Si vous souhaitez encore poster dans l'event des antidotes, vous pouvez jusqu'à août !
Pour en savoir plus, allez donc faire un tour dans les flashbacks !
Pas de restrictions au niveau des groupes :
vous pouvez venir incarner qui vous le souhaitez,
qu'importe votre maison ou la pureté de votre sang !

Nouvel event très important pour la suite !
Pour en savoir plus, allez donc à Poudlard, où tout semble arriver !
Nouveau recensement en cours pour juin/juillet !
Pour en savoir plus, allez donc ici pour ne pas être supprimé !

Partagez
 

 Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]

Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 182
Date de naissance : 13/01/1996
Maison : Serpentard
MessageSujet: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptySam 6 Oct - 23:17


Déjà deux semaines que sa vie avait repris un cours "normal". Si on pouvait trouver une quelconque normalité dans le fait d'être hébergé en foyer, définitivement rejeté par sa famille, plongé dans un monde auquel, plus que jamais, il ne se sentait pas appartenir. Il aurait aimé fuir. Loin. Partir au bout du monde pour qu'on ne le retrouve pas. Loin de cette malédiction de malheur qu'on appelait magie. Mais il savait qu'on le retrouverait, partout. Et qu'on s'empresserait de ramener ses fesses ici. S'il n'écopait pas d'un autre séjour derrière les barreaux. On lui avait collé un assistant, pour l'aider à se réintégrer dans le fabuleux monde des sorciers. Ça, et des séances de psy. Il ne savait pas qui des deux avait eu cette fabuleuse idée mais c'était finalement l'assistant qui lui avait donné l'adresse de la boutique. Un stage de réinsertion. C'était ce qu'on avait trouvé de mieux pour qu'il se familiarise à nouveau avec ce monde qu'il haïssait. Réinsertion tu parles ! C'était juste des foutus travaux d'intérêt généraux ouais. Il allait bosser quand tout le monde avait le droit à un peu de vacances. Tu parles d'une sortie de prison.

Autant dire qu'il y était allé en traînant des pieds. En plus, les horaires étaient infernaux. Il ne s'était jamais réveillé si tôt le matin pour aller en cours. Ça non plus, on ne lui avait pas trop laissé le choix. Merci la magie et les réveils infernaux qu'on ne peut pas éteindre tant qu'on n'a pas pris sa douche et qu'on ne s'est pas habillé. Avec la technologie, on pouvait au moins virer la batterie. Là, que dalle.

Ce qui ne l'empêcha pas d'arriver un peu en retard devant la pâtisserie dont l'assistant lui avait donné l'adresse. Au moins, ça sentait bon. Et la vitrine avait déjà l'air alléchante. Il espérait qu'il pourrait se remplir la panse à l'oeil. Ca serait une maigre compensation.

Rufus resta un moment à regarder la vitrine, observant le grand dadais qui s'affairait à l'intérieur. Sans doute le Nathanaël dont on lui avait parlé. Il se décida finalement à pousser la porte lorsqu'un vieux monsieur le devança, pour acheter un gâteau étrange de toutes les couleurs. Rufus attendit patiemment son tour et dévisagea le pâtissier lorsque ce dernier voulut prendre sa commande.

"Bonjour. Je... ne suis pas là pour acheter du pain. Vous êtes Nathanaël McDougall, c'est ça ? C'est Ulrich qui m'envoie ici. Il vous a parlé de moi, normalement. Je m'appelle Rufus."

Il le regarda dans les yeux, guettant sa réaction. L'autre n'était certainement pas enchanté d'avoir à s'occuper d'un sorti de prison, non plus. Quelle idée de merde. A moins qu'il ne soit content d'avoir de l'aide. Il n'était pas au bout de ses peines si telles étaient ses attentes.

"Vous allez m'avoir dans les pattes une partie de l'été."

Il soupira, lâcha le pâtissier du regard pour regarder l'étal, rempli de tonnes de pâtisseries à vous faire gargouiller l'estomac. Il posa la main sur son ventre pour le faire taire en l'entendant grogner.
Ulrich espérait qu'il pourrait se servir de sa magie de manière plus ludique et pacifique, ici. Mais Rufus espérait surtout ne pas avoir à s'en servir du tout. On lui avait rendu sa baguette à sa sortie d'Azkaban. Autant dire qu'elle ne lui avait pas tellement manqué. Il avait été incapable d'en faire quoi que ce soit depuis. Et il ne l'avait même pas ramenée aujourd'hui, espérant ainsi échapper à la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 368
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyDim 7 Oct - 22:55

Le réveil sonne, Nathanael n'a pas réellement besoin de lui pour se réveiller mais c'est une routine qu'il a  adoptée depuis bien trop longtemps pour la changer. Depuis 5 ans maintenant qu'il avait ouvert boutique, les habitudes étaient bien ancrées. Il avait eu beaucoup de mal à s'en défaire, d'ailleurs, lorsqu'au départ ses levers étaient accompagnés de la présence de son jeune frère. A la mort de leurs parents le garçon était resté à l'école Moldue avant qu'il ne reçoive officiellement sa lettre. C'était peut être une bonne chose, l'épreuve ayant été particulièrement difficile pour lui. Aussi appréhensif que l'était Nate de le laisser partir seul à Poudlard à ses onze ans, il avait dû reconnaître que c'était ce qu'il y avait de mieux pour lui. Pour l'aîné, cependant, cela voulait dire plus de solitude. Il avait trimé des mois durant pour le lancement de la pâtisserie, jonglant avec l'éducation d'un petiot, mais il avait tenu le coup bien mieux que depuis que ce dernier l'avait quitté. Ca avait été un coup dur pour lui lorsqu'il avait dû accepter de l'aide.

Depuis, les petites mains se succédaient. Il avait été heureux d'accueillir certains apprentis, de les former, de les épauler, il s'était trouvé une âme d'enseignant qu'il aurait pu apprécier dans d'autres circonstances. Nathanael ne regrettait pas d'avoir du laisser sa carrière de Medicomage de terrain derrière lui, même si on lui faisait souvent la réflexion qu'il aurait été un brillant sorcier. Ca lui permettait d'aider les gens d'une façon différente à sa boutique, c'est tout.

Comme aujourd'hui. Il attendait la venue d'un garçon un peu différent de ces petites mains habituelles, et ce dernier était en retard. Plus que contrarié, Nathan était inquiet. Rufus Faraday sortait tout juste de maison de redressement et aux dire de son ancien collègue et ami Ulrich, il était encore bien déboussolé. Nate n'avait pas hésité longtemps avant d'accepter. Il avait besoin d'aide, et clairement, le garçon aussi. Mais il se retrouvait là à devoir ouvrir la boutique sans lui et ça l'ennuyait. Il avait accueilli son premier client de la matinée quand le visage qu'il avait vu en photo animée se présenta. Nate essuya son front sur sa serviette, il s'était beaucoup activé ce matin -manuellement comme souvent- et les températures dehors commençaient à monter malgré la matinée fraîche.

« Enchanté Rufus, tu peux m'appeler Nate. Ou Nathan. »

Il le jaugea un petit moment, son air bien trop sérieux pouvant rendre les gens mal à l'aise, il essayait de sourire plus souvent mais là il était contrarié. Et puis le garçon avait fini de se présenter et abordait une certaine dévaluation. Nate observait ses yeux se promener sur les pâtisseries et entendit son ventre grogner plutôt fort. Il ne pu s'empêcher de lâcher un soupir, puis un léger sourire. Il lui tendit la main jusqu'à ce que l'autre lui rende la pareille et qu'il la serre franchement.

« Essaye d'arriver plus tôt demain, d'accord ? Il y a beaucoup de choses que j'aimerais te montrer. Viens t'asseoir. »

Il tira un tabouret pour lui au comptoir et lui fit signe de s'asseoir derrière celui ci, non loin de lui mais du côté commerçant. C'était l'une des places préférées de Hyacinthe quand il était plus petit. D'ici il pouvait tout observer et il se sentait un peu protégé sans doute, aussi.

« Tu as déjà travaillé dans une boutique avant ? Tu t'y connais un peu en pâtisserie ? »

Il s'attela à lui tirer un café, le coup de main bien présent et avec une certaine dextérité il tira tasse, coupelle, sucre, et un croissant pour commencer. Un client entra dans la boutique et Nathanael s'enquit de lui dans la foulée. Il attendit que ce dernier fasse son choix, l'encaissa, et se tourna à nouveau vers son petit apprenti.

« Je ne sais pas ce qu'Ulrich t'a raconté sur moi ou sur la boutique, il y a pas mal de travail ici, mais rien d'insurmontable. »

Il assura avec calme. Il croisa ses bras sur son torse comme par habitude, et s'adossa contre le comptoire pour l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date de naissance : 13/01/1996
Maison : Serpentard
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyLun 8 Oct - 22:29

Au moins Nathanaël ne semblait pas surpris de sa venue. C'était déjà ça. Il avait bel et bien été prévenu. Le rendez-vous n'était pas prévu depuis si longtemps mais Rufus ne connaissait pas si bien Ulrich. C'était l'occasion de constater qu'il pouvait au moins lui faire confiance sur ce point. Pas que ça apaise ses pensées en vrac pour le reste...

Un instant de silence, Rufus fixa dans les yeux l'homme qui le dévisageait à son tour. Il n'avait pas l'air si âgé mais sa grande taille et son regard perçant l'impressionnaient... Un peu. Pas suffisamment pour l'intimider toutefois. Il n'hésita pas longtemps à attraper la main qui lui était tendue et la serra en retour, de toutes ses forces, comme si toute sa détermination devait passer au travers de cette poignée. Et il ne put s'empêcher de lever un peu les yeux au ciel en entendant l'autre lui faire une remontrance sur son heure d'arrivée. A peine commencé, ce stage promettait déjà d'être pénible.

"Vous commencez vraiment tôt hein. C'est Ulrich qui a fixé l'heure du réveil magique là... Il n'a pas dû bien calculer son coup."


Finit-il en marmonnant. C'était à moitié une mauvaise excuse, pas assez bien taillée pour vraiment rejeter la faute, à moitié une râlerie à l'égard de ces foutus réveils impossibles à arrêter. Si on lui en avait donné la possibilité, il ne serait sans doute pas encore sorti de ses draps. Traînant un peu les pieds, il fit le tour du comptoir et s'assit sur le tabouret tiré à lui. Il ne put s'empêcher de rire un peu en entendant les questions de l'autre. Qu'est-ce qu'Ulrich avait bien pu lui vendre ? Il s'imaginait vraiment avoir hérité du petit vendeur parfait ? Ce pauvre homme s'était bien fait avoir..

"Je ne connais rien en pâtisserie. Mais j'ai fait du trafic de papier toilette avec d'autres détenus. On le vendait contre des desserts en rab. Ça compte comme boutique ?"


Un sourire de sale gosse beaucoup trop fier de sa réplique animait ses lèvres. C'était pas entièrement faux, ceci dit, ce qu'il racontait. Les sorciers n'imaginaient pas les crises qu'ils pouvaient parfois traverser à Azkaban dans le plus grand des silences. Quand à la pâtisserie.. Non, la cuisine, ça n'avait jamais été son fort. Il avait bien dû réussir à cuisiner des muffins une fois ou deux, quand il était petit, sans les faire cramer. Et il aimait bien les tartes aux fruits. Et... ses connaissances de la pâtisserie devaient à peu près s'arrêter là. Dans cette vitrine, il y avait beaucoup trop de choses inconnues. Mais il était à présent suffisamment rôdé au chemin de traverse pour savoir qu'ici, on ne faisait rien comme ailleurs. A tous les coups, c'était des pâtisseries spéciales de sorciers, des quiches pour faire péter des paillettes ou des gâteaux pour voir dans la nuit.

"Ulrich ne m'a pas dit grand chose sur vous. Sinon que vous comprendriez que je ne peux pas utiliser la magie pour l'instant. Il faudra tout faire à la main, je crains."


Fallait bien la tenter, celle là. Au bluff et au culot, ça passerait peut-être. Avec un peu de chance, Ulrich n'avait rien dit à ce propos ou pas grand chose et il s'en sortirait avec ça. S'il pouvait éviter de sortir sa baguette magique cet été, il ne s'en porterait que mieux. Il attrapa la tasse de café, fit plonger le sucre et souffla sur le liquide chaud avant de croquer dans le croissant. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas mangé un truc aussi bon et réconfortant. Il avait connu pire que les petits déjeuners dans le centre d'hébergement mais clairement, ça n'avait rien de comparable.

"Je comprends que les gens viennent en acheter. C'est pas mal..."
Lâcha-t-il une fois la première bouchée engloutie. Il mordit dedans à nouveau, finissant le reste du croissant en une poignée de secondes avant d'essuyer ses doigts sur la serviette en papier.

"Pourquoi est-ce que vous avez choisi de vous installer ici ? Ça doit être cher, les loyers, par là.. C'est mieux, de vendre des pâtisseries spécialement pour les sorciers ?"


C'était un drôle de choix, à ses yeux. Ce n'était pas un métier qui semblait particulièrement demander l'usage de la magie. L'homme était pourtant un sorcier, Ulrich le lui avait affirmé. Et... il était plutôt curieux de savoir de quel côté de la force il se rangeait.

"Vous étiez à Poudlard, avant ? C'est là bas que vous l'avez connu, Ulrich ?"


Il attrapa la tasse de café et commença à le boire. Au moins, si le stage n'était pas une partie de plaisir, il aurait au moins du café et des croissants pour compenser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 368
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyVen 12 Oct - 20:11

Le pâtissier aurait probablement dû marcher sur des oeufs vu le passé du jeune garçon, mais il ne se sentait pas particulièrement agressé par ses propos, ni sa méfiance. Aux yeux de Nathanael, le gamin avait l'air aussi méfiant qu'un raton sauvage, et il en avait tous les droits. Mais dans ces cas là l'homme se rappelait surtout son petit frère, ou les gamins dont il avait été le Préfet. Ils mordaient ou aboyaient plus pour que les gens évitent de trop s'approcher, parce qu'ils avaient peur. Il ne prenait rien personnellement, en temps normal, et ça n'allait pas changer aujourd'hui. Il sourit même à l'humour de Rufus et à son air de sale gosse, sourire qui paraissait fatigué mais c'était plus la solitude et son côté renfermé qu'un réel problème de sommeil. Pour ce qui était de la ponctualité, ils verraient ça au fur et à mesure. Nate ne doutait pas que quand la curiosité taperait à sa porte, il se réveillerait avec moins de difficulté.

Il haussa un sourcil à la tentative de son apprenti de jouer selon ses propres règles. Comme tout bon enfant qui se respecte, il essayait de pousser sa chance pour voir jusqu'où il pouvait aller, c'était tout à son honneur.

« Je n'ai rien entendu de ça. Mais ne t'en fais pas, la pâtisserie ça ne se résume pas à trois coup de baguette et quelques incantations. Celui que tu manges là, je l'ai fait entièrement à la main. »

Il dit en débarrassant sa propre tasse et en retournant au comptoir. Il se trouvait qu'Ulrich n'avait rien dit de tel voire avait plutôt résumé, sans rentrer dans les détails, les raisons de son incarcération et son aversion à la magie. Nathanael n'avait pas demandé à en savoir plus, voire il n'aurait pas eu besoin de cette information. Il prenait les gens comme ils venaient et souhaitait juste ne pas faire d'impair, mais à part ça, le reste n'avait pas d'importance.

« Pour permettre à mon frère de ne pas avoir à se cacher. Tu le croiseras certainement, il finit son année mais il rentrera pour l'été. »

Il préférait que les débuts avec son nouvel apprenti se fasse sans sa présence, même s'il savait que l'influence de Hyacinthe ne pouvait être que bénéfique, il n'avait que 14 ans.

« Et puis je ne vends pas des pâtisseries spécialement pour les sorciers, même si la localisation de la boutique tend à dire le contraire. »

Il lui adressa un regard plein de mystère et passa derrière dans la cuisine, à moitié ouverte sur la boutique. Il avait préparé un bon nombre de pâtons prêts à être enfournés pour se transformer en baguettes, croissants, pains divers et variés, mais certains nécessitaient quelques "upgrades" encore. Il remonta d'avantage ses manches et commença à assembler les tartes, la crème à la main, les fruits à la baguette. Il ensorcelait en suivant certaines recettes de sorciers mais les recettes familiales, il n'y touchait pas. Il lança une nouvelle fournée.

« On s'est connus plus tard, à l'Académie. »

Alors qu'il se lançait comme Médicomage spécialisés pour le Ministère de la Magie. Ulrich était un Auror en devenir, et l'un de ceux qui l'avait le plus poussé à arriver jusque là. L'un de ceux qui était le plus désolé qu'il arrête tout pour s'occuper de Hyacinthe et en même temps... Concilier une carrière aussi dangereuse et élever un gamin correctement, ça relevait du miracle. Et il n'avait même pas voulu le risquer. Nate sorti les pains du four et n'élabora pas d'avantage. Pour le coup, c'était une histoire qu'il préférait ne pas partager trop.

« Si on parlait de ce que tu peux faire ici. De comment e tu vois les prochains mois. »

Il revint derrière le comptoir et fit face au garçon, le regardant dans les yeux et ouvert à ses réactions.

« Généralement les apprentis ou petites mains qui viennent m'aider m'observent pendant un jour ou deux avant de commencer. Ensuite en fonction de ce qui te parle le plus tu pourras prendre les commandes et encaisser, ou bien t'occuper du réassort, ou les deux même si tu t'en sens capable. Quoi qu'il en soit quand il y a du monde, tu risques de toucher un peu à tout. »

Il annonça.

« Et pour ce qui est de la magie, on verra en temps voulu, ça te va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date de naissance : 13/01/1996
Maison : Serpentard
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyDim 14 Oct - 23:22

Il ne pourrait pas se dire qu'il n'avait pas essayé. Au moins, l'homme n'était pas dépendant et accro à la magie au point de ne plus remuer que son poignet droit pour concocter l'intégralité de sa vitrine. Rufus baissa les yeux sur son croissant. Ça confirmait une fois de plus ce qu'il pensait. La magie ne faisait rien de bien. Et si le croissant était si bon, c'était bien parce que l'homme s'était donné du mal.

Alors il avait un petit frère, ce Nathanaël. A Poudlard, probablement. Rufus se demanda s'il le connaissait. Il aurait sans doute l'occasion de le croiser par la suite. Et il n'avait pas forcément hâte. Il n'était pas forcément en bons termes avec beaucoup d'élèves de Poudlard et il n'était pas certain que son petit séjour derrière les barreaux l'aide à se réintégrer auprès de ses petits camarades. Ou redore son image. Pour l'instant, il s'en fichait pas mal, tant qu'il ne les voyait pas. Alors s'il ne connaissait pas le petit frère et que ce dernier ne le connaissait pas non plus, ça n'était pas plus mal. Il n'était pas encore vraiment prêt à rejoindre ce monde à nouveau.

"Il n'y a quand même pas beaucoup de moldus qui se perdent par ici."

Il mélangeait son café sans vraiment y prêter attention, encore et encore, même si le sucre était probablement dissout depuis longtemps. Son regard suivait les faits et gestes du pâtissier, l'observant attraper les divers ingrédients et les préparer les uns après les autres. Le grand gaillard l'intriguait pas mal. Il était loin de l'avoir cerné et il sentait que ça prendrait peut-être du temps, pour le comprendre vraiment. Alors il valait mieux ne pas perdre de temps pour commencer l'inquisition, hein..

"Vous étiez à l'académie ? Pour étudier quoi ?"


Renfrogné et pas franchement ravi d'être là, il n'en était pas moins curieux. Et puis s'il devait passer quelques temps auprès de Nathanaël, autant qu'il en sache un peu sur lui. Après tout, ce n'était qu'une question d'équilibre. Ulrich avait dû raconter plein de trucs sur lui. Et pas forcément les plus glorieux moments de sa vie. Mais l'autre avait l'air d'avoir les pieds sur terre. Il ramena bien vite la conversation vers ce qui les rassemblait. Rufus soupira à nouveau, finissant son café avant de reposer sa tasse dans la coupelle. Il se leva de son siège et se tourna vers le pâtissier, hochant la tête à ses propos. Ça avait l'air chiant, comme boulot. Et ces quelques mois s'annonçaient déjà longs au possible.

"Vous en avez souvent, des apprentis ? C'est des mecs comme moi, qui sont en réinsertion ? Ils sont devenus quoi ?"


Il attrapa sa tasse et se mit en quête d'un évier ou d'une quelconque machine pour y déposer sa tasse et sa coupelle. Il vit plusieurs éléments non-identifiés et préféra finalement allumer le robinet pour laver le tout à la main. En espérant que Nathanaël n'était pas du genre à faire la vaisselle à coup de baguette mais plutôt à coup d’électricité.

"J'ai pas trop le choix de répondre autre chose que oui, hein ? Disons que ça me va."


La porte tinta et il se tourna vers l'entrée pour dévisager la nouvelle entrante, venue pour acheter du pain. Rufus attendit qu'elle paye et qu'elle parte, observant pendant ce temps la décoration sommaire de la boutique. Il attrapa une cuillère gravée des armoiries de Poudlard, posée derrière le comptoir et ses doigts glissèrent sur chacun des quatre animaux.

"C'était quoi votre maison, à Poudlard ?"


Il lui demanda, sitôt la porte refermée, plissant les yeux sur la cuillère. Au début, il avait été assez remonté contre cette catégorisation. L'idée de mettre les gens dans des petites cases en se fiant à un vieux couvre-chef qui partait en lambeaux, fallait avouer que c'était quand même spécialement con. Et, cerise sur le gâteau, il ne s'était pas retrouvé au milieu des plus ouverts d'esprit du monde des sorciers, ah ça non.

Mais il avait aussi compris que pour les sorciers traditionnels, c'était particulièrement important. Les sangs-purs et autres sang-mêlé montraient une fierté toute exagérée à raconter que toute leur famille depuis d'illustres ancêtres avaient fini dans le même maison. A croire qu'il y avait de quoi pavaner à se taper le même caractère depuis la nuit des temps. Machinalement, il se mit à faire tourner la cuillère entre ses mains, observant toujours Nathanaël s'activer aux quatre coins de la cuisine. Ça avait l'air physique, mine de rien, pâtissier. Plus qu'il ne l'aurait soupçonné.

"Moi j'étais à Serpentard. Enfin.. j'y suis toujours, je pense pas qu'ils vont reconsidérer ça à mon retour. Peut-être que je me fondrai mieux dans la masse maintenant, les cellules d'Azkaban sont remplies d'anciens de ma maison après tout."


Ce n'était qu'une petite exagération. Il y avait de tout derrière les barreaux .. et encore, il ne connaissait que ceux de sa section, ils étaient heureusement séparés des plus grands criminels. Malgré tout, avec les années, il avait appris à porter fièrement le vert et l'argenté de sa maison, lorsque les extrémistes ne venaient pas trop lui rappeler tout ce qu'il haïssait chez les Serpentards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 368
Date de naissance : 15/04/1982
Maison : Pouffy
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyMar 6 Nov - 0:00

Le gamin avait du répondant en tout cas, Nate n'allait pas s'ennuyer les prochaines semaines, pour sûr. C'était presque mieux ainsi que d'avoir affaire à un mur. C'était plus difficile de bouger les murs immobiles que les objets en mouvement. Il parviendrait à le faire parler de lui, aussi, c'était dans son caractère et les gens étaient toujours surpris de voir à quel point ils se confiaient en sa présence, sans même forcer quoi que ce soit.

Sans donner non plus toutes les informations que le jeune garçon aurait voulu obtenir, sans aucun doute, Nathanael répondit sincèrement à ses diverses questions. La façon dont Ulrich et lui s'étaient connus, alors qu'il entamait ses études de Médicomage pour les Aurors à l'Académie alors qu'Ulrich lui même se lançait dans une carrière de sécurité magique, entre autre. Le fait que pour des raisons familiales il avait dû arrêter et qu'aider son prochain lui manquait malgré le fait qu'il aimait son nouveau métier, et qu'aider les jeunes de cette façon s'était trouvé une évolution logique. Sans donner trop d'information sur les quelques apprentis qu'il avait eus, il évoqua un jeune Cracmol un peu perdu, qui maintenant travaillait à la MUL (Nathanael n'allait pas préciser qu'il s'agissait du concierge, voulant lui laisser son intimité). Il lui raconta même que l'un d'eux avait fini par se lancer dans la pâtisserie aussi.

Il lui sourit d'un air entendu. Rufus avait compris qu'il n'échapperait pas à la magie ici, si c'était ce qu'il cherchait à faire, et que Nate ne se laissait pas berner aussi facilement. Il ne se laissait pas non plus avoir par son air détaché lorsqu'il parlait avec désillusion de son futur et de sa Maison.

« J'étais à Pouffsoufle. Mais quoi qu'on puisse en dire... je ne suis pas certain que les cases  définissent qui on est ou qui on deviendra. Les cellules d'Azkaban ont bien autant de gens des autres maisons. On en parle moins. »

Il dit simplement. Et il en profita, anticipant le regard dubitatif qui allait probablement se dessiner chez l'autre garçon.

« Je ne suis pas naïf. Je pense que l'influence d'un nom et rester en vase clos n'aide en rien la réputation de certains Maisons. Mais à ce que j'ai pu voir ces dernières années, les choses avaient l'air de s'améliorer par rapport à mon temps. »

Il était pensif. Il le souhaitait vraiment. La réputation de Serpentard desservait ses ouailles, mais avec de nouveaux exemples qui se dressaient doucement par ci par là, il n'y avait pas de raison que les choses changent. Il en revint à Rufus.

« Et tu aimerais qu'ils te reprennent ? Ou tu voudrais faire autre chose. A la MUL, l'importance d'où l'on vient est moindre et les opportunités d'apprendre autre chose sont grandes. Quelque chose t'a déjà tenté ? »



La journée se déroula tranquillement, et comme Nathanael l'avait promis, il lui montra un peu tout ce qui faisait sa journée. Pour lui, la journée tirait à sa fin bien tard, et il laissa le jeune homme prendre sa soirée alors que lui finirait de servir les derniers clients. Ensuite il y aurait le rangement, le nettoyage, les comptes de la caisse et une multitude de tâches mais il n'allait pas l'effrayer en le surchargeant dès les premières heures. Il lui souhaita une bonne soirée et un rendez vous à l'heure le lendemain matin, de la même façon qu'il l'avait traité toute la journée. Ces quelques mois allaient être intense autant pour lui que pour son apprenti mais Nathanael l'avait suffisemment fait pour savoir que les deux s'en sortiraient enrichis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date de naissance : 13/01/1996
Maison : Serpentard
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] EmptyVen 1 Mar - 14:57

Non, il n'avait pas connu un autre temps. Et l'histoire de Poudlard, autant dire que ce n'était pas dans ses lectures favorites. Il ne doutait pas que l'école et le monde autour avaient connu des heures plus sombres. Alors oui, peut-être que par rapport au moyen-âge, ça c'était un peu amélioré. Mais de son point de vue, ce n'était pas aussi glorieux que Nathanael semblait le dire. A ses yeux, les préjugés des différentes maisons étaient toujours bien tenaces. Et un né-moldu comme lui, à Serpentard, ça continuait de faire tache dans le paysage. La tolérance, dans le monde des sorciers, c'était un concept relativement peu populaire. Il n'y avait guerre que les nés-moldus pour le mettre sur la table.

"Soit vous êtes un peu naïf quand même... Soit j'ose même pas imaginer comment c'était de votre temps. Les choses ne m'ont pas tellement l'air améliorées, si vous voulez mon avis..."


Il se mordilla les lèvres. Rien que de l'évoquer, ça lui faisait comme une boule dans le ventre. Ces dernières années l'avaient vraiment déconnecté de ce stupide classement qui régnait à Poudlard. La suprématie des sangs-purs, le dédain qu'ils avaient pour les autres et la façon dont même les opprimés mettaient les autres sur un piédestal, rien que d'y penser ça lui filait la nausée. Et pourtant, c'était lui qui avait mis ça sur le tapis. A croire que le lavage de cerveau fonctionnait un peu, tout de même. Il fronça les sourcils à la question de Nathanael. Est-ce qu'il le voulait ? Il n'en savait rien. Il ne pensait pas vraiment avoir le choix. On avait été clair avec lui là dessus. Il fallait au moins qu'il finisse son apprentissage à Poudlard. C'était important qu'il ait des rudiments de magie et qu'il sache s'en servir. On ne le laisserait pas dans la nature avec cet héritage.

"Je crois pas. Moi c'est la sécurité informatique qui m'intéresse. Mais je pense qu'ils seront forcés de me reprendre. En déplaise au responsable de la maison Serpentard. De toute façon, c'est pas comme si j'avais mon mot à dire sur la question, moi non plus. L'avis des élèves, ça leur passe un peu au dessus."


Il n'y avait pas grand chose d'autre qui le tentait. Enfin. Il ne s'était pas trop posé la question en ces termes, pour être plus précis. Il avait tellement espéré reprendre l'entreprise de son père et à présent, il jalousait juste la place de son demi-frère qui en hériterait à sa place. Il ne savait même pas bien en quoi consistait la sécurité informatique, en réalité. Ça n'était ni à Poudlard, ni à Azkaban qu'on allait le renseigner sur la question. Mais aller à la MUL... il ne l'avait encore jamais considéré. Il voulait juste fuir le monde de la magie au plus vite.


Heureusement, Nathanael ne lui demanda pas de se servir de quoi que ce soit de magique ce jour là. Et la journée fut finalement on ne peut plus banale. Ce qui ne l'empêcha pas d'être lessivé, le soir, lorsqu'il rentra chez lui. Ca avait été moins pire que ce qu'il s'était imaginé, toutefois, et c'était une victoire en soi. Le pâtissier ne semblait pas être un de ces extrêmistes et n'était pas fermé à tout. Après tout, ce stage de réinsertion serait peut-être moins terrible qu'il l'avait imaginé.

To be continued ~
(un jour peut-être xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]   Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Let me tell you what it's like to be a zero [Nath & Rufus]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AU REVOIR RUFUS Lhassa Apso 9 ans - ADSA (Dépt 25)
» Nath, tout simplement
» Impero, Endoloris, Avada Kedavra: sortilèges impardonnables {PV Nath et Cameron} FINI
» Nathalie se venge
» J'avais oublié de te rendre le string de ta copine. [Nath & Diego]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: Anciens Rps-
Sauter vers: