Partagez | 
 

 Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
MessageSujet: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Mer 11 Juil - 21:46

Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer.


Dans l’ombre que lui procurait la lumière des réverbères, un étrange animal loin d’être familier dans Londres se faufilait entre les arbres et les ruelles sans que personne ne le remarque. Du moins, il espérait qu’en ce vendredi soir, les touristes et jeunes aient assez bu pour le confondre avec un gros chat noir.
Aaron aurait pu se transformer une fois après avoir atteint les portes de la MUL mais l’envie de pouvoir défouler les grosses pates noires sur le sol Londonien était plus fort que jamais. Il fallait dire qu’il n’avait que rarement l’occasion de se transformer en panthère en dehors de ses missions en tant qu’Auror. Finalement, avait-il gouté au plaisir de son don d’animagus ? Sans se poser d’autres questions, il préféra passer les barrières magiques  et se laissa guider à l’intérieur de cette université qu’il avait tant connu pendant sa formation.

Rien ne semblait vraiment avoir changé, il y avait toujours ce grand parc planté au milieu des beaux bâtiments. La vue des résidences lui ramena de longs souvenirs comme depuis quelques mois et Aaron ralentit ses pas pour admirer les lieux. Ce n’était pas comme si l’université lui manquait mais il avait l’impression d’avoir grandi ici et surtout, il avait grandi ici sans sa sœur. A l’évocation mentale de sa sœur, l’esprit d’Aaron se renferma quelque peu, comme à chaque fois d’ailleurs et préféra avancer comme pour couper court à ses pensées. S’il était venu jusqu’ici alors qu’il travaillerait encore longtemps demain, ce n’était pas pour rêvasser mais pour rejoindre un ami.

Un ami ? Une connaissance ? Mais qui se transformerait en panthère en pleine nuit pour rejoindre une simple connaissance ? Il ne savait plus exactement quand est-ce qu’il avait commencé à faire ça mais il le faisait avec un certain plaisir. Longeant ainsi tous les bâtiments où quelques lumières flottaient à travers les fenêtres, il dépassa les barrières magiques pour se faufiler dans le bâtiment abandonné. Il se souvenait que même à son époque, le bâtiment n’avait jamais eu de travaux en conséquent malgré les demandes des associations d’élèves pour le réhabiliter. De nombreux élèves s’y étaient aventuré sans grand succès ou même pire, avec des pires froissants bien souvent leur égo trop surdimensionné.

Ses sens aiguisés le guidèrent très rapidement vers une odeur plus que familière, ce qui fit frémir ses moustaches. Le bâtiment était bien entendu plongé dans le noir, seuls ses yeux de félins pouvaient lui permettre de circuler sans se prendre un mur ou des débris datant de plus vieux que lui. Un bruit résonna jusqu’à lui depuis les étages supérieurs et Aaron se mit alors à courir assez vite, provocant assez de bruits derrière lui pour avertir le loup de sa présence, comme à son humble habitude. Il ne pouvait le nier, il adorait venir tenir compagnie à ce loup-garou, même s’il était très shooter par les potions qu’il prenait avant.

Lorsqu’il arriva à l’étage où il sentit l’odeur du loup comme étant la plus forte, il se cacha un moment derrière un des piliers, jouant de sa présence avec le loup pour aiguiser ses sens à lui. Car si au tout début, il venait s’assurer que le loup n’était pas un danger pour les étudiants dans les bâtiments adjacents, il avait fini par venir jouer avec lui.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 365
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Ven 13 Juil - 1:40

Some days are simply meant for playing

Aaron Rawley & Billy Nelson
Sept petits jours avant le moment fatidique. Sept petits jours à avoir un peu de compassion pour les femmes qui vivaient un enfer dans le sang. Tout simplement car il devait boire une potion qui goûtait la merde, mais pour le bien de tous, pour pouvoir garder sa conscience et ses souvenirs lors de ses transformation en bête maudite. Évidemment, il faisait son enfant qui ne voulait pas prendre son médicaments, alors qu'il devait endurer le goût pas très longtemps, qui finissait toujours par s'en aller. À force de souvent avoir quelque chose sous la dents, ce qui restait sur la langue prenait la fuite en moins de deux.

Il était enfin prêt pour ce soir, à vivre son calvaire pour la nuit. Bien entendu il n'était certainement pas assez fou ni en confiance pour rester sagement dans son bureau et attendre que ça lui passe. Quoi qu'imaginer un loup-garou en pleine correction d'examens serait tout à fait cocasse. Il n'avait pas encore fait le test, peut-être un jour qui sait, dans ses rêves sans le moindre doute. Il n'était pas encore complètement prêt à prendre ce genre de risque, se plaisant désormais dans sa nouvelle habitude.

Avant, c'était pénible et d'un ennuie terrible. Rester éveiller, à regarder la nature et courir partout, dans cette immense solitude n'avait absolument rien de palpitant. Il était toujours resté pas très loin de la MUL, faute de savoir que le lendemain il serait bien trop épuisé pour ne serait-ce que se déplacer, risquant fort de n'envoyer que son corps lors du transplannage et garder sa tête bien confortable sur son lit. L'image pouvait être amusante, mais en vrai, c'était plus gore et souffrant qu'autres choses. Bref, ça n'allait pas arriver.

Mais depuis un bon moment déjà, il avait une raison de plus de rester. Il avait trouvé un compagnon qui venait le rejoindre à chaque pleine lune, lui tenir compagnie. Sa présence première lui avait été complètement inconnue, mais malgré le temps qui était passé, cette curiosité avait fini par passer. Il savait bien que c'était un sorcier ou une sorcière qui se cachait sous cette panthère, qui avait eu le courage de l'approcher, et la gentillesse de l'accompagner une fois par mois dans ce moment. Il fallait l'être après tout, pour approcher un monstre tel que lui. La première rencontre n'avait pas été des plus sympathique, mais ils avaient bien fini par s’apprivoiser mutuellement pour comprendre qu'ils n'étaient un danger ni pour un, ni pour l'autre. Il s'était même fait un compagnon de jeu, en quelque sorte. Cette panthère qui avait réussit à sa façon à changer la perspective de Billy.

Cette fois, c'était avec un peu plus d'appréhension qu'il avait quitté son poste pour transplanner non loin du bâtiment abandonné. Leur lieu de rencontre se trouvant là-bas, mais il préférait ne pas s'y rendre directement alors qu'il avait encore sa forme bien humaine. Il se savait toujours pas à qui il avait affaire, ayant toute même cette crainte de voir son secret révélé au grand jour. Seul le directeur de la MUL était au courant pour le moment et n'avait pas vu de problème. Il lui avait fait confiance, avait finalement vu qu'il avait bien eu raison. Billy prenait toutes les précautions.

Il ne fut pas bien long avant que la lune ne se pointe complètement, Billy ayant prit le soin d'enlever ses vêtements pour les déposer à un endroit stratégique avant de souffrir le temps de perdre son humanité pour devenir la bête. Ce n'était jamais la joie de sentir ses os prendre une nouvelle forme, grandir, se courber, se déformer, que ses ongles deviennent des griffes, que sa bouche deviennent museau et ses dents outils bien tranchants. Un petit hurlement pour la peine, brisant le silence de l'endroit. Billy aimait bien quand même, on va se le dire, avec cette petite satisfaction de défoulement.

Il avait quand même fini par trouver quelques petits points positifs, faute de devoir vivre avec, qu'il le veuille ou non. Tel que ses sens plus développés, qui s'activaient déjà à renifler cette odeur qui lui était désormais familière. Il attendait... Encore... Pour comprendre que la panthère jouait à cache cache. Le petit côté humain de Billy et sa lucidité donnèrent un air blasé au loup, qui semblait dire Oh really?. Mais c'était plus pour la forme, parce qu'il n'était pas contre du tout. Y'avais Billy qui se pointait le bout du museau parfois aussi dans l'attitude du loup.

Une belle démonstration qui allait suivre, alors que ce dernier tentait de suivre l'odeur et foutre la frousse à la panthère. En tentant de se dissiper tout en la trouvant. Good luck. Parce que l'énorme patte avait trouver LA planche, qui était un brin plus haute que les autres, et avait trouvé le moyen d'accrocher fermement sa griffe dedans pour y perdre pied et foutre un vacarme de la mort en tombant comme une poutre pourrie. La honte quand même, le grognement bien senti contre le propriétaire de cette maladresse qui vivait dans sa tête. Au final, il se releva avec plus de peur que de mal, retombant dans sa chasse comme si de rien était pour trouver la boule de poil noire.
Soir de pleine lune
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t76-billy-nelson-dan-
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Sam 14 Juil - 9:24

Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer.


Il était inutile de préciser à quel point Aaron avait commencé à sérieusement apprécier son animagus au moment où il lui avait trouvé une utilité bien plus réconfortante que pendant ses missions. Il aurait pu passer inaperçu s’il était moins grand et aussi léger qu’un chat mais il était un félin imposant qui n’inspirait pas confiance en pleine ville, surtout au vue de ses yeux vert. Mais dans cette nuit, en compagnie d’un loup, il mettait son instinct en premier plan et c’était bien mieux que sa logique.

La pleine nuit était pourtant là et ce fut le bruit d’un grand fracas qui attira son attention, réveillant le coté soucieux d’Aaron qui se redressa sur ses pattes, les oreilles en l’air, guettant tout mouvement devant lui. Est-ce que le loup venait de tomber ? Il ne le connaissait pas maladroit mais savait qu’il était bien trop lourd dans cet état là pour que le bâtiment supporte tout son poids. Ce n’était pas la première fois qu’ils détruisaient à eux deux une partie du bâtiment mais cela avait l’avantage de faire fuir les plus curieux des sorciers à la recherche de sensations fortes, la peur l’emportant sur la curiosité de beaucoup.

Rien n’était plus dangereux que ce qu’ils faisaient tous les deux ici. Deux sorciers métamorphosés, l’un parce qu’il n’avait pas le choix, l’autre parce qu’il avait choisi de rester avec lui, sans baguette, ni aucune autre protection qu’eux même. La panthère suivit alors sa logique et s’approcha un peu plus de loup, s’assurant qu’il n’était pas blessé, s’assurant que même s’il l’était, la propre odeur de son sang ne réveillerait pas le vrai loup-garou qui n’attendait qu’un clignement d’œil pour sortir. Les potions qu’il engloutissait faisait un travail merveilleux mais Aaron savait qu’il était dangereux de refouler une vraie nature, sous peine qu’elle explose quand on ne s’y attendait pas. Il n’était pas soucieux pour sa propre sécurité, il se souciait de ce loup qui faisait tant d’effort pour garder son secret, tant de sacrifices pour rester à la MUL qu’il ne devait pas l’exposer aux yeux de tous.

La panthère rugit doucement, assez pour que seul le loup l’entende. Se moquait-elle de lui ? Aaron pouvait être taquin quand il s’y mettait. Alors la panthère commença à racler une de ses pattes arrière sur le sol, balayant un petit nuage de fumée derrière elle. Généralement, les chats sauvages avaient ce réflexe lorsqu’il fallait couvrir leur trace, pour ne pas attirer d’autres de leur congénère derrière elle s’ils avaient trouvé un stock de nourriture. D’autres le faisaient simplement pour masquer leur présence et dérouter leur fin odorat. Mais pour cette panthère, c’était signe qu’elle n’allait pas tarder à courir pour faire oublier au loup la raison pour laquelle il était tombé.

Pour un grand félin, ses pas étaient légers et le bruit qu’il aurait pu faire en martelant le sol était silencieux grâce à ses gros coussinets. Il courut très franchement vers le loup, dévoilant son pelage noir parfait et luisant sous la lune qui traversait les nombreuses fenêtres de l’étage. Il devait défouler le loup tant que la lune était encore à son point culminant. Il ouvrit alors ses mâchoires, dévoilant pourtant qu’une partie de sa dentition féline et sauta avec adresse à côté du loup, claquant ses mâchoires juste à côté de lui pour le titiller un peu. Ils n’allaient tout de même pas rester sans rien faire ici, ce bâtiment devait receler de tellement plus de trésors.

Pourtant au moment où il claqua ses dents les unes contre les autres, la panthère frémit entièrement en se rendant compte que le fracas que le loup avait fait n’avait pas réussi à faire fuir les gens, comme d’habitude. Au contraire, Aaron sentait la présence d’un sorcier dans les étages inférieurs, l’odeur de sa transpiration suintant la peur et le courage en même temps. Ses poils se hérissèrent soudainement, ses pates se posant brutalement sur le sol pour le faire s’arrêter dans tout l’élan qu’il avait eu précédemment. Ses sens en alerte, la panthère était à présent entre le loup-garou, lui tournant le dos, et la sortie.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 365
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Lun 16 Juil - 18:10

Some days are simply meant for playing

Aaron Rawley & Billy Nelson
Il avait certainement avertit certainement la MUL au grand complet, avec son vacarmes. Mais heureusement, il y avait une différence entre faire du bruit dans ce vieux bâtiment abandonné qui créait un inconfort et une peur à certains individus, et en faire en plein milieu de la MUL, dans son bureau. Dans le premier cas, du moins il l’espérait très fortement, on ne se précipiterait pas pour voir ce qu’il se passait, si quelqu’un n’était pas blessé. Heureusement dans le cas présent, le bâtiment avait eu beaucoup plus mal que le loup. Il allait peut-être bien avoir un tout petit peu de difficultés à marcher demain, mais rien qui ne puisse créer la moindre suspicion chez les gens. Faut croire que Billy était quand même bien tombé dans sa malédiction. Il pourrait revenir le lendemain avec des griffures sur le visage, la jambe cassée et compagnie, personne (ou presque) ne se poserait de question. Il était tellement maladroit qu’on en avait désormais l’habitude de ce boulet sur deux pattes.

Mais la nature du loup, lui, si mèche courte, n’appréciait certainement pas ce genre d’événements, sentant son sang bouillir doucement. Ça c’était le côté un peu moins chanceux de sa malédiction, avec sa maladresse qui pouvait plus aisément ruiner une semaine de potion au goût tout à fait dégoûtant. Du moins, pour le côté plus docile de la bête.

Quelque chose vint déranger cette petite vague, déconcentrer le loup avec le bruit que la panthère faisait. Elle voulait jouer au vif d’or (parce que essayez donc d’attraper ce truc hein). Le loup avait beau être rapide, il fallait quand même reconnaître que la panthère était idéale pour lui donner un peu de compétition, quoi de mieux pour un partenaire de jeu. La bête s’était rapidement relevé, avec ce petit grognement, prête à tenter de l’attraper cette vilaine.

Mais il semblerait bien que son jeu était différent. Au lieu de fuir, elle y alla vers l’attaque. Le loup se mit en position de football, près à tenter d’attraper l’autre de l’équipe qui avait le ballon. Et hop, elle dériva sa trajectoire juste à côté. Elle avait le don particulier d’éveiller les sens du loup, de venir l’agacer juste assez et le défouler, sans que la bête ne se réveille complètement. Lui aussi était capable de montrer ses dents. Et il le fit avec joie, sans pour autant représenter le moindre danger.

Pour le moment du moins. Car il y en avait bien un, en quelque sorte, qui s’était pointé. Une nouvelle présence qui venait de causer du stresse pour Billy, qu'évidemment la nature enfouie du loup capta et traduisit en instinct de survie. La panique de se faire découvrir, la panique qu’un humain se trouve dans les parages et que tout termine bien mal pour lui ou elle. Il ne tenait pas particulièrement à ce qu’il paye pour avoir eu le courage et la stupidité disons-le, de venir voir ce qui faisait du bruit ici, une fois par mois. D'autant plus que la peur se faisait sentir, ce qui alimentait le loup. Si la panthère ne bougeait pas et se montrait menaçante, il en fut tout autre pour lui qui de son côté refusa d’écouter la lucidité de Billy et préférait aller vers la source. Crap. Non pas s’en prendre le soin de faire un magnifique son de loup typique des pleines lunes.
Soir de pleine lune
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t76-billy-nelson-dan-
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Mar 17 Juil - 19:10

Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer.


Les poils de la panthère noire se hérissèrent au moment où le loup hurla à la lune tandis que le doute traversa son esprit. Il entendit également un cri de stupeur en contre bas et espérait sincèrement que ce simple bruit puisse l’effrayer pour le faire faire demi-tour. Jusque-là, Aaron n’avait jamais eu l’opportunité de devoir maintenir le loup en cas d’urgence, la potion qu’il utilisait était d’une efficacité redoutable qui ne pouvait être remise en question puisque malgré toutes les maladresses dont il pouvait faire preuve, il ne s’énervait jamais sans plus en dépassant les bornes.

Mais après tout, quelles étaient les limites d’un loup-garou rendu inoffensifs grâce à une potion ? Un loup garou avait un instinct de prédateur, quoi qu’on y fasse. Tout comme un chat pouvait garder son instinct sauvage, le loup n’écoutait plus de logique quand l’odeur d’une chaire humaine pouvait se présenter à ses narines.

Alors que le loup galopait littéralement vers la sortie, la panthère arqua son dos avant de sauter vers lui sans élan, la collision raisonnant sourdement contre les murs du bâtiment. L’esprit d’Aaron manqua même de même de souffle sous la violence du choc, ne s’attendant pas du tout à devoir se mesurer donc une force surhumaine. Il n’avait jamais eu d’entrainement contre un loup garou ou n’importe quelle autre créature de ce gabarit. Il ne pouvait même pas prendre le risque de se transformer en humain pour lui lancer un sortilège informulé –et surtout sans baguette- sous peine de s’essouffler magiquement et surtout d’être encore plus vulnérable que l’étudiant à l’étage inférieur.

Se remettant rapidement sur ses pattes, il n’attendit pas une seconde de plus pour se braquer contre le loup, laissant tout de même le choix à ce dernier de rester encore dans l’étage. Mais ne voulant prendre le risque que le loup-garou ne se pardonnerait jamais, il se jeta de nouveau contre lui, la gueule béante et accrocha toutes ses dents sur la patte droite du loup pour le faire changer d’avis. S’il voulait jouer d’une manière bien plus poussé contrairement à l’accoutumé, Aaron pouvait également être là, même s’il fallait sacrifier quelques morceaux de sa peau pour en sauver une autre. Ce n’était pas une question de courage ni même de secourir quelqu’un, c’était également son métier de prendre la place d’un autre. Il savait qu’il pouvait se faire mordre en retour, les puissantes griffes du loup pouvaient se planter aisément dans sa fourrure à tous moment mais au moins, l’odeur de son sang devrait pouvoir lui faire oublier l’humain en dessous.

Comme pour s’assurer que le loup ne ferait pas un pas de plus, il feula désagréablement à son encontre, mettant de côté tous le respect qu’ils se vouaient l’un envers l’autre depuis quelques mois déjà. Il le provoquait délibérément, mettant toutes les chances de son côté pour que le loup oublie cette odeur, qui s’atténuait légèrement. Les crocs encore bien plantés dans la chair du loup, la panthère commença même à bouger violemment la tête à droite et à gauche, comme un lion déchiquetant sa proie morte, et à le tirer de l’autre côté de la porte.

Il avait malgré tout ce mauvais pressentiment qu’il allait se faire laminer.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 365
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Dim 5 Aoû - 19:12

Some days are simply meant for playing

Aaron Rawley & Billy Nelson
Billy avait beau garder sa conscience, la bête semblait vouloir prendre le dessus, tranquillement mais surement, éveillé par quelque chose d'autre. La peur de l'étudiant qui activait ses sens. Mais fort heureusement pour ce dernier, il perdit son focus avec cette nouvelle attaque, plus sérieuse cette fois, qui créa un nouveau vacarme. Et une peur plus intense qui se faisait ressentir par la jeune âme. La conscience de Billy flirtait dangereusement entre lui et la bête, ne sachant plus vraiment sur qui se poser, à qui laisser le contrôle de ce corps.

Il n'eut pas vraiment le temps de bien comprendre le nouveau comportement de la panthère, que celle-ci se jeta sur lui cette fois de manière différente. Le jeu n'était pas, la défense si. Billy avait compris, malgré son mal. La bête elle, voyait rouge et comptait bien riposter.


Il avait grogné pour démontrer son mécontentement, en plus que cet idiot de chat s'amusait à empirer cette douleur. Billy commençait à douter de son amitié. Il paniquait un peu intérieurement à savoir comment il allait expliquer cette blessure et tout ce que cela impliquait. Assez pour laisser plus pleinement place à la bête qui avait prit la décision de prendre les rênes. Ce fut un rugissement plutôt imposant en terme d'avertissement qui sortit de cette bouche, avant qu'il n'utilise son pied libre pour envoyer promener la boule de poile noire un peu plus loin. Monsieur pas content, monsieur tellement fâché qu'il s'était remis debout avec un nouveau rugissement avec pleins de beaux filets de baves magnifiques. En position d'attaque en sortant bien les griffes mais ne bougeant pas. On se garde de l'énergie pour éviter d'avoir mal. Il avait au moins réussi à lui faire perdre le focus sur l'élève, ainsi que lui faire rebrousser chemin. Pour le moment. Le loup voulait commencer par mettre hors service son premier obstacle, avant de s'attaquer au reste.
Soir de pleine lune
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t76-billy-nelson-dan-
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Mar 7 Aoû - 9:07


 
 
 
Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer

 
[Billy Nelson]

   

Alors que la bête s’échauffait et partait même au quart de tour, la panthère respira presque péniblement, se rendant compte dans quel pétrin elle venait de se mettre pour sauver un inconnu. Malgré qu’il s’agisse de son métier, il faisait là un extra et surtout il n’avait même pas lieu d’être ici finalement. Mais cette constatation s’évapora au moment où le loup grogna à son encontre, moins amicalement que les précédentes fois. Il fallait dire qu’Aaron était peut-être allé bien trop fort pour attirer son attention sur lui, le mordre et le tirer dans une direction opposée n’était pas l’idée qu’on se faisait d’une amitié canine.

Mais avant même qu’Aaron ne se rende compte, il fut projeté au loin et il retomba comme il put mais loin d’être sur ses pattes. Le dos endolori, il s’était même blessé sur un gros rocher qui lui avait entaillé la peau, le sang perlant à présent sur son pelage noir. Il hâlera faiblement, tentant de garder l’énergie qui lui restait pour rester aux côtés du loup. Il sentait bien plus férocement que ce dernier lui en voulait d’être aussi brusque avec lui et comment lui en vouloir. Mais la panthère ne pouvait pas décemment avoir confiance à un loup seulement apprivoisé par une potion, il l’avait sorti de son nid jouant avec la bête et mettant de côté son humain en lui. Les réactions qu’il pouvait avoir étaient imprévisibles pour Aaron et il ne pouvait se permettre d’avoir des regrets ou des remords si une erreur survenait.

Il se redressa relativement péniblement, sa journée ayant été déjà longue, il est vrai qu’il n’avait pas prévu de se faire laminer ainsi. Il allait certainement se faire engueuler s’il revenait au bureau dans cet état demain mais demain ne semblait avoir que peu d’importance face aux canines du loup. La panthère tourna alors autour de lui, d’un pas feutré mais certains afin que le loup sache exactement où il était afin d’être de nouveau sa proie, au lieu de cet étudiant en bas.

Mais la maladresse du loup semblait contagieuse et il se prit la pâte dans un trou au sol, n’ayant pas pris la peine de remarquer où il posait les pieds. Il s’enfonça alors fortement, faisant même tomber quelques pierres qui atterrirent avec fracas dans l’étage d’en dessous. Il n’entendait plus l’humain en bas, espérant avec entrain que celui-ci s’était juste enfui, comme tant d’autre. La panthère faisait un bruit effroyable à présent, tentant de s’accrocher au sol pour se sortir du trou dans lequel son autre pate arrière s’était également enfoncé. Sa plaie au niveau de son dos l’élança au même moment et il rugissait sévèrement, loin d’avoir envie de retomber une nouvelle fois sur le sol. L’endroit était bien meuble d’ailleurs, il suffirait qu’un autre poids s’ajoute au sien pour que la zone s’effrite comme une pate feuilleté et qu’il n’ait plus d’autre choix que d’amortir sa chute avec ses muscles.






 

codage de whatsername.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 365
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   Dim 26 Aoû - 21:41

Some days are simply meant for playing

Aaron Rawley & Billy Nelson
 L’odeur du sang. Autant la sienne qu’une nouvelle qui venait toujours réveiller un peu plus le loup. Le sien, ça va, y’avait un peu moyen de contrôler, mais celui des autres étaient tellement plus merveilleux n’est-ce pas? Vilain loup. Il était un peu comme cet ami avec qui on jouait, puis que le tout devenait un peu plus physique et on finissait le bras cassé parce que l’autre ne connaissait pas sa force. Un peu drastique comme exemple, mais qui décrivait bien le tableau ici présent. À la différence que le loup, ne jouait plus vraiment. Il était plutôt irrité d’avoir été aussi brutalement mit hors d’atteinte de son ancienne cible. Il aurait pu lui demander gentiment, autour d’une tasse de thé, non?

Au moins, il ne l’avait pas complètement écrasé comme une vulgaire crêpe, ou encore une nouille pour tester la cuisson. La panthère était capable de se remettre sur pied, difficilement, certes, mais tout de même. Elle n’avait pas perdu de sa dextérité et finesse, comprenant très bien le message du loup, ne perdant pas le focus sur ce dernier. Lui qui la fixait tout aussi bien, sans jamais se soucier de la raison première pour laquelle ils en étaient venu là. Il la suivait de la tête, se tournant un peu plus lentement, difficilement lorsqu’elle n’était plus dans son angle de vue. Hors de question de la perdre de vue, cette boule de poil. Peut-être bien qu’elle allait accepter son invitation et lui faire quelques petits trous dans son autre cheville qui sait. Il restait sur ses gardes.

Mais le loup, n’avait pas besoin d’attaquer. Tous les deux n’ayant d’yeux que l’un pour l’autre, la patte avait terminée sa course dans un beau trou, pas très confortable en prime. Il l’avait compris, par ce rugissement, et par ce lien qu’il avait pu faire entre la nouvelle position de la boule de poil et sa blessure fraîche. Le danger était bien moindre, tout d’un coup. Il avait osé un pas, le craquement se faisant plus intense et lui faisant comprendre la suite des choses s’il en osait un autre, puis un autre. La menace dissipé en quelque sorte, l’élève plus bas qui avait soit perdu connaissance, soit eu la bonté d’esprit de quitter les lieux, Billy pu doucement tenter de retrouver sa conscience et de calmer la bête du mieux qu’il le pouvait. Pousser son petit cerveau à faire des choses un peu plus humaine pour aider plutôt que nuire. À commencer par descendre, laissant son ami tout simplement là. Car approcher pour tenter de le tirer de là ne l’aiderait pas. Il allait tomber  en  bas avec les planches et peut-être lui aussi qui sait.

Il avait donc prit l’initiative de l’abandonner à son triste sort pour quelques courtes secondes, allant à l’étage inférieur. Pas de trace de peur, ou d’odeur de sueur pour le moment. Donc pas de petit humain. Y’avait qu’une belle paire de fesses noires avec des grosses pattes qui faisait office de lustre. Plutôt original comme décoration, mais pas très utile. Un peu précaire aussi. Billy regardait autour de lui, testait le plancher sous la bête, se risqua à y mettre un meuble assez haut mais petit en largeur qui allait lui servir de talons haut. Tout simplement car il embarqua dessus la panthère pouvant sentir une tête right in the butt, qui n’était pas prévu soit dit en passant. Essayer de contrôler ne serait-ce qu’un peu un instinct animal plutôt agressif, et d’ensuite lui faire faire une idée un brin complexe, avec délicatesse. Il va s’en dire que ça serait maladroit. Et au final il avait bien réussi à mettre ses pattes là pour tenter de pousser la bête vers le haut. Avec ce petit craquement inquiétant un peu plus bas qui lui aussi laissait comprendre qu’il ne pourrait pas tenir des heures comme ça.
Soir de pleine lune
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magichappensonlyonce.forumactif.com/t76-billy-nelson-dan-
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne pas parler, c’est pas si mal pour jouer. [feat Billy Nelson]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau
» Des radios communautaires pour parler d’environnement
» Orthographe et parler jeun's
» Se parler à soi-même...?
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Happens Only Once ::  :: Anciens Rps-
Sauter vers: