de porter son attention sur autre chose.
Sur quelqu'un d'autre.
Les soucis du pâtissier lui semblent légitimes, bien sûr, mais pas aussi dramatiques que ce dernier a l'air de le penser. Bien sûr, lui aussi aurait été complètement déboussolé à sa place, mais il aurait surtout dû renoncer à sa carrière en même temps qu'à sa magie. Ça n'avait pas été le cas de son comparse, qui avait pu rebondir, quand bien même devait-il réapprendre certaines choses et faire face à l'idiotie de leurs congénères.
L'auror hoche la tête lorsqu'il l'entend évoquer les préjugés de certains sorciers. Ils sont tous les deux bien placés pour le savoir, après tout. Combien de fois Arthur avait-il pris dans les dents l'argument de mauvaise foi qui voulait que son ascendance moldue le rendait moins méritant qu'un autre ? Qu'il avait usurpé sa place ? Qu'il n'était qu'un Sang-de-Bourbe qui n'avait absolument rien à faire dans les hautes sphères du ministère ?
Des idiots qui ne voyaient pas ce que la consanguinité à laquelle ils s'accrochaient faisait. N'était-ce pas elle, la responsable du nombre croissant de Cracmols ? N'était-ce pas elle qui poussait de plus en plus de jeunes dans la magie noire pour essayer de contrebalancer une magie pas toujours très coopérative ? Combien de jeunes sorciers de sang pur éprouvaient des difficultés à maîtriser leur magie ? Et encore, quand on n'évoquait pas ceux qui perdaient pied, peu à peu, la tête tournée par les idéaux, la magie noire, et les handicaps génétiques qu'ils se trimballaient.
Certains devraient étudier un peu plus les fondamentaux moldus. Ils découvriraient les dangers de la consanguinité.
Et arrêteraient peut-être leurs idioties.
C'est un peu idéaliste comme approche, ça, non ?
Le sujet de conversation dérive, suivant les pensées de Nathanael, se dit l'auror qui ne pense pas que ce dernier dévie les choses volontairement. Surtout pour aller sur cette pente là.
Les sourcils d'Arthur se lèvent quand il entend son ami lui demander ce à quoi il devait s'attendre, voire ce qu'il devait répondre. Il ne s'était pas attendu à ça. Et hausse les épaules.
The truth, I guess ?” répond-il, non sans sentir ses joues commencer à chauffer. Moui, bon. “Though I'm pretty sure Vee has understood a lot of it. Enid claiming I had a special friend helped her a lot.1
La petite fille en avait même fait une chanson en voyant que son oncle ne parvenait plus, ensuite, à se départir de son teint rouge pivoine.
Lui n'en avait rien dit. Il s'était contenté, comme d'habitude, de grogner, de râler, et d'essayer de faire comprendre à sa soeur qu'il n'avait absolument pas envie d'en parler.
Quant au fait d'en parler à Hyacinthe… Là, c'était plus délicat. Si dans un sens, Arthur était flatté d'apprendre que Nathanael avait fait l'effort de réapprendre à se servir d'un téléphone pour le contacter, il n'était pas sûr qu'embarquer la famille dans cette affaire soit la meilleure des idées.
Après tout, il était resté très secret sur la question, et ça serait resté ainsi si la petite Enid ne s'en était pas mêlée. Il ne pouvait pas non plus demander à la seconde partie de rester aussi cachotière que lui.
Mais…
Encore une fois, l'animal sauvage n'a pas tellement envie de se sentir mis au pied du mur. Il a peur de ce que tout cela implique, peur de ne pas être prêt. Et s'il ne manque habituellement pas de courage, les blessures qu'il traîne sont encore trop vives pour qu'il se lance là dedans tête baissée.
Alors il opte pour une option qui ne lui ressemble pas.
Du tout.
La fuite.
Il s'éclaircit la gorge, détourne le regard pour essayer de calmer les rougeurs qui s'étalent sur ses joues.
The sun's already high…” tente-t-il maladroitement. Il se relève et époussète ses vêtements désormais couverts de terre. “Shall I see you home ?2
___________________________
1 La vérité, je suppose ? Bien que je suis sûre que Vee en a compris une grande partie. Enid chantant que j'avais un ami spécial l'a beaucoup aidée.
2 Le soleil est déjà haut… Je te raccompagne ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t753-arthur-h-thorn-d
Messages : 374
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] EmptyLun 1 Avr - 17:05

Nathanael attendait avec un peu trop d'insistance la réponse d'Arthur concernant sa soeur. Bien sûr, du peu qu'il le connaissait maintenant, il ne s'attendait pas à ce qu'ils parlent mariage et emménagement ensemble. Merlin seul savait si c'était des choses qui arriveraient un jour dans la vie du pâtissier, il avait plutôt abandonné l'idée depuis quelques années. Au grand damn de Hyacinthe qui pensait que ça rendrait son grand frère heureux. Honnêtement, même s'il s'était rouvert à l'idée d'une relation romantique, le reste... Il avait trop peur de ne pas être à la hauteur. Idiot, quand on est un homme qui a géré carrière et l'élevage d'un petit garçon, qu'on cuisinait bien et qu'on n'avait rien à envier aux modèles qu'on trouvait dans Witch Weekly. Mais ses rares relations et constants rejets n'avaient pas aidé...

Il avait été surpris à sa réponse franche, et ce serait mentir de dire qu'il n'avait pas un peu souris en imaginant la scène. Gosh. Nathanael semblait sourire drôlement souvent en la présence de l'ours à côté de lui. Il était heureux d'être au moins le "Special friend" de quelqu'un. Il savait qu'il était un bon ami pour Alex mais... C'était le genre d'ami qu'on voyait une fois par mois, même si on ne l'oubliait pas vraiment, on n'avait pas non plus son esprit si souvent tourné vers lui. Qu'est-ce qu'Arthur dirait si Nate lui disait qu'il pensait parfois à lui.

Il n'attendait pas tellement de réponse, avec ce qu'il avait ajouté sur Hyacinthe. Il était à des kilomètres de l'inviter à rencontrer sa famille de façon officielle. Il avait aussi suffisamment confiance en son cadet pour savoir que, contrairement à Enid, il n'irait pas embarrasser Arthur s'il lui demandait de faire profil bas (contrairement à sa lourde insistance jusqu'ici lorsqu'il y avait des potentiels partis pour son frère à proximité). Il continua à profiter de la scène de nature, à proximité de l'autre homme, jusqu'à ce que celui ci propose avant lui qu'ils se remettent en route.

« I was about to suggest it. »

Il dit en se redressant à son tour. Il se débarrassa des feuilles et de la terre que Cosmo avait étalée sur lui, et se tourna vers Arthur. Ici, ils étaient seuls. Arthur allait sans doute le déposer non loin de sa boutique et dans son habituelle attitude que Nathanael commençait à connaître, puisqu'il était assez similaire sur ce point, il le saluerait sans doute et partirait directement. Cosmo avait l'air de comprendre que c'était l'heure de partir, et il reprit une forme plus petite quand son maître se baissa pour le prendre dans ses bras. Il s'approcha, et posa sa main sur son bras pour permettre à l'autre de les faire Apparaitre, sur le point de dire quelque chose. Ou de faire quelque chose. Arthur n'avait pas pu le manquer, mais Nathan n'en fait rien, et quelques secondes plus tard, ils avaient quitté le calme et la solitude de la forêt pour une ruelle non loin de la boulangerie. Le pâtissier mit un certain temps à lâcher l'autre homme, et son regard. Il laissa Cosmo lui échapper des bras, mais ne lâcha pas sa laisse. Il hésita, et puis le tourna à nouveau vers lui.

« I'll be waiting for our next expedition, then... »

Aussi fort que son cerveau lui criait de faire quelque chose, Nate laissa l'homme partir.

« Take care, Arthur. »


***
J'allais te le proposer
J'attendrai notre prochaine expédition...
Prends soin de toi, Arthur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]   Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Somewhere only We know - Into the woods [ Arthur - Nathanael ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» Documentaire sur le Roi Arthur
» ARTHUR RACKHAM (1867-1939)
» La soeur du roi Arthur. ^^
» Inauguration de l'usine électrique Marc Arthur Volel de Drouillard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: On the map-
Sauter vers: