Nous sommes actuellement en plein event de la Saint-Valentin ici !
Avis aux chers étudiants et étudiantes : Merci de prioriser le groupe des Poufsouffle !

Partagez | 
 

 « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 271
MessageSujet: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   Dim 14 Oct - 3:22

Why Don't You Be You And I Will Be Me?La pleine lune désormais passé, les douleurs à ces jambes ayant aussi diminués avec le coup (merci Jacob, son fils adoptif, qui était venu lui apporté des vêtements après sa pleine lune, vu qu’il avait été incapable de se lever sans que la douleur ne lui donne des envie de meurtre), et surtout, désormais que la neige recouvrait la magnifique ville, Alexander ne pouvait qu’être heureux de pouvoir sortir avec son amoureux pour profiter du marché de Noël qui ouvrait désormais ces portes en ce mois de décembre. Autant Alex avait passé les dernières semaines à souffrir dû à la douleur que lui avait occasionné les mages noirs, il se sentait désormais d’aplomb pour courir à nouveau. Et surtout profiter de ce marché à fond avec son copain. Après avoir insulté, et presque provoquer une dispute avec le directeur, des jeunes gens qui avait montré de l’irrespect envers son petit-ami, cela avait bien dû surprendre Aedan. Après tout, Alex était de nature hyperactif et enthousiasme, mais il se montrait tout de même habituellement mettre de soi-même et surtout respectueux des autres. Mais là, son loup, autant que lui-même, n’avait pas du tout accepté les critiques lancé à leur tendre moitié et il l’avait bien laissé savoir. Peut-être un peu trop. Peut-être assez pour que Aedan sache que quelque chose n’allait pas avec lui…

Cela avait le don d’effrayer Alex quand il y pensait trop. Aedan était loin d’être idiot : Au contraire, le jeune homme brillait d’une intelligence que Alex trouvait remarquable. Et même si Billy avait tant de le rassurer (à sa façon, mh?) et de lui dire de se confier à Aedan sur son problème de loup, cela lui faisait peur. Peur d’en parler, peur que Aedan le découvre… Car si lui n’arrivait pas à accepter cette partie de lui-même, comment pourrait-il demander à Aedan de l’accepter? Il était à moitié homme, à moitié un monstre. Être Lycanthrope, ça lui faisait peur, plus qu’il ne le laissait voir, et même s’il n’avait encore jamais blessé personne, il vivait avec cette peur tout les soirs de pleine lune. Il faut dire que lui, il avait beaucoup de raison de détesté cette partie de lui-même, dont la principale : C’était à cause de Vincent qu’il était ainsi. C’était son ex, celui qui lui avait fait croire en l’amour, avant de l’abuser, physiquement, psychologiquement et dans tout les sens du terme que vous pouvez imaginer. Il avait abusé de sa confiance et son amour jusqu’à le détruire. Jusqu’à le faire devenir un monstre. Et ce côté de lui… Lui rappeler que c’était Vincent qui l’avait rendu aussi instable. Vincent qui l’avait fait craindre l’amour. Vincent qui l’avait fait ce détesté lui-même. Vincent qui avait empoisonné sa vie, et continuait de l’empoissonner de sa présence. Il serait à jamais maudit de cette relation toxique.

Néanmoins, au côté de Aedan, il se sentait en sécurité. Il se sentait aimé, compris, et surtout, c’était la première fois depuis Vincent qu’il était capable d’aimer sans avoir peur d’être détruit. Car Aedan était le contraire de Vincent, il était le contraire de tout ce qu’il avait vécu. Aedan et sa douceur, son intelligence, sa gentillesse… Alex était prêt à tout pour simplement le voir heureux, et réaliser que sa condition de lycanthrope pouvait faire peur à Aedan le rendait malade. Il ne voulait pas vivre sans lui, pas désormais qu’il savait ce que ça faisait de pouvoir se réfugier dans ces bras. Il l’aimait. Il l’aimait tellement fort. Aedan avait été capable de lui apporté une stabilité, et c’était bien plus que ce que Alex aurait pu rêvé. Son amour était pour lui sa force, et il était prêt à le protéger de tout.

À ce 2 Décembre, il avait invité son petit-ami à le rejoindre au marché de Noël. La neige qui couvrait désormais la place le fascinait, alors qu’il avait sortit son manteau long, ainsi que ses gants. Il n’avait pas besoin de plus, sachant que tomber malade (surtout de froid) lui était quasi impossible. Il pouvait voir les élèves marcher ensemble, et les voir admiratif et rieurs devant un peu tout. Décembre était un mois magnifique, un temps d’être heureux. Il allait devoir écrire une lettre à sa mère, en parlant de ça. Ça serait bien s’il lui trouvait quelque chose dans le marché à lui envoyer… Il soupira lentement, le regard brillant en tendant la main pour attraper quelques flocons dans son gant. Son ouïe, ainsi que son odorat, le prévienne rapidement de son arrivé, alors qu’il se tournait vers lui, malgré que Aedan soit encore à quelques pas de l’homme. Un rire lui échappa en voyant Aedan arrivé avec le complet contre le froid : le manteau, les gants, la tuque, l’écharpe… Vous voyez le portrait? Alex ne riait pas de lui : Il aimait que Aedan fasse attention à sa santé. Il riait du fait que Aedan était autant couvert alors que lui ne portait que le « minimum » presque. Il alla le rejoindre en riant tendrement. « Salut, mon amour. »,  dit tendrement Alex en portant sa main sur la taille du Cracmol pour venir l’attirer contre son torse, ainsi au chaud, et se baisser vers lui pour poser ses lèvres contre les siennes.

Comme à chaque fois qu’il l’embrassait, le temps semblait s’arrêté, alors qu’il profitait de ces lèvres, de son odeur, de cette sensation de bien être qui le prenait et réconfortait chaque petite inquiétude qu’il pouvait avoir. Parce que quand il l’embrassait, plus rien n’avait d’importance, que lui et Aedan. Lui, et l’amour de sa vie. Sa main glissa lentement dans le dos du jeune homme pour venir l’attirer un peu plus contre son torse, continuant de l’embrasser en soupirant d’aise, fermant les yeux pour se laisser aller à l’étreinte. Aedan avait vraiment le don de calmer chacune de ces inquiétudes, de les faire disparaitre à un claquement de doigt. Sans le savoir, Aedan faisait de la magie. Il rendait Alex stable. Et surtout, il le faisait sentir plus humain, et moins monstrueux, chaque jour qu’il passait à ses côtés. Il était magique. C’était juste les ignorants qui ne le remarquaient pas… Il finit par se séparer de ces lèvres, juste assez pour parler, son regard brillant de bonheur. « Comment vas-tu ce matin? J’espère que ce n’est pas trop tôt pour toi, je voulais profiter de toute la journée à tes côtés… », dit lentement le professeur en glissant sa main valide sur la joue du concierge pour l’effleurer, soupirant lentement. Il avait l’impression qu’il était capable de tout, quand il avait son amoureux à ses côtés. « Tu sais que tu es vraiment beau…? Je le remarque à chaque fois… Tu me rends fou de toi, Aedan… »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t336-alexander-callum
Messages : 268
MessageSujet: Re: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   Lun 12 Nov - 1:02

« When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » × ft. Alexander


Noël. Quand il était plus jeune, c'était une horreur pour lui. Dans les premières années de sa vie, sa famille fêtait bel et bien cet événement. Mais c'était toujours sinistre. Froid. Et parfois, les amis que ses parents invitaient étaient eux-aussi des mages noirs. Les conversations d'adultes déjà si ennuyantes pouvaient tourner à l'horrible alors qu'ils discutaient de choses qu'aucun enfant ne devrait entendre. Quand son frère a quitté le domicile familial, les choses ont été pires. Ce n'était plus aussi bien qu'avant, sachant que ce n'était pas forcément la joie. Mais ils avaient l'habitude de se cacher dans leur chambre ou dans le jardin pour s'offrir, le plus souvent, des cadeaux qu'ils avaient fait eux-même. Aedan s'était donc retrouvé seul avec sa petite sœur, Serena, et même s'il l'adorait, c'était différent. Il devait être là pour elle, tenter de la protéger. Leur aîné avait toujours porté ce rôle pour eux mais maintenant, c'était plus difficile. Il ne rentrait plus tous les ans pour noël, préférant certainement éviter leurs parents, ou alors peut-être était-il retenu à Poudlard. Dans tous les cas, les noël chez la famille Lavellan, c'était plus un musée des horreurs qu'une jolie maison avec des décorations et où la famille chantait des chants noël ensemble, un grand sourire aux lèvres.

Et bien entendu, les choses empirèrent par la suite. Aedan ne montra aucun signe de pouvoirs et Serena si. Noël, c'était devenu un jour comme les autres. Pas de plats spéciaux, pas de cadeaux, pas de sapin, pas de sourires. Parfois, ses parents le passaient ensemble, le laissant seul chez eux ou le confiant à leurs fameux amis. En général, il préférait le passer seul. Quand il était avec ces gens, il ne rentrait jamais bien. Que ce soit physiquement ou psychologiquement, il trouvait toujours une manière de lui faire du mal, au plus plaisir de ses parents. Noël, il apprit réellement sa signification quand sa famille l'envoya vivre chez sa tante. Chez les moldu. Pour ses parents, leurs amis et leur groupuscule de mages noirs, c'était une punition. En plus de se débarrasser de lui, il lui mettait la honte en le forçant à vivre avec des gens qu'ils haïssaient et méprisaient. Pour eux, Aedan ne valait pas bien que ces moldu écœurants, de toute manière. Et pourtant, même si la première année fut difficile, ce fut là-bas qu'il comprit vraiment ce que c'était d'avoir une famille. Le premier noël passé avec sa tante et son mari fut difficile. Aedan était perdu, ne savait pas quoi faire et avait presque l'impression qu'on se moquait de lui. Il pensait aussi à son frère et à sa sœur, si loin de lui, sans aucun moyen de communication. Serena avait dû être tellement triste...

C'est après une grande discussion avec sa tante qu'il fut rassuré. Ce n'était pas de la moquerie ou de la méchanceté. Rien de tout ça n'avait été préparé pour le faire souffrir, bien au contraire. Alors avec le temps, il avait appris à réellement s'amuser. Il avait même réussi à se faire des amis, même s'il n'allait pas en cours comme les autres. Il avait bien trop de retard alors sa tante avait plutôt opté pour l'éducation à domicile, avec des professeurs particuliers, certains sorciers ou connaissant ce monde. D'autres étaient normaux mais avec cru aux histoires racontées par sa famille. Malgré son bonheur à cette époque, ses pensées partaient toujours vers son frère et sa sœur. Tous les ans, il leur avait fait un cadeau, ou écrit quelque chose, priant pour qu'un jour, il puisse les revoir pour leur donner. Et avec chance, ses vœux avaient exaucés : maintenant, il voyait son frère presque tous les jours ou lui parlait et sa sœur rentrerait bientôt. Et aujourd'hui, les choses allaient encore mieux. Après des événements horribles arrivés à Poudlard, et une sortie pleine de rebondissements avec Alex, les deux s'étaient avoués leurs sentiments. Enfin. Depuis, c'était comme si Aedan vivait sur un petit nuage et il ne voulait jamais en redescendre.

Et noël approchait. Noël était presque là et Aedan était déjà tout excité. Cette année, non seulement il aurait sa famille avec lui, mais aussi Alexander. Ces dernières années avaient été remplies de doutes mais le professeur avait réussi à tout effacer. Ou presque. Bien entendu, Aedan n'en revenait toujours pas et se demandait souvent ce que pouvait bien lui trouver son petit-ami. Mais il avait aussi appris à vivre un peu plus au jour le jour, essayant d'oublier ses préoccupations. Le froid avait attaqué son visage dès qu'il était sortit et il se félicita d'avoir, encore une fois, opté pour sa panoplie du gars frileux, c'est-à-dire : écharpe, gants, bonnet et plusieurs couches sous sa veste d'hiver. La vue d'Alexander qui attendait son arrivée lui réchauffa immédiatement le cœur et il s'approcha, un sourire timide naissant sur ses lèvres. « Salut toi. » Il était amoureux. Et bon dieu que cela faisait du bien de l'être à deux et non tout seul. La main qui vint se poser dans son dos lui donna des frissons mais pas autant que les lèvres qui se posèrent sur les siennes. Aedan répondit rapidement au baiser, profitant de la chaleur que dégageait son compagnon. Il lâcha échapper un petit soupir de bonheur mais n'y fait pas vraiment attention.

Calé contre le torse d'Alexander, il avait l'impression de pouvoir vaincre le monde. Il ne savait pas si c'était à cause de cette chaleur réconfortante, de son odeur bien à lui qui lui donnait envie d'enfouir son nez dans son cou ou encore ses lèvres qui se mouvaient contre les siennes, douces et rassurantes. Dans tous les cas, ensemble, ils étaient invincibles ou du moins, c'était l'impression qu'Aedan ressentait. Quand les lèvres quittèrent les siennes, il fit un peu la moue, préférant que leurs petites retrouvailles du jour continuent encore un peu. « Tôt, non. Trop froid, par contre... » plaisanta-t-il en se blottissant encore plus contre son petit-ami. La main d'Alexander qui vint contre sa joue lui donna un nouveau frisson. Le contraste chaud/froid était toujours aussi important. Aedan rougit un peu sous l'attention, frappant l'épaule de son compagnon en pouffant doucement de rire. « T'as toujours le don pour dire des choses qui me gênent, hum ? » Essayant d'éviter le regard presque inquisiteur de son petit-ami, il blottit son visage dans son cou. Il l'entoura alors de ses bras, ou du moins tenta du mieux qu'il le pouvait, profitant de son étreinte pendant encore quelques minutes. « Je t'aime. » lui souffla-t-il ensuite avant de se détacher. « Tu veux commencer par quoi ? Manger ? Juste marcher ? Des attractions peut-être ? » De toute manière, Aedan était prêt à le suivre jusqu'au bout du monde.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

« Even when I close my eyes, I can still see you. »

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t335-aedan-lavellan-b
Messages : 271
MessageSujet: Re: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   Dim 16 Déc - 10:47

Why Don't You Be You And I Will Be Me?Il y avait eu une courte période où Alexander avait fuit Noël, particulièrement lors des années avec Vincent, ou les années juste après sa nouvelle condition de lycanthrope. Il avait fuit cette fête, il l’avait souvent passé seul, ou à craindre de blesser chaque personne qu’il aimait. Il avait détesté Noël, jusqu’à arrêté de la fêter pendant plusieurs années. Sans cette fête, Alex avait crue perdre quelque chose, vu que cela avait toujours sonné, lors de son enfance et Poudlard, comme une fête merveilleuse. Mais comment fêter quelque chose quand tu as appris à te détester, à te craindre? Dire que désormais il ne craignait plus rien ne serait que mensonge. Bien-sûr que Alex craignait toujours de blesser les siens. Bien-sûr que Alex avait toujours horreur de ce qu’il était devenu. Et ce monstre en lui, jamais encore Alexander n’avait apprit à l’aimer. Mais il le cachait mieux désormais. Et d’une certaine façon, il le vivait mieux, entre autre grâce à la Potion Tue-Loup que lui préparait Sebastian, le prof de potion à l’Université. Cette potion aidait beaucoup ces transformations à être plus supportable, mais dire que Alex s’appréciait serait mentir. Il avait apprit à se détester moins, mais il avait longtemps perdu cette confiance qu’il avait eu étant plus jeune. Suite à toute sa condition avec Vincent, c’était long avant de se reconstruire totalement d’une relation aussi peu saine. Mais avec Aedan désormais à ses côtés, il avait enfin l’impression de pouvoir tourner la page, et surtout, de pouvoir apprendre à s’ouvrir à nouveau.

Aedan lui apportait une stabilité nouvelle dans sa vie, et une quiétude tendre que Alex n’avait pas vécues depuis des années. Non seulement ça, mais il avait l’impression avec lui de pouvoir aimer à nouveau, sans condition, sans stop. Aedan était tout le contraire de Vincent. Il avait cette douceur, cette intelligence, cette façon de rire et de lui prendre la main qui faisait fondre à chaque fois le loup-garou. Aedan lui avait donné cette force de se battre et cette envie de fêter Noël à ses côtés, encore et encore. Le simple fait de le rejoindre au Marché de Noël rendait son cœur fou de joie. Depuis qu’il était avec, et même, depuis qu’il le connaissait, il s’était sentit compris, écouté, et entendu par le jeune homme. Aedan lui apportait vraiment un sentiment de sécurité qu’il n’avait pas ressentit depuis des années et qu’il n’avait pas crue avoir besoin… Mais désormais que Aedan était là, il sentait qu’il ne pouvait plus s’en passer. Si c’était ça, être heureux, alors Alex en était bien heureux de l’avoir trouver. Il avait écrit à sa mère pour lui dire la bonne nouvelle, et celle-ci c’était montré si enthousiasme, comme toujours. S’il y avait bien quelqu’un pour le rendre heureux, sa mère était prête d’accepter n’importe qui. Et Alex avait trouvé sa stabilité en Aedan.

Proche de lui désormais, le jeune lycanthrope pouvait encore une fois remarquer combien la présence du jeune homme à ses côtés lui était rassurante et combien il en avait besoin. Le sentir contre lui, sentir sa chaleur contre la sienne alors que Alex attirait le jeune homme contre lui, et que le concierge venait blottir son visage contre sa nuque, le rendait fou. Chaque douceur, chaque geste, Alex avait l’impression de n’avoir jamais sentit une chose plus tendre que ça. Les bras d’Alexander vinrent rapidement attiré le jeune homme contre lui pour le tenir au chaud, alors qu’il laissait blottir son pauvre visage gelé contre sa nuque, soupirant lentement. Le regard doux, il laissa son amoureux profiter de sa chaleur, venant le tenir avec force pour s’assurer de bien le réchauffer. Peu importe ce qui allait se passer dans le futur, il serait là pour lui. Peu importe ce qu’il devait sacrifier, il serait là. Car Aedan ne le remarquait sans doute pas, mais il lui faisait tellement du bien. Voilà longtemps que Alex cherchait cette stabilité, cette amour, cette confiance, et Aedan lui donnait tout ça à la fois… Leur baiser était tendre, alors que Alex venait se fondre dans ces bras pour l’embrasser, pour partager sa chaleur, sa langue venant rencontrer sa consoeur avec la plus grande douceur. Ses mains vinrent glissé sur les joues du jeune cracmol pour venir effleurer sa peau, alors qu’il se perdait dans la tendresse de son amoureux. Invincible. Invincible et ce pour toujours.

Un rire tendre échappa les lèvre du professeur en voyant la mou du concierge, lui jetant un regard tendre, avant de souffler avec amusement : « Pour toi, il ferra toujours trop froid, non? Heureusement que je suis là, je vais te réchauffer. », dit Alex avec amusement, le regard tendre. Il vient presser encore une fois ses lèvres contre les siennes, heureux. Il éclata de rire quand Aedan lui frappa l’épaule, secouant joyeusement la tête en laissant échapper léger son indigné. « Je ne dis que la vérité, tu saura! Un professeur ne peut pas mentir, on doit bien enseigner nos choses! Alors je te dis juste la vérité, moi! », dit Alex en bombant le torse, amusé. Il vient doucement glisser ses bras autour de Aedan en le sentant venir dans ses bras. « Je t’aime aussi, Aedan… », souffla le professeur en souriant, avant de venir frotter son nez contre celui du jeune concierge, le regard brillant. « J’avoue n’être jamais aller voir les attractions. Tu veux aller voir? », dit Alex en prenant la main de Aedan dans la sienne pour commencer à marcher lentement, gardant le jeune homme proche de lui.

Ils passèrent donc proche des attractions. Des jeux de tir pour gagner des peluches, une grande roue, des roues de chance, des trampolines, des attractions avec des voitures… bref, il y avait vraiment de tout les genre et cela fit rire le jeune homme qui jeta un regard tendre vers le concierge. « Tu veux aller à quelque part de particulier? » Puis, amusé, il s’approcha de l’oreille de Aedan, se penchant à son oreille. « Tu veux que j’aille te gagner une peluche, comme tous les adorables couples font? » Sans lui laisser vraiment le loisir de répondre, Alex se dirigea vers une des attractions pour gagner une peluche, amusé. Le but était simple : frapper le plus fort possible une sorte de machine pour faire sonner la cloche en haut. Rien de très difficile pour un loup-garou, on s’entendait. Alors Alex donna l’argent nécessaire, puis prit le genre de massue pour frapper. Utilisant sa force remarquable, il fit sonna la cloche dès le premier coup, alors qu’un rire s’échappait de la gorge du professeur en voyant l’air surpris de l’homme qui gérer l’appareil, fixant la cloche qui sonnait. « L’entrainement porte toujours ses fruits. », dit simplement Alex en agitant la main, comme si ce n’était rien. L’homme tendit des peluches de différentes sortes, et Alex laissa Aedan choisir celle qu’il voulait en souriant.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t336-alexander-callum
Messages : 268
MessageSujet: Re: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   Ven 18 Jan - 23:43

« When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » × ft. Alexander


Si être en couple avait longtemps été un concept pour Aedan, dire je t'aime à quelqu'un qui n'était ni son frère ni sa sœur l'était encore plus. Cela lui arrivait parfois de le dire à sa tante et à son oncle mais étant plutôt du genre timide et gêné de ce côté-là, Aedan préférait montrer par des petites actions ce qu'il ressentait que de le dire à voix haute. Mais depuis qu'il était avec Alexander, les choses avaient changées. Aedan s'était transformé en adolescente dans un film pour ado prépubères. Ils passaient leur temps libre ensemble, dans les bras l'un de l'autre, à se dire des je t'aime, à s'embrasser, à s'aimer. Rien que d'y penser, ça le faisait rougir. Au début, ça avait été difficile de se détendre complètement. Aedan voyait bien qu'Alexander avait un passé dont il ne lui avait pas encore parlé et lui, il n'avait jamais eu de relation, bien trop effrayée par ce que l'amour définissait et apportait avec lui. Même avec ses parents, il n'avait jamais vu d'amour. Il avait accepté depuis longtemps qu'ils ne l'aimaient pas car il n'avait pas de pouvoirs, bien entendu. Ce n'était pas de ça qu'il parlait. Ce qu'il disait, c'était qu'entre ses parents, il n'y avait jamais eu d'amour ou du moins, ils ne le montraient pas. Pas de baisers, pas de mots doux, pas de regards volés. Rien. Pendant des années, Aedan avait cru que c'était ça, l'amour.

Mais à quel point il avait tord. L'amour, c'était tellement différent. Tellement plus. Aedan avait accepté son sort depuis des années. Avec sa situation, son statut de cracmol, trouver quelqu'un qui l'aimerait et le traiterait comme un égal serait difficile. Même si la société avait bien évolué de ce côté là avec les années, ce n'était toujours pas ça. Beaucoup de personnes avaient encore des a priori sur les gens comme lui et d'autres les traitaient toujours des parias. Mais il avait rencontré quelqu'un qui ne pensait pas comme les autres. Il était différent. Parfait. Alexander était presque comme un prince sortant d'un conte de fée... Heureusement, il était moins creepy et ils n'allaient sûrement pas avoir cent-cinquante enfants. Et il était heureux. Comme il ne l'avait jamais été, d'ailleurs. « Un professeur ne ment jamais ? Vraiment ? » insista-t-il, se moquant gentiment de son petit-ami. Que cela lui faisait étrange d'utiliser ce mot pour décrire l'homme devant lui. Ils avaient été des inconnus, puis des collègues pour devenir enfin des amis. Ils s'étaient rapprochés du statut de meilleurs amis et voilà qu'ils étaient désormais en couple. Son petit-ami. Il dû retenir un sourire complètement niais en repensant à cette journée où Alexander lui avait déclaré ses sentiments après une situation un peu maladroite et gênante avec deux autres hommes. Ce qui avait été une bonne journée était devenue une journée parfaite en quelques minutes.

Face au je t'aime qui répondait au sien, des petits papillons réchauffèrent son ventre. Bon dieu, qu'il adorait et détestait cette sensation à la fois. C'était grisant mais effrayant à la fois, d’aimer autant quelqu’un. C'est ce qui faisait peur à Aedan : faire confiance, se laisser aller et être soi-même. Se reposer sur une autre personne, peu importe combien on les aimait, c'était toujours difficile, surtout pour lui qui avait l'habitude de ne pouvoir compter sur sa propre personne. « Les attractions ? Pas de problème ! Tant que c'est pas quelque chose qui me donnera envie de vomir. » grimaça alors le concierge, fronçant le nez en se remémorant la seule fois où il avait mis les pieds dans un parc d'attraction avec sa tante et son oncle. Ils partirent donc doucement en direction de celles-ci, main dans la main. Heureux. « Pas vraiment, non... » répondit Aedan quand Alexander lui demanda s'il voulait aller quelque part en particulier. Et puis soudainement, un frisson. Quelle idée de venir lui susurrer des mots à l'oreille, aussi ! Une peluche ? Eh bien, il savait comment lui parler, décidément. Aedan n'eut même pas besoin de répondre à sa question puisque Alexander était déjà en train de galoper vers le stand pour gagner la peluche. Secouant doucement et tendrement la tête, Aedan s'approcha alors de lui, le regardant faire.

Et sans surprise, du moins pour Aedan, voilà qu'Alexander réussissait du premier coup à frapper tellement fort que le concierge pouvait choisir la peluche qu'il voulait. Petites, moyennes, grandes et sous toutes les formes. Un grand sourire vint naturellement se former sur ses lèvres alors qu'il laissa son regard vagabonder sur ce qu'on lui présentait. C'était presque le choix de sa vie, là... Bien entendu, il savait déjà ce qu'il allait choisir, une peluche lui attirant plus le regard qu'une autre. C'était un lapin, d'une bonne taille et qui avait un énorme regard tout doux qui donnait envie à Aedan d'aller se coucher en le serrant fort contre lui. Après avoir choisi, il l'attrapa, le blottissant contre son torse. « Faut lui choisir un nom. Une idée ? » dit-il immédiatement à Alexander alors qu'il revenait vers lui. « Moi aussi je veux te gagner quelque chose ! » bouda-t-il ensuite, cherchant du regard quelque chose qui pourrait être dans ses cordes. Quand il remarqua enfin ce qu'il cherchait, il attrapa de nouveau la main de son petit-ami pour l'entraîner jusqu'au stand de tirs plus loin. Le forçant à prendre la peluche, il lui sourit. « Le seul truc où je suis doué ici. » expliqua Aedan, payant l'homme au stand pour commencer. Avec chance, il réussit à toucher neuf cibles sur dix et désormais, plusieurs prix furent proposés à Alexander. Aedan récupéra alors sa peluche, attendant que son homme prenne sa décision.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

« Even when I close my eyes, I can still see you. »

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t335-aedan-lavellan-b
Messages : 271
MessageSujet: Re: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   Dim 17 Fév - 9:21

Why Don't You Be You And I Will Be Me?Alexander gloussa de rire en rejetant sa tête en arrière, penchant lentement la tête sur le côté, avant de soupirer un peu. « Je ne mens jamais, chéri, je te dis! », dit joyeusement le professeur, amusé par la situation, avant de venir attirer son petit-ami contre lui, lui volant un baiser en riant, avant de s’enfuir pour continuer leur chemin, attrapant la main de Aedan en le faisant suivre. Il le fit doucement tournoyer avant de le reprendre contre son torse pour le garder au chaud, continuant de marcher en serrant son petit-ami contre lui, amusé par la situation. Si sa condition de loup-garou l’effrayait, ce n’était rien comparé à l’amour qu’il portait au concierge. Et c’était sans doute ça qui le faisait tant douter : Même si Aedan acceptait ce côté-là de lui, qui lui dit que lui, Alex, accepterait le fait que Aedan le sache? Et… S’il finissait par blesser Aedan? S’il finissait par devenir incontrôlable? Ce monstre, il le détestait, et autant il croyait en Aedan, autant il croyait très peu en lui-même. Il avait peur de cette partie de lui, cette partie que Vincent avait maudit. Il voulait faire confiance en leur couple, mais cela voulait dire aussi se faire confiance, et ça… C’était encore un long chemin à parcourir depuis que Vincent lui avait torturé l’esprit pendant des années. Et autant il avait peur de toutes ces séquelles que lui avait laissé Vincent, autant sa plus grande peur résidait en ce monstre. Ce monstre qui lui rongeait chaque jour l’esprit. Ce monstre que Aedan arrivait à apaiser avec sa présence. Pendant combien de temps? Est-ce que cela allait marcher à chaque coup? Trop de questions, pas assez de courage. Et pourtant, Gryffondor qu’il était, Alex s’était toujours considérer comme quelqu’un d’assez courageux. Pourquoi il lui manquait autant de courage cette fois-ci?

Se dirigeant main dans la main avec son petit-ami vers les attractions, Alex se sentit sourire en venant poser un tendre baiser sur la main de Aedan, marchant avec lui. « Je suis d’accord avec lui, ne t’en fait pas. Je suis peut-être un peu irréfléchi dans la vie, mais j’aime garder mes pieds le plus possible sur Terre. Je ne suis pas très… manèges, je dois avouer. » Il attira de tout façon bientôt Aedan vers un stand pour gagner une peluche, qu’il gagna assez facilement. Il sourit en voyant Aedan choisir un lapin, sans étonnement. « Un lapin, aussi adorable que toi! », dit joyeusement Alex en venant effleurer la joue de Aedan. « Uhm. On peut l’appeler… Je lui donnerais bien un nom de fleur moi. Par exemple, Marguerite ou... Capucine… » , dit Alex en riant joyeusement, haussant les épaules. Puis un sentiment lui prit le ventre quand Aedan se proposa pour aller lui chercher une peluche, pour lui aussi. Il se sentit hausser les sourcils, surpris, avant de rire un peu, gêné. « Oh tu n’es pas obligé…! », mais Aedan était déjà partit et Alex le suivit rapidement, surpris. Se sentir ainsi aimé, c’était… Si doux comme sensation. Il le regarda faire avec une fascination tendre, souriant. « Wow… je ne te savais pas aussi doué, chéri! », dit Alex le regard émerveillé en venant poser un baiser tendre sur la joue de son petit-ami, avant de choisir sa peluche, son choix s’arrêtant sur un chiot. Il sourit joyeusement en serrant la peluche contre lui. Un chiot, si proche de sa véritable nature. « Merci beaucoup… », souffla tendrement Alex en souriant. Il vient tendrement l’attraper par la taille pour venir le serrer contre lui, glissant son bras autour de lui, pour lentement le garder contre son torse, soupirant avec douceur en posant sa tête contre la sienne. Il l’aimait tellement. Il aimait cette sensation tendre et précieuse qu’il entretenait avec Aedan. Mais il savait que pour que leur relation soit… À leur meilleur, il devait lui avouer. Lui dire. Avant que ce ne soit quelqu’un d’autre qu’il lui dise. Avant que son secret n’éclate. Il devait lui dire, mais il avait si peur que les mots restaient coincé dans sa gorge. « Que dirais-tu d’aller dans une petite boutique de bonbon que j’ai vu un peu plus loin? Je suis certain que, avec ta gourmandise, tu ne refuseras pas ça! », dit joyeusement Alex en entrainant Aedan avec lui, attrapant sa main pour enlacer ces doigts avec les siens.

Arriver devant les portes du magasin, Alex poussa la porte, laissant Aedan s’engouffrer à l’intérieur, avant de le suivre en venant doucement regarder autour, souriant un peu. Il laissa son petit-ami le guidé dans le magasin, vu que Aedan se connaissait bien plus en gourmandise que lui, le laissant choisir les bonbons. Mais les bruits étaient dérangeants. À cette période des fêtes, les enfants étaient de sortit, et dans un magasin de bonbon, ça attirait bien-sûr les gamins. Autant Alex adorait les enfants, autant leurs cris, mélangé aux voix d’adultes, aux bruits des bonbons qui se faisait secouer, aux pas pressés, sans compte le nombre de gens dans ce magasin… Ça étouffait Alex. Trop de bruit. Cela lui avait prit beaucoup de mois pour contrôler ses nouvelles « capacités » et encore aujourd’hui, lorsqu’il dormait mal, comme la nuit dernière, il avait de la difficulté à faire le « calme » parmi tous les bruits qu’il entendait. La nuit dernière, il avait un peu trop penser à Aedan, à comment lui avouer pour sa particularité, ce qui l’avait empêché de trouver un sommeil réparateur… Et aujourd’hui, il en payait le prix. Ça lui donnait mal à la tête. Attrapant avec un peu de force la taille de Aedan, il l’attira contre lui, venant doucement se glisser à ses oreilles. « Je vais t’attendre dehors. Il y a trop de bruits ici. », dit lentement le professeur, avant de donner son argent à Aedan, filant rapidement vers la sortie. Une fois dehors, il se laissa tomber sur un petit banc, s’y assoyant en se prenant la tête entre ces mains, soupirant lentement.

Il ferma les yeux un moment, ses mains se posant sur ses oreilles en soupirant un peu. Il ne voulait surtout pas que Aedan ce fasse de fausses idées, et encore moins que cela ne gâche leur relation. Il y tenait. Plus que tout, il tenait à Aedan. Il tenait à son amour. Il tenait à ce qu’ils fussent en train de fabriquer ensemble, de construire petite à petite. Et sa condition se mettait entre eux, car il ne trouvait pas les mots, le courage, pour lui dire. Il détestait se sentir aussi faible devant ça… Il voulait simplement lui dire et que ce soit finit. Mais… Cette angoisse, cette peur, elle lui restait prise au ventre. Aedan, son amour… Et s’il le perdait? Sentant une présence à côté de lui, le lycanthrope rouvrit les yeux pour les poser sur Aedan qui était venu le rejoindre. Il se redressa rapidement, retirant ses mains de sur ses oreilles en relevant les yeux vers lui. « Désolé, je ne t’avais pas vu arriver. », souffla doucement Alex. Il attrapa la main de son petit-ami avec douceur, venant la poser contre sa joue, puis contre son oreille, soupirant lentement. Aedan ne se considérait pas comme magique. Alex y croyait de moins en moins. Car dès que la main de son amoureux fut posée contre son oreille, il sentit la « douleur » cesser. Encore une fois, Aedan arrivait à l’apaiser… Encore une fois, il arrivait à faire ce que personne d’autre n’arrivait. « Je vais finir par croire que tu as vraiment des talents magiques… », dit Alex en riant doucement, attendrit.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t336-alexander-callum
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« When my world is feeling apart, I Look At You. And I'm at Home. » [Aedan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: In the past :: Event - Marché de Noël-
Sauter vers: